Big Shot's Funeral
Columbia TriStar Home Entertainment

Réalisateur: Feg Xiaogang
Année: 2001
Classification: PG
Durée: 100 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais et mandarin (DD51), Français (DD20)
Sous-titres: Anglais, Français, Portugais, Espagnol
Nombre de chapitres: 28
Nombre de disques: 1 (DVD-5)

Ce DVD est disponible chez : Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
17 avril 2003

Don Tyler (Donald Sutherland) est un grand réalisateur américain actuellement à Pékin sur le plateau de son nouveau film. Lucy (Rosamund Kwan), sa principale et plus proche assistante, recherche quant à elle un cadreur qui documentera le travail du maître pendant le tournage. Le choix se porte sur Yoyo (Ge You), un Chinois qui n'a pas sa langue dans sa poche. L'homme plaît bien à Tyler. Alors que la production du film en tournage semble s'enliser dans des considérations humaines et financières, le réalisateur confie à Yoyo, devant sa caméra, que s'il lui arrivait quelque chose, il voudrait que ce soit lui et personne d'autre qui organise ses funérailles. Il lui demande qu'elles soient gaies et qu'elles reprennent l'idéologie chinoise d'antan. Puis il s'effondre.

Se sentant envahi par une mission divine, Yoyo va tout faire pour réaliser les dernières volontés du maître désormais dans le coma, dans un hôpital de la ville. Il ira même demander l'aide de son ami Wang, promoteur de spectacles. Tout ira plutôt bien jusqu'au jour où Yoyo apprendra qu'il n'y a pas d'argent pour payer les obsèques. C'est alors que l'idée de vendre des espaces publicitaires lors des funérailles prend forme. Elle deviendra vite une affaire nationale et même internationale où les plus grandes marques voudront obtenir le meilleur endroit sur le corbillard ou encore mieux, sur le corps du défunt.

Réalisé en 2001 par le réalisateur chinois Xiaogang Feng, ce film serait le plus grand succès d'une comédie au "box-office" en Chine. La présence d'acteurs non chinois comme Donald Sutherland ou encore Paul Mazursky (dans le rôle du principal producteur) a assuré à ce film une carrière hors de la Grande Muraille. Carrière assez mitigée si l'on en juge les maigres retombées qu'il a eues malgré tout. Il a par contre été à l'affiche de nombreux festivals de par le monde dont celui de Toronto et de Tokyo en 2002.

Même si l'histoire a de quoi plaire, il est vrai que ce film prend un trop long moment à démarrer, sans relation avec le plongeon comateux de Tyler dans les premières minutes. C'est vraiment quand la "vente aux enchères" des pubs et leurs conséquences vont commencer à s'animer que le plaisir du visionnement atteint sa vitesse de croisière. Il y a aussi une histoire humaine qui a de la peine à paraître. Sans oublier que parfois le réalisateur utilise quelques subterfuges visuels pour expliquer une situation ou une scène, mais que malheureusement le sens n'est pas aussi évident. Malgré tout, l'interprétation des personnages est plaisante et nous donne aussi une vision moderne d'un pays connu pour son aspect conservateur, principalement dans ses traditions. On pourra peut-être regretter que justement la partie de la vente des publicités ne soit pas plus développée ou, du moins, montrée ou expliquée différemment, principalement dans la dernière partie du film (que je ne peux pas préciser ici sans dévoiler l'histoire).

La production de ce DVD reste très sobre. L'image présentée est correcte, sans éclat particulier, sauf parfois dans quelques scènes colorées des lieux sacrés de Pékin, comme la Cité Interdite. D'ailleurs, le film a entièrement été tourné dans cette ville et nous avons droit, il est vrai, à de très belles vues sur de grands monuments ou plus simplement sur des parcs ou lieux de recueillement. Certaines scènes intérieures sont un peu trop sombres. Pour les pistes sonores, il faut aimer lire les sous-titres, car quelle que soit la version du film que l'on choisit, il y aura environ la moitié des dialogues qui sera en mandarin. Ça donne d'ailleurs une situation un peu surprenante puisque parfois on ne comprend pas pourquoi le personnage de Lucy se fait traduire des propos chinois alors qu'elle-même parle cette langue. La qualité du son est par contre très correcte avec par-ci par-là quelques sonorités orientales qui nous laissent absolument dans l'ambiance. Les menus sont limités à des images du film, mais comme il y en a plusieurs en rotation, on a l'impression d'avoir des menus animés.

De très maigres suppléments puisque nous trouvons seulement trois bandes-annonces, celle du film présenté et celle de So Close et Time and Tide, deux films d'origine chinoise.

"Big Shot's Funeral" est certainement un film plaisant. Il faut accepter malgré tout un certain laisser-aller dans l'histoire et un final peut-être un peu rapide en explications. Il n'en reste pas moins un bon moment à passer avec des acteurs chinois peu connus par chez nous, mais de grandes vedettes dans leur contrée où, par exemple, Rosamund Kwan compte déjà plus de 50 films à son actif alors qu'elle a à peine plus de quarante ans. À découvrir.


Cotes

Film7
Menu5
Suppléments2
Vidéo7
Audio7