Fidel Castro
American Experience
Paramount Home Entertainment / PBS Home Video

Réalisateur: Adriana Bosch
Année: 2005
Classification: 14A
Durée: 120 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD20)
Sous-titres: Espagnol
Nombre de chapitres: 22
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Robert Bélanger
2 février 2005

Dirigeant Cuba d'une main de fer depuis presque 50 ans, aucun leader contemporain n'est demeuré aussi longtemps au pouvoir que Fidel Castro, sauf peut-être la Reine Elizabeth qui, comme on le sait, ne détient qu'un pouvoir symbolique. Ce qui fascine encore plus est l'impact que le dictateur de ce petit pays des Caraïbes a eu, non seulement sur la population locale, mais également sur le monde. Castro a été président du conseil des pays non alignés, a envoyé ses soldats aux quatre coins de la planète et a enflammé son peuple avec des promesses d'un brillant avenir. Mais il a également poussé deux millions de Cubains à l'exil et réduit au silence tous ceux qui daignaient s'opposer à lui. Dictateur sans pitié pour les uns, champion de la justice sociale pour les autres, Castro demeure aujourd'hui une légende vivante, une icône pour tous les mouvements révolutionnaires et un symbole de la résistance face à la domination américaine. Tiré de l'excellente série "American Experience", PBS Home Video nous présente "Fidel Castro", un documentaire sur la vie de cet homme controversé qui a marqué la seconde moitié du 20e siècle.

Fils d'une famille aisée propriétaire d'une plantation de canne à sucre, Fidel Castro avait déjà, dès son plus jeune âge, de la graine de révolutionnaire. Mélange de génie et de délinquant, il fut plusieurs fois renvoyé de l'école, mais réussit tout de même à accéder à l'université où il étudia en droit. Un soir lors d'une discussion, un camarade de classe lui demanda: "Mais qu'est-ce que tu veux?". Ce à quoi Castro répondit: "Je veux la gloire et la notoriété". À partir de ce moment, Castro fut de tous les mouvements destinés à se débarrasser du régime brutal et corrompu de Battista. Le 1er janvier 1959, les forces révolutionnaires de Castro entrent dans la Havane et Battista et ses proches fuient le pays. Ainsi commence l'ère du socialisme version Fidel. Il institue la réforme agraire, saisit les terres arables et les redistribue au peuple. Il exproprie les propriétés appartenant à des compagnies américaines et nationalise le téléphone, l'électricité, les banques et les compagnies pétrolières. En 1960, il signe des accords commerciaux avec la Russie et s'en prend aux États-Unis lors d'un discours aux Nations Unies. Le reste fait partie de l'Histoire: L'invasion ratée de la Baie des Cochons par les Américains, la crise des missiles cubains qui a mené le monde au bord de la guerre nucléaire, l'embargo américain, la répression des opposants politiques et l'exil vers la Floride de millions d'entre eux, l'envoi de troupes cubaines en Angola, en Éthiopie et au Nicaragua pour appuyer les mouvements de résistance, la chute de l'Union Soviétique et le rapport accablant de la Commission des Droits de la Personne sur le régime de Castro, la dérive de l'économie cubaine et son ouverture subséquente aux investissements étrangers. Nous voilà en 2005 et Castro, révolutionnaire, brillant politicien et dictateur brutal est encore là.

Écrit, réalisé et produit par la documentariste chevronnée Adriana Bosch, "Fidel Castro" utilise photos, documents et films d'archives, ainsi que des entrevues avec différents intervenants (Cubains en exil, certains ayant connu Castro, journalistes, écrivains, historiens et spécialistes de la question cubaine) pour tracer un portrait fascinant du leader cubain. Puisque Mme Bosch est elle-même cubaine d'origine et qu'elle a vécu pendant 10 ans à Cuba pendant la révolution pour par la suite s'exiler aux États-Unis, on aurait pu s'attendre à ce qu'un certain parti-pris transparaisse, mais ce n'est pas le cas. Elle prend bien soin de se distancer de son sujet et de représenter à part égales, autant le dictateur brutal aveuglé par ses convictions politiques, que le révolutionnaire charismatique épris de justice sociale. Ce qu'il faut en retenir peut se résumer par la citation suivante:

"Il y a un fossé énorme entre les promesses de la révolution et ses résultats." (Alcibiades Hidalgo, ancien chef de cabinet de Castro qui a fait défection aux États-Unis au milieu des années 1990).

Comme on peut s'y attendre, la qualité vidéo varie grandement tout au long de la présentation. L'image des extraits de films d'archives en noir et blanc laisse parfois à désirer, mais cela est fort probablement dû à l'état du matériel source. Les segments d'entrevues par contre sont de très bonne qualité. L'image est toujours claire, les couleurs naturelles et le contraste adéquat. Tout à fait acceptable pour un documentaire tourné pour la télévision. Même chose côté sonore. Évidemment, les dialogues et effets provenant des films d'archives souffrent souvent de distorsion, mais demeurent parfaitement audibles alors que ceux entendus lors des entrevues sont de meilleure qualité. Comme il y a peu d'effets ambiophoniques, sauf pour quelques extraits musicaux, l'activité est concentrée en majeure partie dans les haut-parleurs avant. Les menus sont statiques, sans accompagnement musical et faciles à naviguer. Deux courts suppléments sont offerts. Dans "Interview With The Producer", la réalisatrice nous parle de ses origines cubaines et de son approche vis-à-vis du projet et de la difficulté de rester neutre. "Bonus Interview Excerpts" quant à lui, nous présente des extraits d'entrevues supplémentaires intéressants, mais qui apportent peu d'informations additionnelles.

La série "American Experience" de PBS est synonyme de qualité et "Fidel Castro" ne fait pas exception. Je le recommande fortement tant aux friands d'histoire et de politique, qu'à ceux qui voudraient en apprendre davantage sur cet homme que l'on pourrait qualifier "d'ultime survivant".


Cotes

Film8
Menu5
Suppléments4
Vidéo7
Audio7