The Ballad of Narayama
AnimEigo

Réalisateur: Shohei Imamura
Année: 1983
Classification: 18+
Durée: 130 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Japonais (DDST)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 21
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 737187011955

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
23 janvier 2009

C'est impensable, mais vrai. Des titres récents qui ont remporté la fameuse Palme d'Or à Cannes ne sont toujours pas édités en DVD. C'était le cas de "The Ballad of Narayama" qui a mis la main sur les grands honneurs en 1983. Un quart de siècle plus tard, l'excellent film nippon de Shohei Imamura refait surface pour le bonheur des cinéphiles.

Dans un village reculé, une règle oblige les gens âgés de 70 ans de marcher vers la montagne Narayama pour aller mourir. Malgré ses 69 ans, Orin (Sumiko Sakamoto) est encore une femme très active. Cela ne l'empêche pas de se préparer pour l'inévitable. D'ici là, elle aimerait le bonheur de ses fils, et pour y arriver, elle devra user de ruse, de tactiques et beaucoup d'ingéniosité.

Le célèbre livre de Shichiro Fukazawa avait déjà été adapté au cinéma en 1958 par Keisuke Kinoshita. Cette nouvelle transposition réalisée en 1983 va encore plus loin que la précédente. La fascination s'opère tout au long des 130 minutes. Les mœurs primitives et cruelles d'une tribu prennent vie et ils ne peuvent que déconcerter. Ces hommes et ces femmes sont prisonniers de coutumes et de traditions qui les obligent à se débarrasser de leurs aînés et à punir sévèrement les auteurs de vols.

Ce constat à la fois lucide, authentique et réaliste est alimenté par la vision unique de Shohei Imamura, un cinéaste d'exception décédé en 2006 à qui l'on doit plusieurs chefs-d'œuvre importants (Black Rain, L'anguille qui lui a valu une seconde Palme d'Or en 1997). Il exploite à nouveau ses obsessions en pondant un récit clinique qui s'abreuve aux sources de la vie, de la mort et du sexe. Plusieurs scènes risquent de déranger par leur cruauté. Le rythme posé ne manque pourtant pas d'action, alors que l'interprétation toujours juste fait naître de l'humour et de l'humanité des situations. Ce qui débutait comme un exposé sur des rites ancestraux se mute peu à peu en pensum existentiel (et magique!) sur l'évolution et la filiation.

Les paysages sont à couper le souffle. Les grands espaces sont majestueux, ensorcelants. Sans doute plus que cette image correcte qui est rarement éclatante. Devant des contrastes imparfaits et quelques égratignures se dressent une bonne définition des contours et de jolies couleurs précises. La piste sonore japonaise est claire, limpide. Même si les différentes enceintes sont utilisées timidement, la musique riche et variée n'entrave jamais les dialogues. Ces derniers bénéficient de sous-titres jaunes et verts qui sont toujours très visibles. Une option permet d'obtenir des sous-titres explicatifs encore plus précis sur certains mots utilisés.

La pochette blanche et bleue représente deux individus qui sont en train de gravir une montagne. Le menu principal du DVD reprend cette pose en y superposant un montage académique de scènes et une jolie mélodie à la fois rythmée et dansante. Les suppléments se limitent à une galerie de belles images statiques, huit bandes-annonces variées et des informations écrites sur le metteur en scène, l'auteur du roman, la distinction remportée à Cannes et les personnages de l'histoire. C'est peu, mais c'est mieux que rien.

"The Ballad of Narayama" n'est pas un film grand public. Le climat austère de l'ensemble, les motivations parfois troubles des protagonistes et les nombreuses séquences dérangeantes pourraient troubler certains spectateurs. En revanche, la progression ne peut que captiver, et plusieurs moments magiques risquent de marquer le spectateur pendant longtemps. Une œuvre qui ne ressemble à presque rien, cela n'a pas de prix.


Cotes

Film8
Présentation4
Suppléments2
Vidéo6
Audio6