The Assassin Next Door
Métropole Films Distribution / Mongrel Media

Réalisateur: Danny Lerner
Année: 2009
Classification: 18A
Durée: 102 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais/Hébeux/Russe (DDST)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (DVD-5)
Code barres (CUP): 629159043326

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
16 août 2010

Deux femmes tentent de s'affranchir d'hommes diaboliques dans "Kirot" (ou "The Assassin Next Door"), un suspense moyennement convaincant qui cherche à faire beaucoup avec peu. Dépaysant... mais pas toujours au point.

Galia (Olga Kurylenko) n'a pas le choix. Elle doit tuer des gens afin de recouvrer sa liberté et de rejoindre sa fille en Russie. En mission contre son gré à Tel-Aviv, elle se lie d'amitié avec Elinor (Ninet Tayeb), une jeune femme qui se fait battre par son mari. Ensemble, elles décident de changer de vie, ce qui nécessite faire couler beaucoup de sang.

Producteur spécialisé dans le long-métrage de série B, Danny Lerner se lance quelque fois dans la réalisation. C'est ce qu'il fait ici avec ce récit dont il a également écrit le scénario. L'essai, qui rappelle autant le cinéma de Jean-Pierre Melville que celui de John Woo et Luc Besson, ne fait pas dans l'originalité. L'homme se conduit comme une bête et c'est sa douce moitié qui doit le ramener dans le droit chemin. Ce discours féministe prend deux chemins diamétralement opposés. Il s'agit tout d'abord d'un drame intimiste qui, même s'il verse allègrement dans le mélo, captive grâce à la performance de ses interprètes. Olga Kurylenko et Ninet Tayeb affichent une belle complicité qui ne se dément pas.

Sauf que le cinéaste se sent obligé de tout arroser de décevantes et inutiles séquences musclées. Encore une fois, autant le manque de budget de ce téléfilm est apparent, autant quelques plans séquences attirent l'attention, tout comme la finale en forme d'hommage à Brian de Palma. Le spectateur est donc constamment divisé entre l'admiration et la déception, conscient du potentiel du synopsis qui s'intéresse aux moeurs étrangères et à cette façon un peu quelconque de matérialiser ces bonnes idées.

Cette dichotomie existe également au sein de la musique. Il y du gros techno dansant et du piano langoureux, des moments de silences et d'autres ou le violon tient en haleine. La piste sonore en Dolby Digital 2.0 laisse émaner quelques bruits d'instruments, de pluie, de vent et de tonnerre sans étonner outre mesure. Afin de bien comprendre les dialogues qui passent du russe à l'hébreu et à l'anglais, il y a de très potables sous-titres blancs francophones et anglophones. Le clivage se poursuit au sein des images, où des teintes réalistes parsemées de grain, de couleurs peu éclatantes et de contrastes inégaux côtoient quelques séances de rêves plus stylisées, mieux définies.

La pochette attendue montre l'héroïne, arme au poing, avec du sang et une cible derrière elle. Le menu principal du DVD reprend cette figure statique. Une mélodie de discothèque campe rapidement l'atmosphère. Aucun supplément ne figure au menu.

"The Assassin Next Door" est un suspense au potentiel certain qui ne remplit pas toutes ses promesses. Pour un peu d'émotions et une chimie palpable entre les deux comédiennes se trouve un traitement un peu sensationnalisme et une mise en scène parfois rudimentaire qui valorise l'action et l'hémoglobine au détriment des sentiments et du développement des personnages. Parfois il faut avoir l'ambition de son sujet.


Cotes

Film5
Présentation3
Suppléments-
Vidéo5
Audio6