[*REC]³: Genesis
Entertainment One

Réalisateur: Paco Plaza
Année: 2012
Classification: 18A
Durée: 80 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Espagnol (DD51), Français (DD51)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 774212666162

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
25 octobre 2012

Dernier volet d'une populaire trilogie, "[*REC]³: Genesis" est loin d'être à la hauteur des deux précédents tomes. En voulant changer sa formule gagnante en y insufflant un peu de nouveauté, cette nouvelle production espagnole devient soudainement très consensuelle.

Lors d'un mariage, un invité présente des signes inquiétants. Il se comporte avec nonchalance, titubant comme un mort-vivant. Dès qu'il se met à mordre les gens qui l'entourent, c'est la zizanie. Les individus se transforment en zombie et dorénavant, il faudra lutter pour rester vivant. Séparé de sa nouvelle épouse (Leticia Dolera), son mari (Diego Martin) fera tout pour la retrouver.

Après un captivant premier [*REC] et sa suite [*REC]² qui allait encore plus loin, place au dernier tome de la série qui est cependant le plus faible du lot. Abandonnant sa traditionnelle caméra subjective pour plonger dans une aventure extrêmement cinématographique, le réalisateur Paco Plaza (qui est dorénavant seul aux commandes) propose quelque chose qui se retrouve aux antipodes de l'essence originale. La peur et la tension ne sont plus vraiment au rendez-vous, tout comme l'élaboration d'une nouvelle mythologie de morts-vivants.

Cette fois, c'est l'action qui est mise à l'avant-plan, les morts sanglantes et les destructions spectaculaires. À des simples fins de divertissement, la machine est bien rodée et il est aisé de passer un bon moment. La mise en scène est plutôt élégante et l'interprétation d'ensemble n'est pas mauvaise. Cela n'a seulement plus rien à voir avec les deux volumes initiaux qui arrivaient à renouveler un genre si formaté. Ce n'est plus le cas ici et c'est bien entendu dommage.

De la musique souvent ironique s'intègre dorénavant aux péripéties, ce qui n'est pas nécessairement une bonne idée. Au moins, les pistes sonores sont terriblement efficaces, faisant ressortir avec beaucoup d'énergie des bruits de cris, d'hélicoptères et de verre brisé des différentes enceintes. Les voix sont généralement audibles, il y a un doublage francophone et de très visibles sous-titres blancs en anglais. Dans un premier temps, les images sont loin d'être très engageantes. Cette perception change et évolue au gré du visionnement, surtout devant ces belles couleurs, ces teintes soignées et ces contrastes suffisamment homogènes.

La pochette blanche est "trash" à souhait, montrant une mariée dotée d'une scie mécanique dont le sang vient tout juste de tacher sa robe blanche. Le menu principal du DVD est très imaginatif dans sa façon d'intégrer un hallucinant montage de séquences diverses. Comme si on venait tout juste de récupérer un vieil enregistrement et que les extraits ne font pas toujours de sens. Les suppléments sont encore plus intéressants que le long-métrage lui même. Il y a un bêtisier qui fait sourire, 23 minutes de segments supprimés et un documentaire exhaustif de 113 minutes (c'est encore plus long que le film!) sur le tournage. À voir impérativement.

Les mordus du genre raffoleront de "[*REC]³: Genesis" qui leur offrira leur lot d'hémoglobine et de carnage hebdomadaire (ou quotidien). Ceux et celles qui s'attendent à une suite de leur série préférée seront amèrement déçus. Cette troisième péripétie aurait presque pu s'appeler autrement tant l'esprit et les thèmes ne sont vraiment plus les mêmes. À force d'exploiter un matériel à succès, il se peut d'épuiser le puit et c'est justement ce qui arrive ici. Cela ne change heureusement rien aux très grandes qualités des deux premiers opus.


Cotes

Film5
Présentation8
Suppléments7
Vidéo7
Audio8