Baarìa
Entertainment One

Réalisateur: Giuseppe Tornatore
Année: 2009
Classification: 14A
Durée: 150 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Sicilien, Italien, Anglais (DD51)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 774212104183

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
19 janvier 2011

Chronique douce et amère qui s'étend sur trois générations, "Baaria" de l'Italien Giuseppe Tornatore célèbre l'apport de la famille et de la communauté. Un voyage sincère, nostalgique et conventionnel.

La vie mouvementée de Peppino Torrenuova (Francesco Scianna), de sa jeunesse dans les années 1930 jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, de son adhésion au parti communiste en passant par ses actions politiques, la rencontre de sa femme, la fondation d'une famille et son évolution au sein de la société italienne qui a soif de changements et d'emplois.

Le cinéaste Giuseppe Tornatore est le créateur de deux excellents films: Cinéma Paradiso en 1988 et Une pure formalité en 1994. Depuis ses œuvres ultérieures n'ont jamais été à la hauteur, n'attirant l'attention que pour leurs côtés exotiques. Le voilà qui tente de refaire sa marque sur le septième art. Par l'entremise de l'intéressant exercice de style La femme inconnue, puis de ce sympathique "Baaria".

L'histoire de son dernier long-métrage (sans doute très autobiographique) respecte le canevas habituel de la chronique familiale, faisant succéder les époques et les personnages pour montrer la grande et la petite histoire. Un procédé clairement nostalgique qui n'évite pas un traitement parfois superficiel et mélodramatique. Mais le tout est concocté avec un savoir-faire évident. La mise en scène demeure dynamique, tout comme le soin apporté aux personnages et l'interprétation d'ensemble. Quelques thèmes sous-jacents permettent même d'émettre des liens entre la vie et le cinéma tout en approfondissant cette relation entre un père et son fils, entre un homme et son milieu.

La superbe photographie fait regretter de ne pas avoir connu les différentes époques où se déroule le récit. Les images sont solides, les couleurs attrayantes et le blocage un peu trop envahissant est racheté par des contrastes généralement au point. La belle partition musicale d'Ennio Morricone donne un souffle, un lyrisme à l'ensemble. La piste sonore principalement italienne est en Dolby Digital 5.1 et elle est particulièrement immersive, surtout dans sa façon de faire rugir du tonnerre, des éclairs et des bruits de cloches des différentes enceintes. Les voix claires sont secondées par de visibles sous-titres jaunes en anglais.

La pochette à l'effigie de quelques personnages et d'un village animé est un peu quelconque. Le menu principal du DVD reprend une partie de ce concept. Le rendu est statique et sans musique. Les suppléments regroupent une bande-annonce, une série de publicités et un documentaire de 15 minutes où le réalisateur évoque son enfance et son désir de mener à terme ce projet qui était spécial à ses yeux.

Malgré son classicisme d'usage et sa progression qui pourrait parfois paraître confuse, "Baaria" est une évocation tendre et ensoleillante d'une période importante de l'Italie. Le tout est vécu à travers les yeux d'un enfant qui deviendra grand, puis de ses propres progénitures. Le constat, sans surprendre outre mesure, fait parfois chaud au cœur, notamment grâce aux très beaux paysages, à la performance charismatique de Francesco Scianna et aux mélodies de Morricone. Sans être totalement revenu dans la cour des grands, Giuseppe Tornatore est sur le bon chemin pour s'affranchir.


Cotes

Film6
Présentation2
Suppléments3
Vidéo7
Audio8