Les bas-fonds
Koch Entertainment

Réalisateur: Jean Renoir
Année: 1936
Classification:
Durée: 90 minutes
Ratio: 1.37:1
Anamorphique: Non
Langue: Français (Mono)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 18
Nombre de disques: 1 (DVD-5)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Sébastien Cassou
20 janvier 2008

Parmi tous les grands réalisateurs de ce monde, il en est peu qui aient eu un parcours parfait. Parmi toute leur œuvre, il existe toujours quelques taches à leur tableau. Mais peut-être ce qui distingue les maîtres des autres, c'est justement cette capacité de se sortir gracieusement d'un mauvais pas...

Avec "Les bas-fonds" de Jean Renoir c'est un peu le cas. Bien que ce soit un excellent film, les nombreuses maladresses de scénario et les quelques bévues techniques (ou qui semblent telles plus de 70 ans plus tard) nous empêchent de le qualifier de chef-d'œuvre. Il est sûr que l'adaptation très fidèle de la pièce du dramaturge russe Maxime Gorky ne laisse pas beaucoup de place à la flexibilité pour le metteur en scène, mais tout de même un peu plus de rythme dans la réalisation aurait été le bienvenue.

L'interprétation de Louis Jouvet en Baron russe ruiné suite à des dettes de jeu est jouissive et tout en subtilité, alors que celle de Jean Gabin en petit voleur espérant toujours le grand coup est plus prévisible. Évidemment beaucoup de machisme de dur à cuire comme le voulait l'époque, mais le trait philosophe fataliste des taudis est assez peu crédible.

Le fait d'avoir gardé l'action dans la Russie des Tsars (bien qu'on ne la nomme jamais), mais d'avoir toute la distribution qui utilise le jargon et les manières des quartiers populaires de Paris des années trente, est aussi un peu énervant. Comme si les scénaristes responsables de l'adaptation (Renoir, Charles Spaak et Eugène Zamiatine) hésitaient entre fidélité totale à l'œuvre originale et liberté de créateurs cinématographiques. Le compromis utilisé donne un résultat un peu trop timide. Cela dit, la solidité des textes et l'assurance de Renoir qui semble s'amuser dans ce quasi huis-clos (trois décors importants en tout) en font tout de même un film intéressant. On est bien sûr loin de La règle du jeu et autres chefs-d'œuvre du fils d'Auguste Renoir, mais l'exercice est tout de même plaisant.

Le scénario relate l'histoire d'un petit criminel, habitant des bas-fonds, qui un soir se rend chez un riche Baron pour le dévaliser. Or, comble de malheur, non seulement ce dernier rentre plus tôt que prévu, mais il est habité de pensées suicidaires suite à une soirée désastreuse au casino où il a perdu tous ses biens et son honneur. Comme il attend les huissiers le lendemain, il invite Pepel (Gabin) à se servir. Une amitié naît entre les deux hommes et le bon voleur samaritain invite le Baron à venir habiter à l'asile de clochards avec lui. Mais là, des histoires de jalousies, d'envies et de meurtres attendent les deux hommes...

Au niveau de la qualité vidéo, les soixante-dix ans bien tapés du film ne peuvent être complètement cachés. Beaucoup de rayures, de taches et de défauts inhérents à la copie utilisée pour le transfert, comme une variation dans les teintes de gris entre les points de coupe dans la même séquence. Même si le négatif (ou inter-positif) semble avoir été bien nettoyé, un travail majeur de restauration aurait été bénéfique. De plus, on ne peut dire que la qualité du noir et blanc de cette époque avait atteint son sommet et tout ça manque un peu de contraste et semble un peu terne si on le compare aux grands films noir et blanc des années 50. Pour l'audio, mêmes constatations. L'âge du film en fait une cible de choix pour la résurgence de problèmes typiques tels des passages d'intensité variable, des bouts de phrases coupés et un bruit de fond omniprésent. La musique a aussi été mise trop en avant-plan et les envolées lyriques de l'orchestre enterrent parfois les dialogues et l'ambiance sonore du film. De plus, un mauvais mixage nous fait clairement distinguer deux pistes, une pour le son du film et l'autre pour la trame musicale, l'un ayant du normalement être mieux intégré à l'autre. Il n'y a pas de supplément sur ce DVD.


Cotes

Film8
Présentation6
Suppléments-
Vidéo6
Audio6