Le battant
Koch Entertainment

Réalisateur: Alain Delon
Année: 1983
Classification: NR
Durée: 121 minutes
Ratio: 1.66:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DDST)
Sous-titres:
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (DVD-5)
Code barres (CUP): 625712506291

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
25 mars 2009

Deux années après s'être aventuré dans la série B avec son désopilant Pour la peau d'un flic, Alain Delon retourne derrière - et devant - la caméra pour le plus sérieux "Le battant".

Darnay (Delon) vient de sortir de prison et il sait que c'est à ce moment que les vrais problèmes vont débuter. La police et ses anciens "amis" le suivent à la trace, seulement pour découvrir à quel endroit il a caché les fameux diamants qu'il a dérobés il y a de cela une décennie. Lorsque les gens qu'il apprécie disparaissent les uns après les autres, le jeune quadragénaire apprendra qu'il ne peut faire confiance à personne.

Nouvelle adaptation d'un livre (cette fois écrit par André Caroff) au grand écran pour Alain Delon qui ne casse rien en tant que metteur en scène. Son désir de se tourner vers la réalisation lui permet de continuellement se mettre en valeur, avec ce torse bien en vu, ces scènes pseudo érotiques avec de jolies femmes qui ont la moitié de son âge et ces répliques qui lui permettent d'avoir l'air plus intelligent que ses acolytes. Avec tout cela au rendez-vous, pourquoi s'intéresser à la vraisemblance ou à l'émotion?

C'est un peu ce qui handicape "Le battant". Même si elle manque fondamentalement d'originalité, l'histoire n'est pas mauvaise en soi. Le suspense tient la route, quelques dialogues font sourire et ces enquêtes peuplées de cadavres se regardent avec intérêt. Sauf qu'après une heure de tergiversation, l'intrigue finit par lasser et le rythme cogne un mur, avant d'être sauvée in extremis par une conclusion particulièrement relevée. D'ici là, une plus grande cohérence, des personnages mieux définis et des situations imprévisibles n'auraient pas fait de tort.

En revanche, la musique de Christian Dorisse est incroyablement efficace. Ce piano inquiétant devient pratiquement le fil d'Ariane de l'entreprise, amenant du piquant là où il n'y en avait pas particulièrement. Plus effacée, la piste sonore francophone ne sert qu'à transmettre convenablement les dialogues. Ces derniers sont immédiatement compréhensifs, ce qui est toujours rassurant avec l'absence de sous-titres. Les images légèrement défraîchies offrent une sombre palette de couleurs (avec une prédominance du gris et du brun), des contrastes un tantinet trop appuyés et un peu de grain qui s'oublie toutefois devant la très belle cinématographie de Paris.

La pochette représentant deux Alain Delon (l'ego de monsieur est démesuré...) ne favorisera certainement pas la location ou l'achat de ce titre. Ni le terne menu principal du DVD où une photographie statique du protagoniste de Le cercle rouge est accompagnée d'une lumineuse mélodie. Et encore moins l'absence totale de suppléments qui laisse le long-métrage nu comme un ver.

Copie sans âme des grands classiques de Jean-Pierre Melville, "Le battant" ne semble pas avoir été tourné en 1983. Le ton est résolument vieillot, plus près des escapades de Jean Maigret Gabin, mais avec plus de violence et de fantaisies sexuelles. Terriblement ordinaire, le film n'en demeure pas moins très digeste pour les amateurs d'Alain Delon qui adorent voir leur héros se venger en faisant exploser la gueule des méchants. En voilà un qu'il faudrait peut-être sortir de sa retraite...


Cotes

Film5
Présentation2
Suppléments-
Vidéo6
Audio6