1000 Times Good Night
Film Movement

Réalisateur: Erik Poppe
Année: 2013
Classification: NR
Durée: 117 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DD20)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 12
Nombre de disques: 1 (DVD-5)
Code barres (CUP): 616892188360

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
5 décembre 2014

Lauréat du Grand Prix du Jury au Festival des films du monde de Montréal en 2013, "1000 Times Good Night" a fait le tour de la planète avant d'arriver au cinéma et enfin en DVD.

Une photographe de guerre (Juliette Binoche) de retour parmi les siens est hantée par son passé. Au lieu de prendre soin de son mari (Nikolaj Coster-Waldau) et de ses enfants, elle fait tout pour trouver une raison pour repartir sur le terrain...

Un peu à l'image d'American Sniper de Clint Eastwood qui prendra l'affiche au Québec à la mi-janvier, "1000 Times Good Night" raconte la soif d'adrénaline et les conséquences de la violence sur un être humain qui se retrouve régulièrement sur un terrain explosif. Sauf que cette fois, il s'agit d'une femme et qu'elle est journaliste. Davantage une réflexion sur le stress, l'incompréhension et la résilience que sur le quatrième pouvoir, ce long-métrage un brin superficiel doit beaucoup à Juliette Binoche. L'actrice est à nouveau renversante et elle porte littéralement l'essai sur ses épaules, insufflant une profonde inspiration à cet effort potable qui aurait pu être beaucoup plus marquant.

Visuellement cet effort est très soigné et cela se ressent au niveau des aspects techniques. Les images sont détaillées, avec sa riche palette de couleurs et ses contrastes précis. Les pistes sonores anglophones sont également très immersives. Les enceintes croulent souvent sous les bruits de balles et d'explosions et les voix demeurent généralement compréhensibles. Une excellente nouvelle, car il n'y a aucun sous-titre.

La pochette lumineuse montre une déflagration et le visage des deux protagonistes. Le menu principal du DVD reprend une pose similaire. La navigation est statique, étant toutefois agrémentée d'une douce mélodie au piano. Les suppléments instructifs sans être totalement satisfaisants comprennent des entrevues avec le cinéaste et les comédiens, un court segment sur la préparation d'une scène, des biographies et des bandes-annonces.

Une fois passée la somptueuse introduction qui coupe littéralement le souffle, "1000 Times Good Night" devient une production un peu plus quelconque et prévisible, qui sort des sentiers battus uniquement par la tenue de son sujet, de sa photographie et de la performance de son héroïne. C'est déjà un bon début, mais c'est insuffisant pour parler d'un grand film.


Cotes

Film6
Présentation5
Suppléments3
Vidéo8
Audio8