As Luck Would Have It
Métropole Films Distribution / Mongrel Media

Réalisateur: Álex de la Iglesia
Année: 2011
Classification: 14A
Durée: 99 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Espagnol (DD51_, Français (DD51)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (DVD-5)
Code barres (CUP): 629159049175

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
5 mai 2013

Énorme satire du culte du vedettariat, "La chispa de la vida" ("As Luck Would Have It" en version anglaise et "Un jour de chance" selon le titre français) rate un peu sa cible, n'arrivant pas toujours à faire cohabiter des genres disparates. Le sujet est cependant pleinement d'actualité et il en fera réagir plus d'un.

Un publicitaire (Jose Mota) au chômage qui vient de faire une vilaine chute et qui a une tige de métal plantée dans la tête cherche à tirer profit de cet incident hyper-médiatisé, au grand dama de femme (Salma Hayek) qui ne pense qu'à sa santé.

En Espagne, Alex de la Iglesia est un metteur en scène culte, utilisant l'ironie et une bonne dose d'humour noir pour s'attaquer à des thématiques graves. Il ne fait pas exception avec son dernier long-métrage qui emprunte beaucoup au chef-d'œuvre Ace in the Hole de Billy Wilder. On fait un spectacle d'une terrible tragédie et les conséquences risquent d'être funestes. Sous le spectre de l'absurde, l'essai ne manque pas de munitions, surtout dans sa première partie férocement efficace où à peu près tous les personnages font l'impossible pour avoir de l'argent et leurs 15 minutes de gloire.

Oui, la charge manque de subtilité et les archétypes sont nombreux, ce qui n'empêche pas le divertissement de fonctionner. Surtout que l'interprétation est pétillante et que la réalisation surprend par sa virtuosité. Dommage que le ballon se dégonfle avant la fin. Au lieu d'accentuer la pression sarcastique, le cinéaste y préfère le mélo collant et la romance exacerbée. Du coup, les dialogues volontairement moralisateurs et les situations invraisemblances n'ont plus la même résonance, car ce qui faisait sourire sous le filtre de la comédie assomme lorsque le drame prend toute la place.

La musique bien présente laisse peu de souvenirs. Les pistes sonores espagnoles et francophones en Dolby Digital 5.1 sont alertes, faisant ressortir des enceintes des bruits de cris, de sonneries de téléphone, d'hélicoptères, de sirènes et de klaxons. Comme le doublage dans la langue de Molière laisse quelque peu à désirer, mieux vaut y aller avec les voix originales qui sont toujours claires et y insérer de visibles sous-titres blancs en anglais. Les images aux couleurs sans éclat demeurent détaillées, les teintes précises font graduellement leur effet et les contrastes légèrement inégaux ne se font pas trop ressentir.

La pochette noire et jaune à l'effigie de quelques personnages est assez typée. Le menu principal du DVD réutilise ce concept statique, qui est accompagné d'une mélodie tristounette au piano. En faisant abstraction des quelques publicités qui apparaissent une fois l'insertion du disque dans le lecteur, aucun supplément ne figure sur cette édition.

Parsemé de flashs ingénieux, "As Luck Would Have It" n'arrive pas à exploiter à sa juste valeur toutes ses bonnes idées. Autant le récit est rigolo lorsqu'il prend la forme de la satire, autant il se veut lourd et appuyé lorsqu'il finit par trop se prendre au sérieux. Cela donne au final un effort chancelant, qui piquera sans mal la curiosité, mais qui est bien pâle à côté de quelques classiques qui abordaient déjà cette prémisse.


Cotes

Film5
Présentation3
Suppléments-
Vidéo7
Audio7