Ouija: Origin of Evil [Blu-ray]
Universal Studios Home Entertainement

Réalisateur: Mike Flanagan
Année: 2016
Classification: 14A
Durée: 99 minutes
Ratio: 1.85:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (DTSHDMA51), Français (DTS51), Espagnol (DTS51)
Sous-titres: Anglais, Espagnol, Français
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 2 (BD-50 + DVD-9)
Code barres (CUP): 025192393365

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Ducharme
5 février 2017

Malgré son succès au box-office, Ouija en avait déçu plus d'un par son scénario anémique qui ne dépassait pas les conventions des films d'horreur pour adolescents. Néanmoins, on souhaitait que la franchise continue afin de donner une véritable chance au concept de nous glacer le sang. D'autant plus qu'elle se base sur le jeu de société le plus mystérieux et redoutable de sa catégorie. Avec un nouveau réalisateur et une nouvelle équipe de scénaristes, "Ouija: Origin of Evil" nous raconte l'histoire de l'entité qui sévit dans l'original.

Ce second opus nous transporte en 1967, alors qu'Alice Zander, une mère monoparentale, offre des séances arrangées avec ses clients qui croient communiquer avec des êtres chers décédés. Lorsqu'elle achète un jeu de Ouija afin de les pimenter, Alice se rend rapidement compte que sa cadette, Doris, réagit fortement à l'objet, allant même jusqu'à contacter son défunt père. Croyant avoir trouvé en sa fille une façon d'augmenter sa clientèle, cette dernière n'a pas l'idée qu'elle a plutôt réveillé les mauvais esprits qui sommeillaient dans sa demeure.

Le film "Ouija: Origin of Evil" se révèle nettement supérieur que son prédécesseur. Pourvu d'un récit particulièrement bien raconté ainsi que des moments de terreurs des plus efficaces, le tout réussit parfaitement bien à correspondre à nos attentes. Spécialement pour ceux qui aiment l'horreur telle que représenter dans les productions The Conjuring et Insidious. Tout comme ces films, nous suivons des personnages qui s'engouffrent au fur et à mesure dans des événements de plus en plus démoniaques. De cette manière, nous constatons un changement au niveau de leur état mental sans qu'ils puissent réellement se défendre. Bien que l'on puisse par moment les trouver un peu stupides dans leur action, on peut comprendre que ceux-ci sont déjà dépassés dès le départ par un deuil qui ne guérit pas. Un facteur qui joue énormément dans leur jugement comme celui d'acheter le jeu de prime abord. Outre ce fait, ce deuxième volet devient des plus appréciables, car il parvient à le rendre meilleur que son original. Surtout plus compréhensible puisque ce dernier laissait énormément d'incohérences et de questions non résolues. Des faits qui se voient réparer dans "Ouija: Origin of Evil". Par contre, au-delà d'un scénario solide et d'une réalisation efficace, cette suite doit son succès à la jeune comédienne Lulu Wilson qui se montre terrifiante dans le rôle de la jeune possédée. Au point que l'on se dit que ses parents doivent avoir peur d'elle après avoir visionné le long métrage. Toutefois, j'aurais aimé que l'on se serve moins d'effets spéciaux qui, par moment, atténuent l'horreur de certaines scènes. Cependant, ce fait ne gâche en rien le plaisir de découvrir cette histoire de fantômes qui est somme assez effrayante.

Au niveau technique, l'image proposée se montre dans l'ensemble à couper le souffle. Malgré ses couleurs ternes afin de créer une ambiance épeurante, le tout réussit néanmoins à offrir une reproduction des détails de très grande qualité. De cette façon, elle nous amène à remarquer la présence d'entité démoniaque cachée dans les coins noirs pour hausser la tension déjà existante dans la maison hantée. Du côté son, la bande sonore s'avère aussi efficace grâce à la reproduction naturelle des sons ambiants et des dialogues. Tout en apportant un apport important à l'horreur projetée à l'écran, le tout réussit à nous faire sursauter d'effroi à certains moments.

La section des suppléments se démontre pour sa part un peu décevante. Mise à part une piste de commentaires aussi intéressants qu'informatifs mettant en vedette le réalisateur Mike Flanagan, le reste demeure pauvre en termes d'informations. Composée de très courts segments sur la composition le tournage, l'histoire ainsi que sur la comédienne Lulu Wilson, le tout est traité de façon très superficielle pour arriver à s'y intéresser. Les sujets abordés auraient mérité selon moi, plus de quatre minutes pour véritablement correspondre à nos attentes. Elle se conclut par des scènes retranchées qui n'apportent rien de plus à l'histoire.

Muni d'un récit horrifiant des plus efficaces ainsi qu'une interprétation inoubliable de la part de Lulu Wilson, le film "Ouija: Origin of Evil" dépasse non seulement son original, mais parvient à le rendre meilleur. Tout en proposant des personnages moins superficiels ainsi qu'une réalisation mieux adaptée pour mettre en valeur les aspects horrifiants, celui-ci réussit à nous flanquer la frousse tout en nous maintenant en haleine du début jusqu'à la fin. À voir même si vous n'avez pas aimé le premier opus.


Cotes

Film8
Présentation8
Suppléments5
Vidéo10
Audio10