Another Meltdown
Columbia TriStar Home Entertainment

Réalisateur: Allun Lam
Année: 1998
Classification: 18A
Durée: 92 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Cantonais (DD51), Mandarin (DD51)
Sous-titres: Anglais, Espagnol
Nombre de chapitres: 20
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Robert Bélanger
9 janvier 2004

Tout d'abord, le titre original de ce film est "The Black Sheep Affair" et celui du film Meltdown avec Jet Li est "High Risk". Columbia essaie donc de nous en passer une petite vite en essayant de nous faire croire que "Another Meltdown" est en quelque sorte une suite de Meltdown. Il n'en est rien. Par contre après avoir vu ce film médiocre, on peut comprendre cette stratégie de marketing. Les personnages sont inintéressants, l'histoire ne tient pas debout et malgré une certaine maîtrise lors des scènes d'action, le tout demeure hautement indigeste. Pas étonnant que ce soit là le seul film que Allun Lam ait réalisé.

Arthur Dong (Man Cheuk Chiu) est un officier des forces anti-terroristes chinoises et un spécialiste des arts martiaux. Avec un nom pareil, il devait se faire écoeurer à l'école et j'imagine que d'apprendre le kung-fu était une bonne idée. Pardon, continuons. Après avoir désobéi aux ordres d'un supérieur pendant une prise d'otages à bord d'un avion (le méchant a mangé une volée, mais son partenaire a été tué), Arthur est puni et transféré à l'ambassade de Chine dans le pays fictif de Lavernia, une ex-république soviétique d'après ce que j'ai cru comprendre. Il y retrouve non seulement son ancien collègue et ami Andrew (Andrew Lin), mais aussi Tammy (Shu Qi), son ex copine. Ah le hasard parfois! Après ça se complique. Arthur et Andrew capturent, sans savoir qui il est, Keizo Mishima (Hoi Lin), le leader de la secte japonaise Red Sun qui se prend pour le Messie et fait du trafic d'armes avec le ministre de la défense de Lavernia. Ce dernier craint que Mishima ne parle s'il le remet aux autorités japonaises, mais demande quand même à Arthur et ses copains de le livrer à sa place. Ruse évidemment. Le convoi se retrouvera donc pris entre, d'un côté, les crapules à la solde du ministre qui veut éliminer tout le monde sans laisser de témoins et de l'autre, les fidèles de Mishima qui comptent bien le libérer. Comme dans tout film du genre, on aura droit pour terminer à une longue scène de combat entre le héros et le vilain avec un facteur MDM de 7 sur 10. MDM pour "mort du méchant". Pour les non-initiés, s'il meurt d'une crise cardiaque après trente secondes c'est "1" et s'il n'en finit plus de mourir et que ça se termine de façon ultra-spectaculaire c'est "9" ou "10".

Bon, je vous l'avais déjà dit, l'intrigue est à la limite du ridicule et les personnages n'ont aucune profondeur. Man Cheuk Chiu, qui s'est fait connaître en remplaçant Jet Li dans Once Upon a Time in China 4 et 5, démontre une excellente maîtrise des arts martiaux, mais il n'a malheureusement ni la présence de Li, ni celle d'un Chow Yun Fat. Shu Qi (que l'on a vu dans So Close et The Transporter) quant à elle, est limitée à courir à gauche et à droite et à crier "Arthur! Arthur!" quand ça va mal. De plus, Allun Lam n'est ni John Woo, ni Tsui Hark et il ne parvient jamais, malgré certaines chorégraphies de scènes d'action intéressantes de Ching Siu Tung (Heroic Trio, Chinese Ghost Story), à insuffler au récit le minimum de cohérence nécessaire pour élever son film au-dessus des lieux communs du genre.

Côté technique, la présentation vidéo est à peine supérieure à celle d'un VHS. L'image est granuleuse, le contraste déficient, et les couleurs ont un aspect délavé. Pour un film assez récent, ça laisse grandement à désirer. La trame sonore est presque aussi décevante. Elle demeure concentrée dans les avants et souffre d'un manque de dynamisme. Les dialogues sont clairs, mais les scènes d'action auraient bénéficié d'un meilleur support des arrières. Les basses sont également quasi absentes. Toutes les pistes sonores comportent des dialogues doublés en anglais. Par exemple, les personnages russes et japonais s'expriment toujours en anglais, quelle que soit la piste choisie. Les sous-titres sont corrects et faciles à lire. Le menu principal est animé par des scènes du film et accompagné de musique. Les autres menus sont statiques et la navigation entre ceux-ci est simple. Les suppléments sont assez maigres. Quelques bandes-annonces et une galerie de photos.

Pour conclure, "Another Letdown" aurait été un titre plus approprié... Regardez les scènes d'action et oubliez le reste.


Cotes

Film4
Menu6
Suppléments3
Vidéo4
Audio5