Moka
Film Movement

Réalisateur: Frédéric Mermoud
Année: 2016
Classification: NR
Durée: 90 minutes
Ratio: 2.40:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DD51, DD20)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 12
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 859686006320

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
16 2017

Six ans après son très efficace Complices, Frédéric Mermoud retourne au cinéma avec "Moka", un film beaucoup moins maîtrisé et réussi.

Une femme (Emmanuelle Devos) qui cherche inlassablement la personne qui a involontairement renversé son enfant, croise la route d'une coiffeuse attachante (Nathalie Baye).

Cette adaptation libre du roman de Tatiana de Rosnay permet à deux actrices de triompher. Tout d'abord la sublime Emmanuelle Devos, impériale, qui est de presque tous les plans. Puis de Nathalie Baye qui ne s'en laisse pas imposer. Leur performance est si grande et magnétisante qu'elles finissent par faire de l'ombre à ce thriller psychologique sommaire et superficiel, qui peine souvent à convaincre. Le récit de qualité très variable emprunte beaucoup au cinéma de Chabrol mais sans le style et la grâce. Alors qu'on valorise l'importance des silences, la mise en scène est insuffisamment élaborée pour rendre justice à cette démarche.

La musique mélodique au piano ne manque pas de séduire. Les pistes sonores francophones font ressortir des enceintes des bruits d'oiseaux et de klaxons. Les voix sont généralement claires et il y a de visibles sous-titres blancs pour le cinéphile anglophone. Les images aux couleurs justes et aux contours onctueux souffrent de contrastes trop sombres, ce qui finit par enlever des nuances aux détails.

L'agréable pochette brunâtre montre le visage de l'héroïne, une voiture sinistre et les lignes de la route. Le menu principal du disque se concentre sur Emmanuelle Devos. L'ensemble statique est porté par une jolie pièce instrumentale. Les suppléments comportent des bandes-annonces, une pertinente entrevue de 20 minutes avec le cinéaste et un sympathique court-métrage de Mermoud où l'on retrouve Devos et Hippolyte Girardot dans une automobile.

"Moka" avait bien plus à offrir qu'un simple ersatz du cinéma d'Hitchcock. Avec son casting béton et ses riches thématiques sur le deuil et la vengeance, l'effort possédait une matière première que l'on retrouve ici presque intacte. Sans être inintéressant, le long-métrage est trop banal pour sortir du lot.


Cotes

Film5
Présentation6
Suppléments3
Vidéo6
Audio7