The Butterfly / Le Papillon
First Run Features

Réalisateur: Philippe Muyl
Année: 2002
Classification: NR
Durée: 80 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Non
Langue: Français (DD20)
Sous-titres: Anglais (brulés dans l'image)
Nombre de chapitres: 12
Nombre de disques: 1 (DVD-5)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon François Langevin
16 octobre 2004

Michel Serrault est un grand comédien du cinéma français. Ayant à son crédit près de 150 films, il s'est fait découvrir en 1955 dans le classique d'Henri-Georges Clouzot intitulé Les diaboliques. Au fil des ans, nous avons pu admirer son grand talent dans des films tels La cage aux folles, Mortelle randonnée et Les enfants du marais. En 2002, Michel Serrault acceptait le rôle principal d'un petit film intitulé "Le papillon".

Réalisé par Philippe Muyl (Cuisines et dépendances), ce film est un regard sur le fossé qui sépare les générations. Julien, un ancien horloger à la retraire, remplit ses journées à collectionner les papillons tandis qu'Elsa, huit ans, est abandonnée à elle-même par une mère célibataire aussi occupée que préoccupée. Alors que Julien prépare un voyage en montagne dans le but de capturer un papillon extrêmement rare prénommé "Isabella", Elsa en profite pour se dissimuler dans sa voiture et c'est ainsi que démarre une aventure en montagne où l'innocence et les "pourquoi" d'Elsa mettront à l'épreuve la patience et les "parce que" de Julien.

Si la prémisse du film est intéressante, son traitement est des plus conventionnel. Les thèmes abordés sont souvent puérils et présentés de façon singulière nous laissant sur notre appétit. Il est bien dommage de n'avoir pas pu travailler le scénario un peu plus, car le film présente une histoire potentiellement intéressante. Malgré les nombreuses ratées, on retrouve un Michel Serrault toujours en nuance, une adorable Claire Bouanich qui se débrouille pas mal bien dans son premier rôle au grand écran, un décor enchanteur et quelques moments de pur délice dont celui où Julien raconte à Elsa l'histoire du jugement dernier en utilisant ses mains dans un jeu d'éclairage d'ombres chinoises et celui de la métamorphose d'une chenille en papillon. Mais, ces oasis de plaisirs sont trop parsemées et ne réussissent pas à sauver le scénario truffé de dialogues prévisibles et enfantins.

Ce film nous est présenté dans sa version originale suivant un transfert non-anamorphique, tout de même de très bonne qualité, exempt d'impuretés et composé de très belles couleurs vives et naturelles rendant hommage à très belle cinématographie de Nicolas Herdt. Aucun artéfact de compression n'est à signaler sur ce transfert "4 % PAL SpeedUp", ce qui explique la durée plus courte du film de quelques minutes par rapport à sa version originale européenne. Le volet audio nous propose une trame française en format Dolby Digital 2.0. Cette trame est très dynamique et propose de beaux effets stéréophoniques. Les dialogues sont clairs et audibles tandis que la musique d'accompagnement tout piano se mélange bien au tout. À souligner que First Run Features persévère à nous offrir des sous-titres permanents et il serait temps d'évoluer vers un processus de sous-titrage plus flexible permettant ou non son affichage.

Le menu est une belle entrée en la matière. Au démarrage du DVD, une petite porte s'ouvre sur l'univers des papillons et c'est sur une belle musique aux saveurs de piano que l'on navigue entre les différentes options. Nous avons bien peu à nous mettre sous la dent en terme de suppléments. Une biographie écrite nous présente les feuilles de route du réalisateur et de Michel Serrault. Une galerie d'images propose un court diaporama d'une douzaine de photos tandis que les bandes-annonces du film ainsi que de quatre autres productions de First Run Features complètent le tout.

"Le papillon" est une réflexion un peu simpliste sur l'entrechoc de deux générations. Alors que la jeunesse s'interroge sur la vie en général par le truchement d'une kyrielle de "pourquoi", la sagesse y répond par une série de "parce que". Ce film saura certes divertir tous les membres de la famille dans un visionnement familial et plaire à un jeune auditoire, mais les propos trop simplistes et une formule redondante dans le traitement en font un film dont on peut s'essouffler rapidement.


Cotes

Film6
Menu6
Suppléments2
Vidéo8
Audio7