99 Women [Blu-ray]
Blue Underground

Réalisateur: Jess Franco
Année: 1969
Classification: NR
Durée: 90 minutes
Ratio: 1.66:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (DTSHD10)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres: 24
Nombre de disques: 1 (BD-25)
Code barres (CUP): 827058801096

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Sébastien Cassou
20 janvier 2017

Après la révolution sociale et la libération des mœurs à la fin des années 60, le cinéma devint plus permissif dans les années 70. Une suite de films de plus en plus douteux où la nudité féminine se mêlait allègrement à la violence fît son apparition qu'on regroupa sous la triste, mais pertinente appellation de 'films d'exploitation'. On y retrouvait toutes sortes de sous-genres comme les nonnes, les nazis, les noirs et les bonnes vieilles prisons de femmes.

Toujours partant pour de nouvelles expériences 'trash' le réalisateur de série B espagnol Jess Franco sauta à pieds joints dans cette nouvelle aventure et tourna en 1969 ce qui devint le premier film du genre WIP ("Women in Prison" ou en français "Femmes en Prison"), le célèbre "99 Women". Plus chaste et pudique que beaucoup de longs-métrages du genre qui allaient suivre (dont certains sont encore interdits à quelques endroits dans le monde, dont l'Angleterre) ce pionnier du genre voit enfin le jour en Blu-ray sous étiquette Blue Underground. On a même le choix d'achat de deux versions, la première l'officielle de Jess Franco et une seconde incluant un film retravaillé en film pornographique, où des séquences de sexualité explicite ont été tournées à part et insérées aux images de Franco. Intitulée "Les brûlantes", cette version est bien entendu désavouée par le réalisateur qui n'y a aucunement participé.

Comme tous les films de prisons de femmes, le scénario de "99 Women" est totalement prévisible. Une jeune femme accusée à tord de meurtre est envoyée purger sa peine dans un pénitencier pour femme perdue sur une île éloignée. Comme toujours, la prison est tenue d'une main de fer par une directrice déjantée (Mercedes McCambridge) qui aime abuser de son pouvoir et maltraiter ses détenues sans raison. De l'autre côté de l'île, une prison pour hommes est elle aussi tenue par un directeur sadique (Herbert Lom, le Dreyfuss des films de la Panthère rose) qui vient faire son tour à l'occasion question de violer et de torturer une fille ou deux. Après avoir subi leur quota d'injustices, les prisonnières se rebelleront et s'enfuiront sur l'île pour tenter de gagner la terre ferme. Mais les gardes sont après elles et les dissensions au sein des prisonnières n'aident pas leur cause...

Le film de Franco a servi à établir quelques clichés qui feront école pour la majorité des films de prison à suivre: la directrice sadique et voyeuse, la 'reine' de la place qui fait la vie dure aux autres, la jeune héroïne innocente et injustement incarcérée, la prison isolée au milieu de la jungle meurtrière, les scènes de lesbianisme et l'évasion finale - réussie avec plus ou moins de succès. Pour cet aspect seulement, le film mérite notre respect. Réalisé avec une certaine compétence, mais avec peu de moyens, mettant en vedette des actrices au talent douteux (même la vétérane hollywoodienne McCambridge joue plutôt mal), "99 Women" ne livre pas vraiment la marchandise habituelle à ce genre de films. Le manque de nudité et de violence, apanage du genre pour les films à suivre, en fait plus un objet historique qu'un film recherché par les amateurs d'exploitation.

La qualité d'image et de son du film est plutôt bonne. On a su recréer l'atmosphère particulière aux films de cette époque sans en trahir la nature, mais tout en améliorant grandement la qualité visuelle. On a travaillé en 4K à partir du négatif 35mm original, ce qui nous donne une image détaillée et précise, des couleurs bien reproduites et une pellicule relativement sans rayures. Le son est aussi bon que possible - compte tenu des moyens technologiques de l'époque - avec une bonne reproduction des fréquences et des ambiances.

Le point fort de cette sortie Blu-ray Blue Underground reste sans doute les nombreux suppléments qu'on y a ajoutés. Comme toujours une en profondeur avec Franco (en français de surcroît) qui ne se gêne pas pour soulever les points intéressants du film autant qu'en pointer les défauts avec son approche franche et directe. On retrouve aussi, outre le DVD accompagnant le Blu-ray, un CD de la musique du film composée par Bruno Nicolai, 3 scènes retranchées au montage, une revuette sur la relation entre Franco et le producteur Harry Alan Towers, une bande-annonce, une galerie photo et d'affiches et un livret couleur d'une vingtaine de pages.


Cotes

Film6
Présentation8
Suppléments9
Vidéo9
Audio8