The Brothers Warner
Warner Music Entertainment

Réalisateur: David Campbell
Année: 2008
Classification: PG
Durée: 94 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD20)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres: 20
Nombre de disques: 1 (DVD-5)
Code barres (CUP): 883929082735

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
21 mars 2010

Comme beaucoup le savent déjà, je suis un fan de l'histoire. Que ce soit la Seconde Guerre mondiale, les civilisations, les inventions et même celle du cinéma. À la bibliothèque de mon patelin, il y a de gros livres qui rassemblent des résumés en images et en anecdotes de l'historique des studios, gracieuseté d'historiens du cinéma. Mais ce sont les histoires plus personnelles vécues qui sont certainement les plus intéressantes (l'exemple que me vient à la tête est le livre Audrey Hepburn, An Elegant Spirit de Sean Hepburn-Ferrer, le fils de la défunte actrice). Warner nous propose un documentaire qui va dan cette direction, soit "The Brothers Warner" réalisé par Cass Warner Sperling, la fille de Harry Warner, un des frères Warner.

Hé oui! Les frères Warner ont vraiment existé! Je ne parle pas de Yakko,Wakko et Dot Warner, mais bien de Harry, Albert, Sam et Jack. Mais ne vous attendez pas à un historique sur le grand studio, mais plutôt une aventure dans les mémoires de ceux qui les ont connus, dont leurs femmes, leurs enfants et petits-enfants, des employés de l'époque, des historiens et mêmes quelques charmantes lignes partagées avec Roy Disney Jr, en plus des acteurs, dont Denis Hopper, George Segal, Debbie Reynolds et Angie Dickinson. Il y a les controverses, les divorces, les fêtes et les filles pour finir avec Jack, Jack et Jack (ou Satan). La dernière partie du documentaire mise sur les disputes entre frères, principalement entre Jack et Harry, avec Albert dans le milieu. On nous dit même que Harry a fermé les yeux une dernière fois pour ne pas avoir affaire à Jack.

C'est un documentaire touche à tout, mais qui ne va pas vraiment en profondeur. La première partie, c'est comme regarder un album de photos de ses ancêtres avec quelques petites anecdotes et explications. C'est plus tard que l'on nous parle de la volonté des frères Warner de remplir leurs films de message sociaux. Moi, amateur de tout ce qui touche la Seconde Guerre mondiale fut très surpris d'apprendre que dès 1934 - aux alentours de cinq ans précédant le déclenchement de la guerre - les Warner ont décidé de ne plus faire affaire avec l'Allemagne nazie (bien avant tous les autres studios), voyant ce qui se passait. J'ai été surpris de savoir que les Warner savaient qu'il y avait des camps de concentration en 1934... alors qu'au plus fort de la guerre personne ne croyait à cela (notez que le camp de Dachau a ouvert ses portes officiellement en 1933!). Ils ont essayé de le dire via des films, mais il y avait un code qui spécifiait qu'un studio ne pouvait faire de film dénigrant un autre pays. Ils ont finalement trouvé un moyen de diffuser leurs messages anti-nazi, mais je vous laisse le soin de le découvrir!

Au travers de ce documentaire, vous pourrez voir des extraits de films, dont The Jazz Singer, I am a Fugitive From a Chain Gang, , The Black Legion, The Public Enemy, The Adventures of Robin Hood, Giant, Camelot, Casablanca ainsi qu'un extrait de Bugs Bunny qui à bien y penser ressemble à Jack Warner! Mais c'est ce point qui est le plus dommageable pour ce documentaire. Alors que les séquences d'archives et les images contemporaines sont visuellement intéressantes, les extraits de films sont affreux pour la majorité, mal cadrés, couleurs mal ajustées et surtout un très mauvais transfert du nombre d'images par secondes (spécialement les extrait du fameux lapin animé). La piste sonore stéréo est amplement suffisante pour ce que l'on nous montre, mais certaines fois les sous-titres anglais n'étaient pas de trop. Malheureusement, il n'y a pas de supplément sur ce disque.

Peut-être pas un impératif, la première réalisation de Cass Warner Sperling nous offre une vision unique, un portrait de famille qu'un historien aurait peut-être pu mieux enrobé qui ce film de famille. Je ne sais pas comment ce titre se compare au documentaire You Must Remember This: The Warner Bros. Story de Richard Schickel (sous la narration de Clint Eastwood).


Cotes

Film6
Présentation5
Suppléments-
Vidéo3
Audio5