Baccalauréat
TVA Films / AZ Films

Réalisateur: Cristian Mungiu
Année: 2016
Classification: G (QC)
Durée: 128 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Roumain (DD51), Français (DD51)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 64
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 824255024785

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
28 août 2017

Mêlant le politique au personnel, la nouvelle vague du cinéma roumain n'en finit plus de décrire des situations parfois absurdes qui découlent du régime Ceausescu. Dans la mouvance du récent et généreux Sieraneva de Cristi Puiu, c'est au tour de "Baccalauréat" de Cristian Mungiu de marquer les esprits.

Un père de famille (Adrian Titieni) tente de sauver l'avenir de sa fille (Maria-Victoria Dragus) qui s'est fait agresser tout juste avant d'importants examens scolaires.

Débutant sous des fondations sociales (ici l'éducation pourra permettre à la jeunesse de s'expatrier à un endroit où elle aura de véritables chances de se développer) où la corruption est parfois le meilleur ami de l'Homme, la dernière fresque du créateur des magistraux 4 mois, 3 semaines, 2 jours et Au-delà des collines se recentre rapidement sur l'être humain. C'est là où le héros, noble et imparfait, qui est pratiquement de tous les plans, fera l'impossible pour secourir la chair de sa chair. Jusqu'à trahir ses idéaux et ainsi se mettre à dos des personnes clés de son existence.

Portée par un immense sentiment d'injustice et de moralité au sein d'un récit qui pourrait paraître un brin didactique, la fable complexe n'est sans rappeler les opus des frères Dardenne. Mungiu partage leur indignation et cette façon presque unique de travailler. Les séances de répétitions pour les acteurs, nombreuses, sont au service d'une mise en scène minutieuse, toujours ancrée dans le réel. Une impressionnante maîtrise technique judicieusement récompensée à Cannes, qui permet de longuement filmer sans trop couper au montage en profitant de performances magnifiques de ses comédiens. Adrian Titieni porte le film à bout de bras et il développe une délicate relation père/fille avec Maria Dragus, aperçue dans l'inoubliable Ruban blanc de Michael Haneke.

L'image presque naturaliste offre des teintes rugueuse, une palette de couleurs précises et des contrastes un peu sombres. La rare musique met l'emphase sur les dialogues, nombreux et importants. Les pistes sonores viennent souligner des bruits distincts tels du verre brisé, des automobiles et le brouhaha du quotidien. Il est possible d'opter pour un honnête doublage francophone ou les voix roumaines originales en y insérant de visibles sous-titres blancs en anglais.

La jolie pochette montre un père et sa fille en pleine discussion. Le menu principal du disque est identique. Il est statique, accompagné d'une mélodie dansante. Le seul et unique supplément disponible sur cette édition sont des bandes-annonces.

Sans doute Cristian Mungiu ne réinvente pas son art. Malgré ses immenses qualités, "Baccalauréat" est fait du même bois de première qualité que ses prédécesseurs. C'est tout de même un exploit majeur de réussir un tel triplé. Voilà un titre qui fera amplement discuter dans les chaumières et avec raison.


Cotes

Film8
Présentation5
Suppléments1
Vidéo7
Audio7