The Boy
Les Films Séville / EOne Entertainment

Réalisateur: William Brent Bell
Année: 2016
Classification: 13+ (QC)
Durée: 97 minutes
Ratio: 2.40:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Français (DD51)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres: 20
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 774212666735

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
12 mai 2016

Les films d'horreur américains se suivent et se ressemblent. Pour un efficace long-métrage, il y a de nombreux efforts qui déçoivent. "The Boy" fait ultimement partie de la seconde catégorie malgré quelques moments assez réussis.

Une jeune Américaine (Lauren Cohan) qui cherche à remettre de l'ordre dans sa vie va travailler chez une famille anglaise qui habite une maison reculée et elle s'occupera de leur jeune fils qui s'avère être une poupée.

Cette prémisse assez ridicule qui est prise au sérieux offre un étonnant mélange de genres qui alterne constamment entre la farce et l'horreur. La réalisation efficace de William Brent Bell (qui fait un meilleur travail que sur son horrible The Devil Inside), la performance adéquate de Lauren Cohan et l'habile création d'ambiance et d'atmosphère annoncent une œuvre qui sort enfin des sentiers battus. Il n'en est rien. Le scénario regorge de clichés, les quelques surprises ne résistent pas longtemps à l'analyse et il n'y a pratiquement aucun moment qui effraye réellement.

La musique arrive à être tendue et mélodique, angoissante et enveloppante. Les pistes sonores alertes en Dolby Digital 5.1 font rugir des enceintes des bruits de cris et de pluie, de portes et de vent. Les voix sont claires, le doublage francophone acceptable et en cas de besoin, il y a de très visibles sous-titres. Les contrastes homogènes et l'harmonieuse palette de couleurs se heurtent parfois à des teintes peu détaillées et à du grain.

La pochette sombre qui montre un pantin qui se prépare à manger donne froid dans le dos. Le menu principal du disque reprend une image statique de cette poupée. Une mélodie oppressante se fait entendre. Aucun supplément ne figure sur cette édition.

Rappelant parfois Dead Silence, Annabelle et pour les plus vieux Chucky, "The Boy" comporte quelques scènes assez fascinantes, mais elles sont insuffisantes pour garder l'intérêt jusqu'à la fin du film. Le potentiel y était, il fallait seulement se laisser aller en l'exploitant hors des sentiers battus.


Cotes

Film5
Présentation4
Suppléments-
Vidéo7
Audio8