Brothers
Alliance Vivafilm

Réalisateur: Jim Sheridan
Année: 2009
Classification: 14A
Durée: 105 minutes
Ratio: 2.40:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Français (DD51)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres: 24
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 065935834137

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
20 mars 2010

Remake américain qui tient - ô miracle! - la route, "Brothers" explore avec sensibilité l'effritement d'une famille qui vit des moments difficiles. Peut-être pas aussi transcendant que l'original, mais néanmoins un drame significatif servit par une très belle distribution.

Sam Cahill (Tobey Maguire) est un soldat extrêmement talentueux qui est envoyé en Afghanistan pour une mission périlleuse. Il laisse sa femme Grace (Natalie Portman) et ses deux filles (Bailee Madison, Taylor Geare) aux bons soins de son frère Tommy (Jake Gyllenhaal) récemment sorti de prison, ainsi que de papa (Sam Shepard) et de belle-maman (Mare Winningham). Un jour, des hommes viennent cogner à la porte de Grace, lui annonçant la disparition de son mari. La femme, éplorée, trouve réconfort dans les bras de son beau-frère. Quelle n'est pas la surprise de toute la famille d'apprendre que Sam est toujours en vie, et qu'il revient enfin à la maison. Son retour ne se fait toutefois pas sans heurt: le père se remet de peine et de misère de son séjour à l'étranger, et son comportement imprévisible risque déconcerte son entourage.

Avant le triomphe de son déchirant After the Wedding, la réalisatrice danoise Susanne Bier a surtout été connue pour deux films: le troublant Open Heart et le très solide Brødre. Ce dernier titre, qui a connu un parcours enviable dans différents festivals, obtient une seconde vie grâce à une transposition américaine qui a été injustement ignorée lors de la dernière cérémonie des Oscars. Une vive déception, car le titre retient l'attention tant il est cruellement d'actualité, mis en scène avec doigté et défendu par une distribution irréprochable.

La réalisation est assurée par Jim Sheridan, l'expert des histoires familiales. Le cinéaste, remarqué par ses excellents My Left Foot et In the Name of the Father, n'en est qu'à son troisième long-métrage depuis le début du 21e siècle, lui qui n'a rien offert depuis son tiède Get Rich or Die Tryin' en 2005. Son retour derrière la caméra le ramène dans les bonnes grâces de In America, s'attardant avec souplesse et savoir-faire à un drame humain particulièrement bouleversant. Le scénario, qui prend très peu de liberté avec le matériel original, ne semble pas toujours avoir le même pouvoir évocateur, et le personnage de Sam embrasse une folie nettement moins destructrice, sauf qu'il rappelle encore une fois comment les soldats sont laissés à eux-mêmes lorsqu'ils reviennent traumatisés de leurs missions. De quoi inscrire l'ouvrage aux côtés de Stop-Loss et autres In The Valley of Elah.

Ce sujet difficile développé avec beaucoup de doigté bénéficie du grand talent de ses interprètes. Tobey Maguire trouve probablement son meilleur rôle en carrière, enflammant l'écran de sa forte présence. Natalie Portman s'en sort également sans broncher, alors que Jake Gyllenhaal prend soin d'assurer sans surprendre outre mesure. Du côté de la distribution secondaire, Sam Shepard dévoile sa grande vulnérabilité, et les deux petites filles font une forte impression, surtout Bailee Madison qui défend un personnage qui semble porter le poids du monde sur ses frêles épaules.

La musique discrète et solennelle de Thomas Newman est accompagnée d'un tube de U2. Les pistes sonores francophones et anglophones sont de qualité appréciable, parsemant les enceintes de bruits d'hélicoptères, d'explosions et de cris. Bien que les voix semblent parfois un peu faibles, les dialogues s'entendent correctement, et il y a de très visibles sous-titres blancs en option. Les très belles images sont dotées de couleurs solides, de teintes parfaitement intégrées aux atmosphères lancinantes et de contrastes généralement justes. De quoi rapidement faire oublier cette présence éclair de blocage.

La séduisante pochette noire, blanche et verte représente les trois protagonistes dans une pose plus ou moins originale. Le menu principal du DVD est fantomatique, faisant apparaître et disparaître des photos superposées au gré d'une douce mélodie. Les suppléments offrent l'honnête bande-annonce et deux documentaires. Le premier traite des obsessions du metteur en scène pour la famille, alors que le second relate la découverte et l'adaptation de l'essai de Suzanne Bier. Des segments intéressants afin de mieux saisir la subtilité des thèmes. Il y a également une éclairante piste de commentaires du réalisateur qui, de son prononcé accent britannique, explique les séquences, disant quelques mots sur le choix des comédiens et les défis rencontrés.

Les cinéphiles plus cyniques se questionneront sur la pertinence de cette nouvelle version alors que le récit original se trouve facilement à la vente et à la location. Et ils auront raisons. Même si la surprise n'est plus réellement au rendez-vous et que la psychologie des individus semble moins définie, le traitement ne verse jamais dans le lourd sentimentalisme. Au contraire, Jim Sheridan traite sa prémisse avec beaucoup d'intelligence, et il dirige d'une main de maître sa fabuleuse distribution. En voilà un qu'on aimerait voir plus souvent.


Cotes

Film7
Présentation6
Suppléments6
Vidéo8
Audio7