2 Automnes 3 Hivers
Film Movement

Réalisateur: Sébastien Betbeder
Année: 2013
Classification: NR
Durée: 91 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Français (DD20)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 12
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 616892187363

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
4 juin 2014

Un des films les plus rafraîchissants à voir le jour depuis belle lurette, "2 automnes, 3 hivers" a fait la tournée des festivals en 2013 sans jamais sortir officiellement au Québec (il a tout de même été présenté à Cinemania). Il faudra bien se reprendre avec la sortie DVD qui provient tout droit d'une édition américaine...

Arman (Vincent Macaigne) a 33 ans et il cherche sa place sur la Terre. Amélie (Maud Wyler) en a 27 et elle aimerait bien se brancher. Au fil des saisons (surtout l'automne et l'hiver), ils se croiseront, s'aimeront et s'éloigneront, un peu, beaucoup, passionnément et à la folie.

Ce n'est pas du côté de sa prémisse que "2 automnes, 3 hivers" se démarque du lot. Il s'agit d'une histoire classique sur les premiers balbutiements amoureux entre un homme et une femme, avec tout ce que cela comporte de joie et de peine. Pourtant, rarement un scénario aura paru aussi mignon et savoureux. Telle une version cinématographique d'un album de Vincent Delerm, le long-métrage se développe au Je personnel. Un climat de mélancolie baigne le récit, chavirant le cœur, faisant pleurer de bonheur et de tristesse. La mise en scène volubile de Sébastien Betbeder évoque le travail de la Nouvelle Vague (celui de Truffaut en tête) avec des élans vers Woody Allen et Valérie Donzelli. Ce charme désuet opère complètement, s'avérant d'une sincérité confondante. Le tout est accentué par les performances impeccables des protagonistes, qui jouent le jeu à la perfection.

La superbe musique de Bertrand Betsch – dont les airs ressemblent parfois beaucoup à ceux de Da Silva – hante par ses cordes et son piano. La piste sonore francophone manque cependant un peu d'attrait, se contentant à toujours rendre audible les voix. De très visibles sous-titres blancs sont disponibles pour le cinéphile anglophone. Puisque le cinéaste a utilisé plusieurs supports pour cet essai, cela rend la qualité vidéo un peu inégale. Le grain côtoie une agréable définition de contours et les contrastes trop sombres cohabitent avec une palette de couleurs qui manquent un peu de pep. Le tout est regardable, mais pas particulièrement édifiant.

La pochette hideuse et kitch montre deux saisons, une Tour Eiffel et les visages ringards de ses interprètes. Difficile de trouver plus clichés que ça. Le menu principal du disque est beaucoup plus représentatif. Un montage fluide de jolies scènes défile sur un air instrumental émotif à souhait. Les suppléments proposent des biographies de ses artisans, des bandes-annonces, de l'information sur son distributeur Film Movement et le très léger, mais oubliable court-métrage "Voyages d'affaires" où Guillaume Canet donne la réplique à Mélanie Laurent.

"2 automnes, 3 hivers" est une œuvre romantique et spirituelle qui fait beaucoup de bien. L'ensemble est certes parfaitement prévisible, mais quel bonheur d'entendre ces dialogues dignes d'un opus d'Emmanuel Mouret et de voir toutes les raisons pour lesquelles les cœurs s'affolent, pour le meilleur comme pour le pire. Une fantaisie à ne pas manquer, seulement pour s'extirper des superproductions estivales qui se suivent et se ressemblent.


Cotes

Film7
Présentation6
Suppléments3
Vidéo5
Audio6