10th Victim [Blu-ray]
Blue Underground

Réalisateur: Elio Petri
Année: 1965
Classification:
Durée: 92 minutes
Ratio: 1.85:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Italien (DTSHD Mono), Anglais (DTSHD Mono)
Sous-titres: Anglais, Espagnol, Français
Nombre de chapitres: 18
Nombre de disques: 1 (BD-25)
Code barres (CUP): 827058703697

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Sébastien Cassou
4 octobre 2011

Depuis des années la compagnie de distribution américaine Blue Underground se spécialise dans les films d'horreur européens ou américains des années 70 et 80. À raison d'une sortie Blu-ray par mois environ. À l'occasion elle dévie de son mandat et nous présente un film d'un genre bien différent. C'était le cas il y a quelque temps avec le superbe drame australien My Brilliant Career et c'est à nouveau le cas ce mois-ci avec la satire de science-fiction italienne "The 10th Victim".

Tourné en 1966 par le réalisateur chevronné Élio Pétri et mettant en vedette la star établie Marcello Mastroianni et la pulpeuse ex-Bond girl Ursula Andress (ou "Undress" comme on se plaisait malicieusement à l'appeler pour des raisons évidentes!), le film surprend par son modernisme. Tant visuel que pour son propos. Bien que certains détails soient évidemment plutôt passés date, la vision d'un futur proche ou la violence est partie tenante de la vie de tous les jours est assez juste. Et bien que le concept de la grande chasse, le jeu qui tue, soit exagéré, il colle assez bien métaphoriquement à l'état de notre société où jeu et violence vont de pair pour le divertissement des masses.

Dans une société futuriste, un jeu appelé "la Grande chasse" a été établi par les gouvernements mondiaux pour aider les gens blasés et manquant d'intérêt pour la vie à trouver un but à leur existence. Ils peuvent s'inscrire à la chasse! Ils seront tour à tour désignés pour être chasseurs ou victime. S'ils survivent à cette ronde, ils passeront à la suivante en changeant de rôle. S'ils réussissent à tenir le coup pour dix chasses, ils sont proclamés vainqueurs et reçoivent consécration et richesses.

Ursula Andress joue le rôle d'une participante américaine qui en est à sa dernière chasse. Elle devra se débarrasser d'un concurrent italien, Mastroianni, vivant à Rome. La belle étant déjà passablement populaire auprès du public mondial grâce à ses neuf participations précédentes, un réseau de télévision lui offre un contrat lucratif pour filmer les derniers moments de sa partie, alors qu'elle tuera l'Italien. Un lieu est trouvé, un spectacle organisé, les caméras sont en place, il ne reste qu'à attirer le pauvre type dans le guet-apens. Mais la première rencontre ne se déroule pas comme prévu et Marcello semble être un homme bien charmant. La tueuse succombera-t-elle à l'amour? Ou n'est-ce qu'une autre ruse de la part d'un des deux pour finalement tuer l'autre?

Dans les années 60, avant les méga-productions à effets spéciaux, la science-fiction pouvait parfois prendre un autre visage. Celui de fable philosophique ou sociale. Ce courant continua au début des années 70 (Silent Running, Soylent Green, etc.) mais tout bascula suite au succès Star Wars. Le film de Pétri, heureusement s'inscrit dans la veine anticipation. On voit le futur prochain de l'humanité et on questionne sur la direction prise par nos sociétés. À la fois une satyre et une critique des médias, de la violence banalisée et du besoin d'argent et de reconnaissance à tout prix, "The 10th Victim" se laisse regarder avec plaisir.

Au niveau de la qualité vidéo, le travail de transfert est plutôt bon. Les couleurs originales sont par contre un peu terne, mais les contrastes bien rendus. Pour l'audio, on a aussi fait un travail remarquable. Le montage sonore original est un peu défaillant, mais la qualité du disque haute définition aide grandement à l'améliorer. La musique hypnotisante très sixties est aussi bien définie. En suppléments on retrouve deux galeries de photos, une sur Mastroianni et l'autre pour le film, ainsi que toute une série de matériel promotionnel comme des bandes-annonces, des pubs télé et des commerciaux pour la radio. On a aussi inclus un documentaire de l'époque sur la vie et la carrière de l'acteur fétiche de Fellini.


Cotes

Film8
Présentation8
Suppléments8
Vidéo9
Audio9