À l'aventure
E1 Entertainment / IFC Films

Réalisateur: Jean-Claude Brisseau
Année: 2009
Classification: 18A
Durée: 104 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Français (DD51)
Sous-titres: Anglais, Espagnol
Nombre de chapitres: 19
Nombre de disques: 1 (DVD-5)
Code barres (CUP): 774212102769

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
7 février 2010

Continuant son exploration du désir féminin après ses inégaux Choses secrètes et Les anges exterminateurs, le cinéaste Jean-Claude Brisseau signe un de ses essais les plus ordinaires et maniérés avec "À l'aventure", une bonne idée traitée maladroitement avec paresse.

Sandrine (Carole Brana) en a marre de sa vie terme et répétitive. Pour changer le mal de place et assouvir ses fantasmes, elle décide de coucher avec un parfait inconnu (Arnaud Binard). En revoyant cet homme, elle découvre qu'il s'y connaît beaucoup en psychiatrie, et après une soirée très particulière, son amant décide d'hypnotiser quelques personnes de sexe féminin...

Voilà un bien drôle de récit. La première heure – et la plus intéressante – montre une femme qui veut s'extirper de son marasme, essayant de nouvelles expériences pour se sentir exister réellement. C'est là qu'elle fait la rencontre de plusieurs individus qui parlent sans gêne de leurs activités sexuelles. Il y a également ce vieil homme (interprété par Étienne Chicot) dans le parc qui expose différentes théories sur la société et les mœurs, la morale et les étoiles. Ses discours, didactiques au possible, sont ampoulés par une écriture lourde et une mise en scène sans attrait. Bien que les propos soient tendancieux et prétentieux, l'intérêt est piqué...

... pour disparaître complètement lors des 40 dernières minutes. Brisseau prend le temps d'arrêter le tempo lors de très beaux plans fixes. Malheureusement, il n'utilise pas cet espace pour amener son film ailleurs. Bien au contraire, il se perd dans la psychanalyse boiteuse, y allant de quelques séances d'hypnose mystiques qui brisent complètement le rythme. Sa démarche est évidente (chercher les paradoxes entre le vouloir et le pouvoir, soupeser la quête de l'être humain à un moment charnier de son existence, etc.), sauf que son ton pédagogique manque de subtilité. Surtout qu'il se plaît à filmer de très belles actrices pas toujours talentueuses dans des poses révélatrices qui dévoilent, finalement, le simple fantasme... masculin!

La musique lourde de sens et parfois dramatique vient brouiller les cartes, ce qui n'est pas plus mal. La piste sonore francophone en Dolby Digital 5.1 se fait surtout ressentir lors d'une improbable révélation finale. Les voix claires s'entendent généralement correctement, et il y a de corrects sous-titres jaunes en anglais ou en espagnol en cas de nécessité. Les images imparfaites parviennent à limiter le grain et le blocage pour laisser émaner de jolies couleurs et des contrastes potables. Il est toutefois surprenant de constater que seul le format plein écran a été retenu.

La pochette sexy montre une déesse seule sur un lit, attendant péniblement une présence quelconque. Le menu principal du DVD reprend cette photographie rêvée en y rajoutant un habile montage de scènes et une douce mélodie. Les suppléments sont carrément absents, se limitant à quelques bandes-annonces.

Réalisateur talentueux qui a offert son lot d'intrigants longs-métrages par le passé, Jean-Claude Brisseau ne finit plus de filmer la peau fraîche à travers d'histoires maniérées qui tardent à bouleverser les sens. Même que "À l'aventure" est possiblement son effort le plus faible de sa trilogie érotique, se complaisant dans une pseudo analyse intellectuelle vide, philosophiquement inapte et parfois même ridicule. C'est toutefois un des derniers endroits où il est possible d'apercevoir l'excellent comédien Jocelyn Quivrin, décédé d'un accident de voiture il y a quelques mois.


Cotes

Film4
Présentation6
Suppléments1
Vidéo6
Audio6