Apocalypse Now
The Complete Dossier
Paramount Home Entertainment

Réalisateur: Francis Ford Coppola
Année: 1979 / 2001
Classification: 18A
Durée: 153 / 202 minutes
Ratio: 2.0:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51)
Sous-titres: Anglais, Espagnol
Nombre de chapitres: 20 / 36
Nombre de disques: 2 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
23 août 2006

Comme vous le savez, j'aime bien les films de guerre, mais je n'avais jamais visionné "Apocalypse Now" jusqu'à ce jour, malgré le fait que j'avais acheté la première version du DVD ainsi que la version Redux. On me disait que c'était un excellent film, 28e sur la liste des plus grands films de l'American Film Institute, qu'il doit faire partie de toute bonne collection de films de guerre. Par manque de temps de ma part, les deux versions ont amassé la poussière sur ma bibliothèque. Voilà donc une nouvelle édition du film que Paramount m'a demandé de visionner pour vous… donc j'ai enfin vu un très très bon film!

"Apocalypse Now" nous introduit à cette histoire de guerre du Vietnam comme un film d'action avec une mission et se termine sur un film à texte assez solide. Inspiré par le roman Heart of Darkness de Joseph Conrad, on y raconte le cheminement du capitaine Benjamin L. Willard (Martin Sheen), un homme dont le premier tour au Vietnam a laissé complètement vide, sans vie, n'ayant aucun autre désir que de retourner sur le terrain pour une seconde mission. Cette nouvelle mission n'existe pas et n'existera jamais... c'est ce que lui disent les gens qui l'envoient en amont de la rivière Nung, au plus profond de la jungle cambodgienne, pour tuer le colonel Walter E. Kurtz (Marlon Brando). Cet homme au dossier parfait a vraisemblablement perdu la tête et se fait traiter comme un dieu par les habitants de cette région. La narration du film nous indique la détresse mentale de Willard à comprendre la guerre et les raisons de sa mission. Plusieurs phrases de son monologue nous restent gravées dans la tête. La musique des The Doors vient également nous hanter du début à la fin et nous laisse le temps de réfléchir. Une réflexion à propos de ce qui vient de se passer, ce qui ne s'est pas terminé par un gros "bang" comme dans les films de guerre habituels. Les bangs sont au début avec le lieutenant-colonel Bill Kilgore (Robert Duvall), un homme complètement déconnecté de la réalité, ne parlant que de surf, même au milieu de tirs ennemis. Gare à ceux qui n'embarquent pas sur une planche de surf sous ses ordres.

Le DVD contient les deux versions du film, la théâtrale qui va droit au but dans l'histoire, et la "Redux" qui vient nous hanter avec plus 50 minutes de séquences supplémentaires comme celle de la plantation française qui vient ajouter quelques opinions politiques à propos des Américains et de l'Indochine. Les deux films empruntent des chemins différents pour raconter la même histoire, de là l'importance d'avoir les deux versions dans ce "dossier complet". Vous pouvez activer en option en marqueur qui vous indiquera les nouvelles séquences ajoutées au film. Autant que l'histoire film est intéressante, que celle derrière le film ne peut que fasciner. Cette nouvelle édition du DVD nous en dit long sur ce sujet grâce à ses suppléments retrouvés sur les deux DVD, vraiment plein à craquer.

Habituellement, je propose aux fans des films de donner la vieille version DVD d'un film à des amis ou parents afin de leur faire découvrir le film, mais cette fois-ci j'ai de la réserve à faire cela puisque tous les suppléments se retrouvant sur les deux anciennes versions sont absents, faisant de ce "Complete Dossier" pas si complet que cela. Mais complet est un terme qui s'applique fortement aux pistes de commentaires du réalisateur sur les deux films. Francis Ford Coppola connaît énormément toutes les facettes de son film et nous le rend amoureusement dans toute sa longueur, sans prendre vraiment de pauses. En fait, ce ne sont pas deux pistes de commentaires, mais bien une seule qui contient des discours supplémentaires pour les sections ajoutées au film. À mesure que les bouts "Redux" arrivent, les commentaires s'enchaînent aisément sans que nous nous en rendions compte. Cette discussion, ainsi qu'une introduction audiovisuelle pour chacune des versions du film, est suivie d'une narration de près de 17 minutes par Marlon Brando du poème "Hollow Men" de T.S Eliot accompagné en visuel de séquences diverses dont des bouts de films non utilisés lors montage du long-métrage. Il y a douze séquences qui avaient originalement été coupées en 1979 qui n'ont pas été réintégrées dans le film, qui nous sont offertes sur ce DVD. Il y a aussi une autre séquence où des indigènes chantent "Light My Fire" des The Doors et nous voyons passer un sampan (bateau) qui a été abordé par des singes.

Une section du DVD que j'avais bien hâte de voir était ce fameux "A/V Club". On y raconte d'abord la naissance du son 5.1 avec des démonstrations (c'est bien la première fois que je vois un supplément en Dolby Digital 5.1!). Ensuite, nous avons une revuette à propos de la construction du son des hélicoptères, un texte sur la piste sonore synthétiseur de Bob Moog et des réponses aux questions techniques communes.

Traversons au second DVD qui comprend en général des revuettes sur la post-production qui a duré trois ans. La première discute du problème à monter un film à partir de plus d'un million de pieds de négatif avec plusieurs monteurs et un réalisateur qui est prêt à tout brûler si ce n'est pas à son goût, avec ses idées. Les trois autres revuettes qui suivent, "The Music of Apocalypse Now", "Heard Any Good Movies Lately? The Sound Design of Apocalypse Now" et "Heard Any Good Movies Lately? The Final Mix", nous raconte en une demi-heure la même idée qu'avec le documentaire du montage, mais avec la piste sonore. En moins de temps que la revuette dure que j'avais déjà envie de revoir le film, mais avec une oreille mieux ouverte du côté de la musique (ça c'est un documentaire puissant!).

Passons à la revuette "PBR Streetgang", qui est à peu le seul item avec des interviews des acteurs, alors que le reste est un monument à Coppola. Ils nous parlent de leurs émotions à tourner certaines scènes, du lien de famille et de la longueur du tournage (par exemple Laurence Fishburne qui a célébré deux anniversaires sur le plateau de tournage). La courte revuette "Apocalypse Then and Now" nous relate brièvement les motivations du réalisateur à produire la version "Redux". Pour finir, "The Color Palette of Apocalypse Now" nous informe sur le procédé technicolor qui a été utilisé pour faire la version "Redux", offrant une palette de couleurs, une profondeur de noirs et des détails très précis. La courte revuette se veut aussi un rappel de Vittorio Storaro aux nouveaux cinéastes numériques de la barre à atteindre.

Dans son introduction de la version "Redux", Coppola parle du documentaire de 1991 de sa femme Eleanor (ainsi que de Fax Bahr et George Hickenlooper ) Hearts of Darkness: A Filmmaker's Apocalypse qui ne se retrouve pas dans cet ensemble parce que les droits légaux n'ont pas pu être réglés à temps pour la sortie du coffret, ce qui me questionne encore plus sur le terme "Complete Dossier" inscrit sur le boîtier. Reste que le contenu est très impressionnant et "presque complet" et nous devons de fiers remerciements à Kim Aubry, le producteur des suppléments du DVD.

Le tout nous est présenté dans un menu aux allures mystérieuses de navigation facile. Du côté technique, la qualité du transfert vidéo du DVD met grandement en valeur la capture d'image du cinématographe Vittorio Storaro. Celui-ci offre une meilleure compression comparativement aux DVD antérieurs qui datent déjà de cinq (la Redux) et sept ans, la technologie dans ce domaine s'étant de beaucoup améliorée. Encore une fois, le ratio tronqué de 2.0:1 au lieu de l'original 2.35:1 a été utilisé comme pour toutes les sorties vidéo panoramiques du film (le seul élément qui baisse ma cote vidéo pour ce DVD). On nous évoque des raisons à cette action parmi les suppléments du "A/V Club", mais dans le monde du DVD et des télévisions panoramiques, cette décision ne tient plus vraiment et le ratio aurait dû être corrigé. Pour le son, "Apocalypse Now" faisait originalement usage du Dolby Surround, une nouveauté de son époque, et son transfert vers le Dolby Digital 5.1 est une merveille. La version "Redux" offre une immersion plus présente que la version théâtrale, qui est tout de même déjà très impressionnante. Les deux DVD de l'ensemble sont déposés dans un carton dépliable, sur un seul plateau de plastique double. Le reste du carton sert à la description du contenu des disques avec des photos de Sheen et Brando, aussi hantant que dans le film.


Cotes

Film10
Présentation9
Suppléments9
Vidéo9
Audio10