Battle for Haditha
Les Films Séville Pictures

Réalisateur: Nick Broomfield
Année: 2007
Classification: 14A
Durée: 93 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DTS51, DD51)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
4 décembre 2009

Entre fiction et documentaire se tient "Battle for Haditha", un ouvrage courageux qui traite d'un des sujets les plus populaires de ces dernières années: la seconde guerre en Irak et les difficultés des troupes américaines sur un terrain aussi miné. Sans être le film définitif sur le sujet, l'essai de Nick Broomfield convainc assez rapidement que tout ne tourne pas rond dans l'ancien pays de Saddam Hussein.

Novembre 2005 à Haditha en Irak. La population locale s'apprête à préparer une immense fête pour célébrer un mariage et une circoncision. Devant chez eux, des fanatiques religieux ont inséré des explosifs qui feront un mort et deux décès auprès des Marines américains. En guise de représailles, ces derniers décident de foncer dans les immeubles voisins et de massacrer les civils présents en cherchant ardemment les fautifs. Résultat: 24 décès, dont de nombreuses femmes et enfants.

Le sujet rappelle fortement l'excellent Redacted de Brian de Palma. La caméra est rivée sur des soldats qui ne savent pas grand-chose sur le conflit en place. Il y a des entraînements, des séances de motivation et lorsqu'un des leurs tombe au combat, la vengeance sera terrible, destructrice et injustice. En parallèle se trouvent des terroristes dupés dans leurs actions et des Irakiens qui ne pensent qu'à vivre pleinement leur existence. Comme dans l'inégal Rendition de Gavin Hood, le destin en décidera autrement.

Par ses thèmes, ses symboles et sa réalisation parfois empesée (nombreux ralentis, finale sous la lumière divine, etc.), cette œuvre de fiction fortement inspirée de faits véridiques cherche à faire réagir. Et elle y réussit. Il y a l'éternelle jeunesse perdue, la spirale de violence qui s'enflamme et les multiples frictions au sein de doctrines diverses dont la moindre étincelle est suffisante pour mettre le feu aux poudres. Au sein de ces horreurs quotidiennes se trouvent des hommes et des femmes qui meurent pour rien, mais surtout des soldats qui réagissent souvent selon sur la loi du Talion.

Sans jamais réellement surprendre, le traitement réaliste noue rapidement l'estomac. La caméra tremble, les plans rapprochés sont nombreux et le rendu vidéo fait fi du grain et des couleurs ternes pour se rapprocher le plus possible de cette jungle urbaine. La sensation d'y être est presque immédiate, et ce, même s'il faudra passer par-dessus ces contrastes et cette définition des contours à peine corrects.

Ce sont les pistes sonores qui amènent le spectateur dans le feu de l'action, l'obligeant à côtoyer ces cris d'oiseaux, ces sirènes et ces klaxons tout en évitant les balles de mitraillettes. La musique lourde (dont un tube de Ministry) ou plus clémente déferle, accompagnant parfaitement ces combattants dans des batailles qui les traumatiseront pendant longtemps. Les dialogues généralement compréhensifs bénéficient d'agréables sous-titres qui s'avèrent souvent nécessaires afin de cerner tous les enjeux.

La pochette blanche et verte présente des hommes armés, deux hélicoptères et de la poussière. Le menu principal du DVD s'ouvre sur une mélodie triste et un lent montage de scènes qui se veut volontairement confus et suffocant. Il n'y a aucun documentaire sur le tournage ou des entrevues avec les protagonistes. Les suppléments se limitent à deux pistes de commentaires qui sont aussi intéressantes - et parfois même plus - que le long-métrage lui-même. Le cinéaste Nick Broomfield parle du sujet et du contexte politique, revenant sur le lieu de tournage (la Jordanie) en insistant sur la présence dans son film de réfugiés irakiens. Cette analyse est solidement appuyée par des propos plus descriptifs de l'acteur Elliot Ruiz qui incarne un caporal en crise existentielle. Le comédien qui était à l'affiche de Take a Leaf of Faith s'exprime sur le tournage et le metteur en scène en prenant soin d'élaborer sur sa performance et la sensibilité du jeu de son entourage.

Des récits sur l'Irak, il commence à y en avoir beaucoup. "Battle for Haditha" se situe au milieu de peloton en décrivant avec justesse et émotion une situation tendue. Il n'y a rien de particulièrement surprenant pour les adeptes du dernier Brian De Palma ou du mésestimé Stop-Loss de Kimberley Peirce, mais les sentiments de scandale et d'inconfort seront palpables bien avant la tombée du générique.


Cotes

Film6
Présentation6
Suppléments6
Vidéo6
Audio8