9 Mois Ferme
Métropole Films Distribution / Mongrel Media

Réalisateur: Albert Dupontel
Année: 2013
Classification: PG
Durée: 82 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DD51)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (DVD-5)
Code barres (CUP): 629159053660

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
9 juillet 2014

Comédie noire complètement disjonctée où deux excellents acteurs donnent le meilleur d'eux-mêmes, "9 mois ferme" fait beaucoup rire. Le remède parfait à tous les films pseudo humoristiques qui tombent à plat.

Une juge (Sandrine Kiberlain) ordonnée et célibataire se retrouve enceinte d'un cambrioleur (Albert Dupontel) accusé d'avoir démembré un veuf à la retraite. Contre son bon vouloir, elle décide de l'aider, découvrant au passage que sa cause est loin d'être claire et limpide.

Albert Dupontel a toujours été un comédien d'une rare intensité. Même en tant que réalisateur, ses efforts affichent une grande liberté de ton et d'esprit. Plus désopilant encore que son précédent Enfermés dehors, "9 mois ferme" s'affirme comme une œuvre décalée et absurde qui s'inspire d'un fait réel authentique. Le scénario, tour à tour bizarre, original et agressif, s'amuse à brouiller les cartes entre comédie, suspense, drame et romance. Devant les conventions et les limites de son sujet, le grain de sel s'amplifie, donnant au passage des séquences hilarantes et tordues que n'auraient pas renié le Jean-Pierre Jeunet d'antan. La réalisation est dynamique et flamboyante et le montage souple offre une latitude énorme aux interprètes. Les caméos sont aussi nombreux que marquants et s'il faut retenir une seule pièce de jeu, c'est celle de Sandrine Kiberlain qui s'affirme totalement dans un registre comique, ayant d'ailleurs remporté le César de la meilleure actrice pour ce rôle.

Les images incroyablement soignées offrent une palette de couleurs justes dominées par des teintes jaunes et brunes, ainsi que des contrastes onctueux aux zones sombres qui font parfois toute la différence. La musique gentille et harmonieuse joue de contraste avec la qualité des gags. La piste sonore francophone en Dolby Digital 5.1 est assez immersive, utilisant les enceintes pour y faire ressortir des bruits d'alarmes, d'échos et de portes qui se ferment. Les dialogues sont toujours compréhensibles et le cinéphile anglophone ne manquera pas d'y insérer de très visibles sous-titres blancs afin de comprendre toutes les nuances.

La jolie pochette bleutée et orangée montre une femme qui semble planer d'une bibliothèque, pour être secourue in extremis par un homme qui ne semble avoir rien à perdre. Le menu principal du disque est similaire en tout point. S'il est statique, une douce mélodie se fait entendre. En omettant les bandes-annonces qui apparaissent une fois l'insertion du DVD dans le lecteur, cette édition ne comprend aucun supplément.

Maculé d'humour noir et jaune tout en étant tendre et sincère, "9 mois ferme" est une montagne russe de sensations fortes, alors que le rire dans le tapis risque de donner des crampes. Un petit tour de force qui fait tant de bien et qui se regarde en un clin d'œil.


Cotes

Film7
Présentation5
Suppléments-
Vidéo8
Audio7