Baby Blues
Axia Films / TVA Films

Réalisateur: Diane Bertrand
Année: 2008
Classification: G
Durée: 99 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DD51)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 824255007702

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
2 février 2012

Avoir des enfants ou pas? C'est l'épineuse question qu'est confrontée un couple dans "Baby Blues", une comédie romantique parsemée de clichés. Lorsqu'on ne rit pratiquement jamais et que ce n'est presque pas mignon, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond.

Alex (Karin Viard) est en couple avec Fabrizio (Stefano Accorsi). Le patron de madame lui offre un poste alléchant qui l'obligerait à déménager ses pénates à New York. La trentenaire hésite. L'occasion est belle, mais qu'est-ce qu'il en est de ce projet de bébé qui est sans cesse remis à demain? Cette angoisse se répercute également chez son mari, qui commence à avoir de sérieuses démangeaisons. Il faudra bien mettre les choses au clair, à savoir si la cigogne passera bientôt ou jamais.

La question d'avoir des enfants est un sujet à la mode et il s'agit d'un thème universel, inépuisable. S'il est possible de construire des comédies succulentes et attendrissantes, c'est également possible de laisser complètement de marbre. C'est malheureusement l'impression que donne "Baby Blues". Le rire se fait rare, au même titre que les dialogues qui sortent de l'ordinaire et les situations rafraîchissantes. La mise en scène de Diane Bertrand est purement accessoire, ne servant qu'à lier les scènes ensemble. Malgré leur grand talent, Karin Viard et Stefano Accorsi sont prisonniers de personnages peu intéressants. À ce chapitre, la seule once de sympathie est véhiculée par leur chien, un basset déprimé. Pas surprenant que l'histoire y revient toutes les dix minutes, pensant bien que le spectateur n'allait pas remarquer ces nombreuses failles scénaristiques.

La musique est une autre source d'espoir qui ne se matérialise jamais complètement. Elle a été confiée à la grande Beth Gibbons, la chanteuse du groupe culte Portishead. Pourtant, son travail se veut un peu anecdotique, ne laissant aucun souvenir impérissable. Peut-être qu'elle n'a pas été inspirée par ce qui s'offrait devant elle... La piste sonore francophone en Dolby Digital 5.1 demeure pour sa part honnête, faisant ressortir des enceintes des bruits de voitures, de trains et d'oiseaux. Les voix s'entendent aisément, ce qui n'excuse pas l'absence totale de sous-titre. Les images un brin grisâtes peuvent manquer de détails. En revanche, les teintes sont bien développées et l'épaisseur des contrastes de déçoit pas.

La pochette volontairement kitch montre deux adultes qui rient aux éclats. Un semblant de cœur rappelle que leur bonheur est bien réel. Une fois l'insertion du disque dans le lecteur, quelques publicités apparaissent. Ensuite, le saut se fait automatiquement au long-métrage. Du coup, il n'y a aucun menu principal, et encore moins de suppléments.

"Baby Blues" aurait pu être une comédie à la française, à l'anglaise ou à l'italienne. Le principal est de charmer et de mettre de bonne humeur. C'est peut-être trop demander à cette production qui multiplie tous les lieux communs possibles et inimaginables.


Cotes

Film4
Présentation2
Suppléments-
Vidéo7
Audio6