Colonia
Métropole Films Distribution / Mongrel Media

Réalisateur: Florian Gallenberger
Année: 2015
Classification: 14A
Durée: 110 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Français (DD51)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 629159057613

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Jimmy Chartrand
3 novembre 2016

Manipulateur et jamais particulièrement engageant, le "Colonia" de Florian Gallenberger, récipiendaire d'un oscar pour un court-métrage il y a quinze ans, déçoit malgré tout ce qui s'enlignait pour en faire un film d'intérêt.

Aidé d'une distribution qui fait tourner les têtes et d'un sujet intriguant, en plus d'être basé sur des faits réels, disons que sous fond de romance, la profondeur en prend pour son mal dans cette incursion du camp de la Colonie Dignidad, camp nazi chilien durant la dictature de Pinochet. Disons qu'on est loin de Son of Saul!

C'est donc Emma Watson et ses petits airs de gamine qui joue les infiltrés pour sauver l'amour de sa vie, soit Daniel Brühl qui s'amuse à faire l'idiot après avoir été capturé puis torturé durant une révolte. Bien sûr rien n'est simple alors que la douce essaie de les faire sortir de là au plus vite entre tâches ingrates et découvertes d'abus de pouvoir. C'est que le camp est dirigé par l'ex-militaire nazi Paul Schäfer, interprété de façon terrifiante par Michael Nyqvist.

Malheureusement, alors que les jours avancent, l'intérêt ne se fait pas plus proéminent même si le suspense s'intensifie et que les discussions durant les séances d'épluchette de pommes de terre se multiplient. Après tout, on en dit que personne n'est jamais sorti vivant de tout ce bordel et on doit avouer que même si les protagonistes ne sont pas du plus grand intérêt, on a quand même envie qu'ils dévoilent au grand jour la vérité tellement la subjectivité bat son plein pour prendre position face à toute cette histoire.

Digne d'un petit soap de fin d'après-midi, la mise en scène ne casse rien et le visuel est ordinaire. La musique appuie constamment l'émotion qu'on nous dicte et on privilégie un réalisme certain dans les images histoire de bien exhiber la reconstitution d'époque et le soin aux détails, profitant beaucoup de la lumière naturelle comme on est souvent dans la nature compte tenu du côté reclus du camp. Du côté sonore, les dialogues sont clairs toutefois en laissant juste assez de place pour les mélodies, tantôt mouvementées, tantôt sirupeuses.

L'édition DVD est dénuée de tous suppléments. Le menu n'a d'ailleurs que trois options : le film en version originale, une version originale sous-titrée pour les malentendants anglophones et la version doublée en français. Ce dernier a un court montage animé sur une délicate musique provenant du film. Pour la pochette, celle-ci priorise des couleurs sombres noires et vertes qui viennent appuyer le côté dramatique de la chose, tout comme les photos qu'on a choisies montrant une Emma Watson clairement dans un grand sentiment de détresse. À l'endos, on découvre un synopsis étrangement plus long et détaillé en français que celui en anglais. Le film avait précédemment eu droit à une version unilingue anglophone par le même distributeur à la différence qu'on offrait également le film sur version Blu-ray l'édition bilingue est uniquement disponible sur format DVD.

Au final, par ses thèmes rassembleurs et ses revirements prévisibles, "Colonia" n'est pas mieux qu'un suspense dramatique hollywoodien basé sur une histoire vraie, ce qui risque de plaire à un public cherchant un film plutôt léger et intellectuellement peu exigeant. Pour les autres, ils préféreront ne pas trop perdre leur temps avec ceci.


Cotes

Film4
Présentation5
Suppléments-
Vidéo6
Audio6