Black Widow
Fox Film Noir
20th Century Fox Home Entertainment

Réalisateur: Nunnally Johnson
Année: 1954
Classification:
Durée: 95 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (Mono)
Sous-titres: Anglais, Espagnol, Français
Nombre de chapitres: 24
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Robert Bélanger
29 juin 2008

Surtout connu en tant que scénariste et producteur, Nunnally Johnson a réalisé huit films dans les années 1950. Son oeuvre la plus achevée est probablement The Man in the Gray Flannel Suit, sélectionnée pour la Palme d'Or à Cannes en 1957. C'est en 1954 qu'il tourne "Black Widow", un "meurtre et mystère" divertissant, mais inégal et prévisible, porté par une galerie de vedettes en fin de carrière. Il s'agit également d'un des premiers films tournés en cinémascope.

Nancy Ordway (Peggy Ann Garner) est une jeune écrivaine pleine d'ambition qui rêve de devenir célèbre à New York, et qui compte bien prendre tous les moyens pour y arriver. À contrecœur, le producteur de Broadway Peter Denver (Van Heflin) laisse Nancy utiliser son appartement pour travailler durant la journée. Mais en rentrant chez elle après un voyage, la femme de Peter, Iris (Gene Tierney), trouve Nancy morte dans la salle de bain. Le détective Bruce (George Raft) réalise rapidement que ce suicide apparent est en réalité un meurtre, et tous ceux que Nancy a fréquentés dans ses tentatives de se hisser au sommet deviennent des suspects.

Ce "whodunit" stylisé baigne dans l'opulence de la haute société et dépeint avec justesse le milieu du théâtre new-yorkais des années 1950. Mais malgré la superbe cinématographie et la richesse des décors et des costumes, l'intrigue alambiquée de "Black Widow" s'enlise dans des excès mélodramatiques et se termine en queue de poisson, le spectateur ayant depuis longtemps deviné l'identité du meurtrier. Reste la qualité des dialogues et les prestations convaincantes de Ginger Rogers, en contre-emploi, dans la peau d'une actrice célèbre et hautaine, et de Peggy Ann Garner dans le rôle de la jeune écrivaine ambitieuse dont l'histoire sera révélée lors de nombreux retours en arrière. Les vétérans Heflin, Raft et Tierney ont déjà mieux paru et Tierney est reléguée au rang de potiche de service. Le titre, comme l'affiche originale du film qui orne le boîtier, est un peu trompeur puisque Nancy se révèle être plus une victime qu'une femme fatale. On se demande d'ailleurs comment "Black Widow" a pu se mériter l'étiquette de film noir, car bien qu'il aborde (effleure serait plus juste) certains thèmes typiques du noir, l'emballage rappelle davantage les films musicaux de MGM que les classiques du genre.

Le transfert anamorphosé proposé sur cette édition est excellent et les fans pourront enfin visionner le film dans son format original de 2.55:1, même si le ratio m'a semblé plus près de 2.35:1. Peu importe, car il n'y a rien de pire pour massacrer la composition d'images, que de présenter un film tourné en cinémascope en format 1.33:1. L'image est claire et propre et les couleurs sont riches et naturelles. Le niveau des contrastes et des détails est adéquat et les problèmes dus à la compression sont minimes. Difficile de faire mieux pour un film qui a plus de 50 ans! La piste audio est équilibrée et l'activité est concentrée dans les enceintes avant. Les dialogues sont clairs, mais on peut noter une variation du volume lors de certaines scènes.

La présentation et les menus sont standards et quelques suppléments sont offerts. Pour débuter, on retrouve une intéressante piste audio de commentaires avec l'expert du film noir Alan Rode. Son propos est intelligent et informatif et il aborde en détail tous les aspects de la production, rajoutant même quelques anecdotes au sujet des différents acteurs. On retrouve également deux courtes, mais fascinantes revuettes: "Ginger Rogers at Twentieth century Fox" et "Gene Tierney: Final Curtain for a Noir Icon", ainsi que du matériel promotionnel, une galerie photo, une piste sonore dédiée a la trame musicale du film et la bande-annonce originale.

Trop théâtral et prévisible, "Black Widow" aura du mal à satisfaire les amateurs de films noirs, même s'il demeure un divertissement potable.


Cotes

Film5
Présentation4
Suppléments7
Vidéo8
Audio7