Chicago: City of the Century
American Experience
Paramount Home Entertainment / PBSHome Video

Réalisateur: Austin Hoyt
Année: 2003
Classification: G
Durée: 270 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DDST)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 30
Nombre de disques: 4 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
4 octobre 2004

La collection PBS nous offre avec ce coffret de quatre disques un formidable voyage dans le passé et surtout une recherche très poussée réunissant de nombreux documents d'archives nous expliquant l'histoire, depuis les marais vides jusqu'aux tours monumentales du début du 20e siècle, de la ville de Chicago. La qualité de cette production de près de quatre heures trente mérite une attention toute particulière. Il est important de préciser qu'elle est basée sur le livre City of The Century de Donald L. Miller.

Qui aurait pu croire que d'un marais humide et puant s'élèverait un jour une des villes les plus florissantes et intéressantes des États-unis? Certainement pas le trappeur québécois Louis Jolliet et le Français Jacques Marquette, en 1673, en remontant le Saint-Laurent jusqu'au lac Michigan en canot et en arrivant sur les berges. Pourtant, c'est en voulant organiser une route commerciale empruntant le Mississipi que nos deux aventuriers québécois et français viennent de découvrir une route qui relierait l'est du Canada avec le Golfe du Mexique simplement en rajoutant un court canal d'une dizaine de miles et créerait ainsi un immense couloir naval. Après le passage de Jolliet et Marquette, Il faudra pourtant attendre encore près de deux cents ans, pendant lesquels la France, l'Angleterre et l'Amérique vont se vendre et s'acheter ces terres, pour que l'idée d'une grande ville fasse son apparition.

La nature semble reprendre le dessus quand apparaîtra la grande épidémie de choléra au milieu du 19e siècle. Il faudra alors trouver de nouveaux stratagèmes pour assainir les rues et permettre aux habitants de se tenir loin des maladies. On n'hésitera pas à surélever les maisons et les premiers immeubles. Un travail colossal qui se fait "à la main" à l'aide de crics et surtout de très nombreux bras. La bataille n'est pas seulement contre les éléments. La fin du 19e siècle verra de nombreux affrontements entre les populations d'origines irlandaises et allemandes, des immigrants arrivés en grand nombre quelques décennies plus tôt et qui ont été occupés à faire les travaux les plus sales et aussi dégradants de l'évolution de la ville, et les Américains d'origine. Mais ce n'était rien face à la tragédie d'octobre 1871: l'incendie de Chicago, qui détruisit plus de 17 000 bâtiments et qui ruina les ardeurs des premiers bâtisseurs. Il fallait se relever de cette terrible épreuve. C'est alors que les années qui ont suivi ont vu une croissance industrielle sans précédent. Les Swift et les Pullman vont quasiment révolutionner l'industrie et le commerce en construisant directement les produits nécessaires à leur évolution. Swift va créer les chaînes commerciales, de la production à la vente en passant par la distribution alors que Pullman, célèbre aujourd'hui dans le monde pour ses voitures ferroviaires de luxe, ira même jusqu'à bâtir un village entier pour ses travailleurs, lui permettant de mieux les surveiller.

Les immigrants sont très nombreux. Ils commencent à former des communautés culturelles et raciales non négligeables. Leur travail n'était pas facile, comme je l'ai déjà mentionné. Alors, nous ne serons peut-être pas surpris d'apprendre par la bouche même de la fille d'une immigrante polonaise que lorsque sa mère travaillait dans un petite usine de confection, l'employeur lui retirait de sa paye une location de la machine à coudre ainsi que le coût des aiguilles qu'elle cassait ou de l'huile utilisée pour la machine. Il ne restait plus grand-chose pour faire vivre la famille. Et c'était ainsi pour la plupart des entreprises. C'est alors que la belle ville de Chicago devint une ville de peur. Le début du 20e siècle annonça une période d'anarchie sous-jacente. Il n'y avait plus de règles et les plus riches menaient la ville, littéralement.

Durant toutes ces décennies, ce ne fut qu'industries et travaux qui se succédèrent, laissant de côté la culture et l'éducation. On ne s'étonnera donc pas du geste de la Reine Victoria d'Angleterre qui envoya de sa propre initiative des livres pour reformer la bibliothèque de la ville après le terrible incendie. Geste très honorable, sauf qu'il n'y avait pas encore de bibliothèque municipale à Chicago en 1871. Pendant longtemps, finalement, l'image de la ville fut surtout celle donnée par les quartiers riches. Pendant ce temps, les immigrants s'entassaient dans des maisons délabrées, au milieu des détritus et des restes des marécages non transformés. Même la grande foire universelle de 1893 était de la poudre aux yeux des visiteurs. Ses immenses bâtiments blancs et ses grandes places claires, propres et sécuritaires étaient à l'opposé de ce qui existait à quelques kilomètres de là.

PBS nous offre là un coffret d'une qualité remarquable. Tout d'abord, les images sont très belles et surtout très nettes. Même si on passe souvent du noir et blanc à la couleur, l'utilisation de montages et de mouvements sur les photographies ou les gravures d'époques rendent très attrayant le visionnement. Le format panoramique donne une impression supplémentaire de sérieux et surtout embellit les vues de la ville au travers des années. La bande sonore est particulièrement précise et les différentes narrations sont très intelligibles. Les participants font ressentir la passion de leur connaissance avec les nombreux détails qu'ils nous donnent, l'auteur Donald L. Miller en premier. Les menus du DVD sont statiques mais interactifs (voir détail dans les suppléments). Il ne faut pas oublier le très pratique coffret en accordéon illustré avec des images d'époques et le détail de chaque disque.

En guise de suppléments, on trouve pour commencer sur chaque disque un intéressant petit jeu-questionnaire avec choix de réponses. À faire bien entendu après avoir regardé l'émission. Chaque fois, vingt-cinq questions nous permettent de vérifier notre nouveau savoir sur l'histoire de Chicago. Les amateurs apprécieront le documentaire "Chicago by 'L': Touring the Neighborhoods" qui se retrouve sur le quatrième disque. Accompagnés par le producteur Geoffrey Baer du canal WTTW 11 de Chicago, nous embarquons à bord d'un train spécial qui va emprunter le fameux "L", nom donné depuis très longtemps au réseau de chemins de fer interne de la ville et de sa banlieue qui se faufile partout, même dans les immeubles. Durant environ une heure, nous allons découvrir, tel un passager de ce train ou comme un touriste dans les rues, les différents quartiers de la ville et des alentours. Présenté en format panoramique, il nous offre aussi de nombreuses comparaisons entre les vues d'aujourd'hui et celles, disponibles, du passé au même endroit. À regarder après avoir vu le programme principal pour avoir d'autres points de repère. Ne pas manquer le "carrefour" des rails aériens en centre-ville. C'est un excellent complément. Un autre documentaire, "Making Chicago" nous apportera des précisions supplémentaires sur la réalisation de l'œuvre présentée ici, le tout abordé par les producteurs Austin Hoyt et Patricia Garcia Rios. Ils nous expliqueront le travail colossal nécessaire pour réunir les documents, mais aussi les quelques scènes de reconstitutions. Enfin, un troisième petit film permettra à l'auteur Donald L. Miller de nous expliquer sa démarche pour arriver à l'écriture de sa nouvelle sur l'histoire de Chicago.

Même si nous avons à faire avec un support DVD, PBS et American Experience ont eu l'excellente idée d'offrir le contenu aux personnes non voyantes. Comme la plupart du contenu visuel des émissions est raconté, une personne avec une déficience visuelle captera la grande majorité du récit. Mais pour rendre l'expérience encore plus enrichissante, deux options, que j'ai classées dans les suppléments, permettent une navigation plus facile ainsi qu'un "visionnement" des images plus enrichissant. Tout d'abord, les menus des DVD possèdent une option de lecture audio. Les différents choix sont lus avec un petit descriptif. Ensuite, on peut aussi activer lors de l'écoute des émissions un commentaire qui décrit de temps en temps ce qui se passe à l'écran. Même si cette innovation rend la navigation un peu plus lente (car même avec la fonction de lecture désactivée, les menus réagissent comme de petits films successifs, qu'il faut passer pour aller à la ligne suivante), on ne peut que féliciter les éditeurs pour permettre à un plus grand nombre d'apprécier la qualité de cette production. À noter toutefois que cette fonction empêche la lecture facile des DVD sur un ordinateur, puisque l'utilisation de la manette du lecteur DVD est mise à contribution.

Les amateurs de bons documentaires et de faits historiques de premier ordre seront comblés, tant par la qualité des recherches que par la diversité des informations recueillies ici. Partant de terres vides et arrivant à une des plus grandes villes américaines, nous nous apercevons que rien n'est facile, et encore moins lorsque chacun veut une part du gâteau trop grosse pour son ventre. La prochaine fois que vous visiterez Chicago, il est évident que les très nombreuses images et histoires vues et entendues dans ce film reviendront immanquablement à l'esprit. La connaissance a cela de bon: elle améliore notre appréciation des choses. À ne pas manquer.


Cotes

Film10
Menu5
Suppléments10
Vidéo8
Audio8