Bombon
Mongrel Media

Réalisateur: Carlos Sorin
Année: 2004
Classification: PG
Durée: 94 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Non
Langue: Espagnol (DDST), Français (DDST)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres: 10
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
14 mai 2006

Même si ce genre de film a déjà été fait des centaines de fois, il est pratiquement impossible de résister au charme de "Bombon Le Chien". Cyniques s'abstenir, les autres pourront célébrer en paix. Il ne faut pas se fier à l'histoire. À 52 ans, Juan Villegas perd son emploi dans une station service des suites de la mondialisation. Cumulant plusieurs travaux peu payants, son grand cœur finira par le récompenser. Après avoir réparé une voiture en panne, sa propriétaire le remercie en lui offrant Bombon, surnommé Le Chien, un dogue argentin qui est le fils d'un champion. Afin de l'entraîner pour des compétitions, Juan fait appel au meilleur de la profession: un certain Walter Donado. Ensemble, ils affronteront de multiples épreuves pour ramasser quelques pécules au passage.

Il faut l'avouer, ce sujet éprouvé n'est guère original. Sauf que le cinéaste Carlos Sorin, auteur du déjà sympathique Historias Minimas, ne fait pas dans le Walt Disney et il arrive presque à renouveler le genre. Tout d'abord par sa réalisation, experte et souple. Les péripéties sont nombreuses, parsemées de beaucoup d'humour et malgré quelques aspects prévisibles, il y a des surprises qui peuvent étonner au passage. Il y a également les nombreux interprètes, incroyablement sympathiques, qui réussissent à émouvoir. Surtout que pour la plupart, ce sont leur première présence à l'écran. Ce n'est pas surprenant qu'ils aient gardé leur propre nom. Juan Villegas, véritable réplique de Walter Mathau, est d'un naturel confondant en homme gaffeur qui aimerait se sortir du pétrin. En voilà un qui ferait des flammèches chez Almodovar. Walter Donado défend un personnage un peu plus typé, mais il s'en sort sans verser dans la caricature. Surtout, il y a la présence du magnifique Gregorio qui arrive à faire rire aux larmes ou à rendre les yeux tristes par sa mine irrésistible. Sans ce chien vivifiant, le film serait presque un échec.

La musique, un tantinet trop présente vers la fin, est délicieuse, haute en couleur et provoque quelques sourires. Devant autant de charme, il est difficile de ne pas retrouver son cœur d'enfant. Cette très belle partition lyrique vivifie le rythme et soutient toujours parfaitement les situations. Si les haut-parleurs ne sont pas très utilisés, le son n'enterre en aucun moment les voix. La traduction dans la langue de Molière est adéquate, quoique la version originale en espagnol soit beaucoup plus précise et riche en intonations de toutes sortes. Les sous-titres anglais ou français blancs se perdent toutefois dans l'écran et les caractères sont beaucoup trop petits. La lecture jusqu'à la fin nécessite presque une visite chez l'optométriste! Les paysages sont grandioses, incroyablement réalistes et très évocateurs. L'image est luxueuse, riche en détails. Les couleurs blanchâtres sont souvent prédominantes, ce qui donne un côté angélique au récit. La pellicule est toutefois entachée de grains, d'égratignures et de légers blocages. Ces anomalies surviennent principalement au début et elles perdent graduellement de leur intensité.

La pochette réversible est sobre. Elle montre un gros plan du dogue argentin et Juan Villegas en arrière-plan. La couleur blanche est encore très présente et son caractère poétique offre de multiples interprétations (pureté, commencement, virginité, soleil, etc.). Une fois l'insertion du DVD, un premier menu apparaît. Il faut alors choisir la langue. Par la suite, la superbe musique débute et déjà, les émotions fusent. Un chien éminemment sympathique apparaît et alors que l'image est fixe, il est impossible de se perdre à travers les icônes. Entre le visionnement du film, l'index pour les scènes ou le choix d'une langue, la navigation est facilitée. Au même moment, il faut se rendre à l'évidence. Il n'y a aucun supplément! Le film a beau avoir fait le tour de la planète en remportant quelques prix, il n'y a pas la moindre trace du réalisateur ou même une simple bande-annonce. De quoi rendre incomplète cette histoire si simple et délicate.

Quelques intrigues parallèles ne sont peut-être pas toujours bien développées et n'importe qui pourra deviner la fin, mais "Bombon Le Chien" est loin d'être un produit dépourvu d'âme qui existe pour ramasser le maximum d'argent. C'est plutôt une œuvre d'auteur très accessible, qui séduit les petits et les grands sans les prendre pour des imbéciles. En plus, il y a un regard mélancolique sur une région pauvre qui fait l'impossible pour s'en sortir. Très recommandable.


Cotes

Film7
Présentation7
Suppléments-
Vidéo6
Audio7