11.6
EOne Entertainment/Remstar

Réalisateur: Philippe Godeau
Année: 2013
Classification: PG
Durée: 102 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DD51)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 774212116001

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
27 août 2013

Inspiré d'une histoire vraie, "11.6" offre un fascinant portrait de personnage, tout en permettant au grand François Cluzet de briller dans un rôle qui était loin d'être évident.

Qu'est-ce qui fait en sorte qu'un convoyeur honnête (François Cluzet), en couple et apprécié de ses proches, décide de tout sacrifier pour voler plus de 11 millions de dollars? La question est lancée...

... et il ne faut pas nécessairement s'attendre à obtenir toutes les réponses dans ce long-métrage de qualité, un brin trop posé et conventionnel, qui pose d'excellentes questions sur la vie au quotidien, les rapports entre les classes sociales, l'humiliation involontaire et le désir d'un homme sans histoire de jouir des mêmes possessions matérielles que ses semblables plus fortunés. Prenant son temps pour arriver au but, montrant au lieu de se perdre dans la psychologie à deux sous, le récit est éclairant, mais incomplet tant l'opacité qui entoure le protagoniste est constant. Cela n'empêche pas François Cluzet de livrer une très grande performance, maîtrisée de A à Z. Voilà probablement le meilleur acteur français du moment et sa prestation est à couper le souffle. Il laisse pourtant de l'espace à ses collègues de se faire valoir, ce qu'arrive sans peine à faire Bouli Lanners et Corrine Masiero.

Les choix musicaux sont impressionnants, allant de Gil Scott-Heron à The National, en passant par James Blake et plusieurs pièces de Trentemoller. La piste sonore francophone en Dolby Digital 5.1 est assez mouvementée dans sa façon de faire ressortir des enceintes des bruits de moteur et de pluie. Les voix sont claires, les dialogues généralement audibles et le cinéphile anglophone pourra suivre l'intrigue en lisant les visibles sous-titres blancs. Les images sont solides, mais peu éclatantes, avec ses couleurs froides, ses contrastes précis et ses teintes plutôt détaillées.

La pochette teintée de noir, de blanc et de gris montre une photographie de François Cluzet. C'est la même image qui orne le menu principal du disque. Ce dernier est statique, étant accompagné d'un air musical tendu et dramatique. Le seul et unique supplément est une bande-annonce, ce qui est bien peu.

Réalisé sobrement par Philippe Godeau (à qui l'on doit l'émouvant Le dernier pour la route) qui offre tout de même quelques séquences pas piquées des vers, "11.6" est une œuvre efficace, pratiquement dénuée d'action, qui se laisse apprécier à petite dose. Il y a pourtant suffisamment d'atouts dans son jeu (sa musique, la composition magistrale de son antihéros) pour vouloir qu'on s'y attarde. À regarder en compagnie de Possessions qui aborde plusieurs sujets connexes.


Cotes

Film6
Présentation5
Suppléments1
Vidéo7
Audio7