Le Boulet
Les Films Séville

Réalisateur: Alain Berberian, Frédéric Forestier
Année: 2002
Classification: NR
Durée: 107 minutes
Ratio: 1.33:1 (4:3)
Anamorphique: Non
Langue: Français (DD51, DD20)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 15
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez : Amazon.ca

Selon Frédéric Gouin
24 janvier 2003

Des films basés sur des duos d'acteurs qui sont forcés de faire équipe par le hasard des choses, ce n'est pas nouveau. On peut penser à Rush Hour, Training Day ou encore Tango and Cash. Le cinéma français qui, quelquefois a tendance à vouloir imiter le cinéma américain, nous arrive avec "Le Boulet". Un film qui n'est pas mauvais en soi, mais qui aurait mérité d'être poli un peu plus.

Moltès (Gérard Lanvin), le grand criminel français, est arrêté pour meurtre. Il se ramasse donc en prison sous la gouverne de Reggio (Benoît Poelvoorde), le gardien de prison. À force de se fréquenter, il se développe une amitié entre les deux. Même que Moltès fait acheter ses billets de loterie par son gardien de prison. Le hasard des choses veut que le soir où la femme de Reggio le quitte pour travailler en Afrique (pour le rallye du désert), les numéros gagnants de la loterie soient ceux sélectionnés par Moltès. Le problème, c'est que Reggio n'a pas donné le billet à Moltès encore... c'est sa femme qui l'avait acheté, et donc elle l'a apporté avec elle en Afrique.

Moltès s'arrange donc pour s'évader de prison et "forcer" Reggio à l'accompagner (en effet, c'est logique, Moltès ne connaît pas la femme de Reggio). Un périple de fou commence, en passant par Paris, jusqu'au désert africain. Cette poursuite se complique lorsque Le Turc (José Garcia) désire venger la mort de son frère et part à la recherche de Moltès.

Le détail qui m'a dérangé durant le film est plus d'ordre technique. À vouloir imiter le cinéma américain, on a intégré des cascades et des scènes d'actions complètement loufoques (les effets spéciaux ne sont pas géniaux en passant). La scène de la grande roue est sûrement une des scènes les plus exagérées que j'ai eu la chance de voir depuis longtemps. On tente aussi d'utiliser des plans accélérés/ralentis pour donner un style au film. Bref, côté comédie, je me suis bien diverti. Benoît Poelvoorde est encore excellent dans son rôle de gars pas vite vite. José Garcia est assez délirant dans son rôle de tueur névrosé. Un peu caricatural, mais amusant. Par contre, quelques scènes d'actions m'ont fait quelque peu décroché du film.

Le menu est fixe et comprend l'image principale du film. Cette image intègre l'ensemble des scènes importantes du film (désert, la grande roue, les acteurs principaux, etc.). Il y a une musique qui accompagne ce menu.

Les productions Séville m'ont informé qu'ils n'ont jamais réussi à obtenir une version panoramique des producteurs européens. C'est quand même mieux que rien, au moins, il est possible d'avoir une version DVD de ce film au Québec. Je dois dire que la qualité vidéo est très bonne, même que rien ne m'a vraiment dérangé durant le visionnement. La piste sonore en Dolby Digital 5.1 est assez performante. Elle intègre plusieurs effets d'ambiance qui permettent de nous envelopper dans les scènes de poursuite en voitures, par exemple. Les dialogues sont un peu difficiles à saisir, mais c'est plutôt dû au fort accent de certains acteurs.

Bien sûr, nous ne sommes pas autant gâtés que pour l'édition Zone 2. En fait, il manque près d'une heure de documentaire de production. Pour ce qui est de notre édition, il est possible de visionner deux scènes inédites. Celle intitulée "Les ninjas attaquent" est pratiquement meilleure que celle incluse dans le film.

On a également droit à des bêtisiers (lire bloopers!). Le premier documentaire s'appelle "Bétisier chanson" qui regroupe des scènes derrière la caméra où les acteurs se défoulent en chantant des chansons hilarantes. José et Benoît sont complètement débiles. Le deuxième documentaire s'intitule "Bêtisier gags et fous rires" est un regroupement de scènes manquées à cause des fous rires.

Finalement, on a droit aux traditionnelles bandes-annonces. Il y a trois "teasers" et une bande-annonce complète pour "Le Boulet". De plus, les bandes-annonces de Wasabi, Nuit de Noces et 8 femmes sont disponibles.

Ce n'est pas le film du siècle. Si vous êtes capable de mettre votre cerveau en veilleuse, il est possible de passer une bonne soirée. Je dois dire que j'ai un petit faible pour Benoît Poelvoorde que j'avais découvert dans Les randonneurs.


Cotes

Film6.5
Menu3
Suppléments6
Vidéo6.5
Audio7.5