The Babadook
Les Films Séville / EOne Entertainment

Réalisateur: Jennifer Kent
Année: 2014
Classification: 13+ (QC)
Durée: 94 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Français (DD20)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 12
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 774212666551

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
11 avril 2015

Après des années de vaches maigres, les bons films d'horreur reviennent au galop. Alors que le jouissif It Follows prend l'assaut de quelques salles de cinéma, "The Babadook" débarque en format DVD et Blu-ray pour provoquer une grande frousse.

Le quotidien d'une mère monoparentale et de son fils de six ans est mis à dure épreuve suite à la lecture d'un livre pour enfant sur l'énigmatique Babadook, une présence fantomatique qui s'empare peu à peu de leur maison.

S'inspirant de son propre court-métrage, la cinéaste australienne Jennifer Kent développe un film fauché, mais extrêmement efficace qui, à l'image de sa principale inspiration The Shining, mélange l'horreur vive et la tension psychologique de gens qui perdent peu à peu le contact avec la réalité. Entre les rêves et les chimères, tout peut arriver et c'est justement ce que propose l'essai qui donne froid dans le dos. Sans doute que le tout est prévisible et répétitif. En revanche, difficile de ne pas réagir face aux thèmes développés et de sursauter à plusieurs endroits. Surtout que l'interprétation, un peu trop survoltée de prime abord, s'affermit au fil du récit.

Un très grand soin a été apporté à la piste sonore anglophone en Dolby Digital 5.1 qui déchire tout avec ses bruits stridents, ses mélodies inquiétantes et ses grattements qui rendent mal à l'aise. Les voix demeurent généralement audibles et en cas d'accents prononcés, il est possible d'insérer de visibles sous-titres blancs en anglais ou d'opter pour un doublage francophone. Les images soignées offrent une palette de couleurs justes dominées par le gris et le noir, des teintes détaillées ainsi que des contrastes précis.

La pochette rouge est lugubre, montrant le visage apeuré des deux comédiens qui est surplombé par les vêtements du Babadook. Le menu principal du disque ressemble à un livre pour enfants, où défilent des pages qui font sourciller et une musique angoissante. S'il y a de nombreux suppléments (des documentaires sur la création du bouquin et de la maison, des essais sur les cascades et les effets spéciaux, etc.), le seul bonus réellement intéressant représente plus d'une heure d'entrevue avec les acteurs, la réalisatrice et les membres de l'équipe technique.

Faire le deuil de son passé et maîtriser sa rage intérieure. Des maximes élémentaires qui sont à la base même de "The Babadook", une des œuvres les plus terrifiantes des dernières années. Sans parler de classique instantané, il y a suffisamment de tension et de cris pour ravir les amateurs du genre. En espérant toutefois qu'il n'y aura pas toutes les suites, remakes et antépisodes comme c'était le cas de Ringu et compagnie.


Cotes

Film7
Présentation7
Suppléments6
Vidéo7
Audio8