Bienvenue chez les Ch'tis
Les Films Séville Pictures / Link Production

Réalisateur: Dany Boon
Année: 2007
Classification: G (QC)
Durée: 106 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DD51, DD20)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres: 17
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Simon Bergeron
2 décembre 2008

Lorsqu'un film a le cœur à la bonne place, difficile de ne pas être charmé et de succomber, et ce même si l'action se passe à Bergues. Où c'est Bergues? Voilà ce que Philippe Abrams (Kad Merad) aimerait bien savoir. Une histoire au scénario un peu classique, mais menée tambour battant par une équipe entière habitée de bonnes volontés et la joie au cœur. Après les différences et acceptations entre races et langues (Leathal Weapon, Bon Cop, Bad Cop, etc.) et les films dont le personnage fini par adorer un endroit qu'il détestait à priori (Groundhog Day), voici le film de Dany Boon.

Philippe Abrams est directeur de la poste dans la ville de Salon-De-Provence. Marié à Julie, une épouse dépressive jamais heureuse, Philippe est bien décidé de changer la donne. Il imagine alors un stratagème de fraude afin d'être muté sur la Côte d'Azur. Cependant, tout ne marche pas comme prévu (sinon le film serait plutôt court, heiin?) et la fraude est mise à jour. Il est donc affecté au Nord de la France, au-delà de Paris, plus haut que la Belgique. Les préjugés de Philippe seront mis à rude épreuve puisque l'aventure ne fait que commencer.

Le rythme du film n'est pas le même que nos voisins du Sud, il faut l'avouer, et c'est précisément ce qui en fait son charme. Le personnage de Kad Merad, au début un peu antipathique et profiteur du système, subit une merveilleuse transformation, retrouvant le sourire de lui-même. Le duo Dany Boon et Kad Merad fonctionne à merveille et pour une fois, malgré quelques clichés qui semblent inévitables, l'amitié ressentie entre les deux comparses crève l'écran. Les acteurs secondaires sont également très bien sentis, notamment Zoé Félix et Anne Marivin, crédibles et attachantes. Autre point favorable pour le film est que l'on ne ridiculise pas une communauté X au détriment d'une autre communauté Y. En effet, bien que caricaturé, le portrait demeure agréable et on se prend à rêver aussi bonne malchance. Lorsque tombent les masques de la mascarade de Philippe, c'est à ce moment que la plupart des défauts du film s'en ressentent: une trop grande hâte d'en finir, des clichés et une finale qui, malgré l'indice amené dès le début, nous surprend par son détachement rapide (quoique aux vues du personnage principal, c'est exactement comme ça que ça semble). Et tout ceci nous dirigera-t-il vers une suite? Dieu seul le sait...

Les suppléments sont corrects, mais peu nombreux: une bande-annonce, des scènes ratées (21 minutes!!!), une réunion entre Dany Boon et Kad Merad déguisés et visitant à nouveau le patelin où a été tourné le film, des scènes coupées (certaines bonnes, d'autres moins, ce qui rend leur présence ici légitime) et une autre bande-annonce. On aurait apprécié une revuette allant en profondeur et une piste de commentaires, malheureusement perdus durant leur passage de Zone 2 à Zone 1... plusieurs films étrangers subissent ce sort et c'est bien malheureux et insuffisant.

Le visuel est impeccable. Les décors sont riches en détail, les actions sont fluides et précises et les couleurs réalistes sont bien balancées. Pour le son, c'est plus que correct, quoique la piste en DTS (perdue lors de son passage en Zone 1, rappelons-le) devait receler de trésors auditifs inaudibles ici. Cependant, c'est un Dolby Digital 5.1 qui se tire bien d'affaire. Le menu principal reprend le titre du film avec un collage d'images fixes du film. Bien que très peu animé et musical avec parcimonie, le menu ne fait pas honneur au film ni en contenu ou en contenant. Les autres pages sont fixes et muettes, déjà plus à l'image du film.

"Bienvenue chez les Ch'tis" est une comédie agréable qui se regarde en n'importe quelle occasion (sauf après un saut de bungee sans élastique...), et l'ensemble sympathique redonne immédiatement envie de le revoir à nouveau. Il ne reste qu'à espérer ne pas voir une relecture québécoise d'un gars forcé d'aller à Gaspé... ou plus au Nord...


Cotes

Film8
Présentation5
Suppléments5
Vidéo8
Audio7