Belle et Sébastien
Film Movement / Omnibus Entertainment

Réalisateur: Nicolas Vanier
Année: 2013
Classification: NR
Durée: 99 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DD51, DD20), Anglais (DD51, DD20)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 12
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 857692005222

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
18 juin 2015

Grand succès populaire en France, "Belle et Sébastien" débarque en DVD dans son édition américaine, presque une année jour pour jour après son édition québécoise. Si l'image sur le boîtier n'est pas la même (celle de la Belle Province est nettement plus jolie), le film est inchangé et ce n'est pas nécessairement une bonne nouvelle.

Pendant l'occupation allemande dans un petit village des Alpes, le jeune Sébastien (Félix Bossuet) participe à son effort de guerre en devenant ami avec l'immense chienne Belle. Ensemble, ils peuvent peut-être changer les choses et même aider les villageois.

Le livre et la série télévisée de Cécile Aubry qui ont vu le jour au milieu des années 60 ont été bénits par de nombreux cinéphiles, au même titre que le dessin animé des années 80. Des créations légendaires qui ont marqué les esprits pour les bonnes raisons. En mal d'histoires originales, ces icônes ont été ressuscitées et le résultat laisse grandement à désirer. Par que cette belle bête ne suscite pas la sympathie. Ce sont plutôt les êtres humains qui l'entourent qui ne sont pas à la hauteur, si ce n'est peut-être le grand Tcheky Karyo. Avec une histoire qui ne lésine pas sur les morales et les bons sentiments, une tentative d'humour qui tombe à l'eau et une représentation manichéenne de la guerre, l'ensemble s'adresse seulement aux jeunes enfants. Les autres seront tour à tour ennuyés et offusqués par cette production mécanique qui semble se plaire à détruire de si beaux souvenirs.

Spécialiste du drame animalier (le très potable Le dernier trappeur demeure son plus haut fait d'arme), Nicolas Vanier sabote un peu sa réalisation en misant seulement et uniquement sur la beauté de la photographie. Celle-ci est splendide, sauf qu'elle ne remplace en rien le récit inopérant. Au moins elle est continuellement élevée par des images de qualité supérieure où la palette de couleurs est éclatante, au même titre que les contrastes extrêmement soignés et les teintes détaillées. Comme toujours chez le compositeur Armand Amar, sa musique fait beaucoup de bien aux oreilles et elle est maximisée par des pistes sonores immersives qui apportent une réelle profondeur. Il est recommandé d'opter pour les voix originales en français et insérer en cas de besoin les très visibles sous-titres blancs en anglais, car le doublage dans la langue de Shakespeare est loin d'être adéquat.

La pochette colorée à l'effigie d'un garçon et de son chien est rudimentaire. Le menu principal du disque est similaire. Il est statique, accompagné d'une mélodie légère. Les suppléments volatiles comme l'air comprennent une bande-annonce et un intéressant documentaire de 37 minutes sur le tournage.

La nostalgie a le dos large, ce qui peut expliquer – mais jamais excuser – la renaissance de "Belle et Sébastien". Bien que très ordinaire, ce long-métrage a suffisamment fonctionné pour qu'une suite voie le jour d'ici la fin de l'année. En espérant que le résultat soit tout autre... Sinon, on se consolera toujours des vieilles séries qui sont toujours aussi charmantes.


Cotes

Film4
Présentation4
Suppléments3
Vidéo8
Audio8