11 Harrowhouse
Shout! Factory

Réalisateur: Aram Avakian
Année: 1974
Classification: NR
Durée: 94 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (Mono)
Sous-titres:
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (DVD-5)
Code barres (CUP): 826663123302

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Sébastien Cassou
14 mars 2011

Bien qu'on en produise encore à l'occasion, les films de vols de bijouteries ou de banques ont définitivement connu leur heure de gloire dans les années 70. Peut-être était-ce le fait que les systèmes d'alarme de l'époque, peu importe leur degré de sophistication, étaient toujours faillibles. On coupait un fil ou deux, l'électricité quelques secondes ou on débranchait LA caméra de surveillance et le tour était joué. Maintenant la sécurité est devenue une obsession des possédants et réussir de tels coups est pratiquement impossible. Alors, écrire des scénarios originaux et intelligents est aussi devenu très difficile. La preuve c'est que le dernier film intéressant du genre, réalisé il y a quelques années par Anthony Minghella, avec Demi Moore et Michael Caine et intitulé Flawless se déroulait dans le passé, au début des années 60!

Mais la nostalgie n'étant plus ce qu'elle était, comme le disait Simone Signoret, on peut se réjouir de l'existence du DVD qui nous permet de revoir des films oubliés ou méconnus de la grande époque. Un de ceux-ci étant "11 Harrowhouse" d'Aram Avakian réalisé en 1974 et mettant en vedette Candice Bergen, James Mason, John Gielgud et Charles Grodin qui est aussi responsable du scénario adapté du roman de Gerald A. Brown.

Le film se déroule à Londres ou un Américain, H R Chesser (Grodin), petit revendeur de diamants, se rend périodiquement pour refaire ses stocks. Au 11 Harrowhouse Street plus précisément, là où se trouve le plus gros entrepôt de pierres précieuses au monde. Toujours traité avec condescendance par le propriétaire (Gielgud) et avec respect par un des vendeurs (Mason), l'Américain rêve de clouer le bec au prétentieux directeur. Lorsqu'il se fait voler un diamant non-assuré alors qu'il allait le livrer chez un de ses clients (Trevor Howard) , ce dernier lui propose de s'introduire au 11 Harrowhouse pour y dérober la totalité des diamants. 12 milliards de dollars de pierres brutes! Chesser n'étant pas très brave, il faudra l'aide et l'énergie de sa copine, une riche aventurière (Bergen), et du sympathique employé (Mason) pour réussir le coup impossible.

"11 Harrowhouse" est un film mineur, mais plutôt divertissant dans le genre. La prémisse pour le méfait est intéressante, les personnages hauts en couleur et les préparatifs et le vol lui-même plausible. Là où il rate un peu la marque, c'est avec l'inclusion d'une narration à la première personne par Grodin. Le ton humoristique de ce texte contraste totalement avec le sérieux du film. Comme si le réalisateur et l'acteur ne s'étaient pas entendus sur l'intention finale. À moins que ce soit moi qui n'ai pas saisi la subtilité de l'humour sous-jacent à l'action! Le boîtier nous présente aussi le film comme une "parodie des films de suspense". Personnellement, je crois que le livre devait être plus rigolo et que rendu au tournage on a voulu faire un film d'action en laissant tomber le côté dérision. Peu importe, ce miasme au niveau de la direction que devrait prendre le scénario demeure une faille importante. On aurait pu avoir un merveilleux film de vol de diamants et on se retrouve avec un drôle d'objet, divertissant et amusant, mais sans envergure.

Au niveau de la qualité vidéo, le travail de transfert est bien fait, et la copie utilisée est de qualité correcte. On assiste ainsi à quelques variations de couleurs brusques dans certains plans ou à quelques rayures embêtantes. Pour l'audio, le son est passablement bon. Bien qu'on ait travaillé à partie d'une bande originale mono, on s'en tire tout de même bien au final même si le tout manque de dimension et de profondeur. On a tout de même fait son possible au transfert pour améliorer le tout et le résultat est acceptable. Il n'y a pas de supplément sur le DVD, si on exclut bien sûr la bande-annonce.


Cotes

Film7
Présentation7
Suppléments-
Vidéo7
Audio7