L'amour avec un grand 'A'
Coffret 1
Imavision Distribution

Réalisateurs: Louis Choquette, Pierre David, Pierre Gagnon
Année: 1986-1991
Classification:
Durée: 900 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Français (DDST)
Sous-titres:
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 5 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Ostiguy
24 septembre 2005

On a beaucoup dit que Janette Bertrand est une femme d'avant-garde qui a contribué à abattre plusieurs tabous présents dans notre société. C'est vrai. On a aussi dit que, par ses textes, elle a fait avancer la cause des femmes, des homosexuels, des personnes handicapées, etc. C'est aussi vrai. Mais, à mon avis, on a pas assez insisté sur un point: Janette Bertrand est une auteure extraordinaire. Elle possède un sens du dialogue très rare. Avoir des idées, c'est bien, mais parvenir à traduire ces idées dans un texte qui se tienne, un texte aussi nuancé que clair, ce n'est pas si courant. En écoutant les dramatiques de la série "Avec un grand A" (et non " l'Amour avec un grand A", comme indiqué sur le boîtier du coffret DVD), portez attention aux mots de Janette. Rien n'est là pour rien et chaque phrase (même les répliques humoristiques) dévoilent une facette des personnages.

Chacun des épisodes de cette série, diffusée sur les ondes de Télé-Québec pendant dix saisons, est un véritable petit bijou. De tout ce que Janette a écrit, c'est sans doute ce qu'elle a fait de mieux (comme elle le fait elle-même remarquer dans l'entrevue offerte sur le coffret DVD.) Janette Bertrand oeuvre pour la télévision dès les débuts de Radio-Canada, en 1954. Durant six saisons, elle écrit Toi et Moi, une série hebdomadaire de 15 minutes, axée davantage sur la comédie que sur le drame. Puis de 1969 à 1974, toujours à la SRC, elle rédige les textes de Quelle famille!, série qu'elle interprète avec son mari de l'époque, Jean Lajeunesse et deux de ses enfants, Isabelle et Martin. Contrairement à Toi et moi, Quelle Famille! aborde des sujets plus dramatiques qui alternent avec des thèmes plus légers. Elle est probablement la première auteure au monde à avoir parlé des premières menstruations à la télévision. Ce n'est pas dans la série américaine The Brady Bunch (exactement contemporaine à Quelle famille!) qu'on aurait même effleuré le sujet... De 1976 à 1979, elle écrit pour son mari le téléroman Grand-Papa dans lequel elle continue d'innover. Durant la dernière saison, il y est même question du tout nouveau phénomène des mères porteuses.

Évidemment, l'écriture d'une continuité impose un carcan à l'auteur dramatique. Les mêmes personnages revenant d'un épisode à l'autre, il y a une certaine limite à ce que l'on peut leur faire vivre, si l'on veut demeurer réaliste. Voilà pourquoi en 1982, Janette s'en va à Télé-Québec qui lui demande d'écrire une série avec deux personnages récurrents oeuvrant dans un centre d'écoute. Chaque semaine, un personnage différent arrive avec un problème que le bénévole tente de régler. Il s'agit de S.O.S. j'écoute, qui est un peu l'ancêtre de "Avec un grand A". Janette écrit cette série pendant deux saisons.

Puis, en 1985, elle débute l'écriture de l'émission qui nous occupe ici. Chaque dramatique met en scène un couple qui doit affronter une problématique précise. Dans la première génération des "Grand A", chaque épisode porte les prénoms des principaux protagonistes. Il peut s'agir autant d'un couple que de parents et d'enfants. L'amour n'est pas exclusivement sexuel et c'est le sentiment amoureux dans toutes ses dimensions qui intéresse Janette Bertrand. Après quelques saisons, les titres des dramatiques débutent tous par L'amour qui... Le coffret DVD contient des épisodes de chacune des générations. Outre les titres, on remarque d'autres différences entre les deux groupes de dramatiques. Dans les premières dramatiques, les personnages s'adressent directement au spectateur, technique qui sera abandonnée par la suite. Personnellement j'aurais préféré que les épisodes soient présentés dans l'ordre, sous la forme de saisons complètes. Le choix de dramatiques est toujours aléatoire et en ce sens peut ne pas plaire à tous. Par contre, on annonce sur un dépliant contenu dans le coffret, la sortie d'ici le printemps 2006 d'une seconde série de dramatiques. On peut donc espérer éventuellement l'édition de la série complète.

Voici maintenant un bref survol des dix émissions offertes. "L'amour qui tue" met en vedette Sylvie Léonard et Ghislain Tremblay et traite de la violence conjugale. Il s'agit de la dramatique la plus célèbre de toute la série et, à mon avis, de la meilleure. Les comédiens offrent ici la meilleure performance de leur carrière. Il faut dire qu'ils sont superbement dirigés par Janette elle-même, l'une des rares auteures à faire la direction de comédiens.

"L'amour interdit" raconte les amours compliquées d'une mère de famille et d'un prêtre. "Danielle et Robert" sont deux conjoints qui ne s'entendent pas sur un point très important: avoir un enfant ou pas. "L'amour qui n'en finit plus" davantage comique celui-là, raconte les tribulations d'un couple à la retraite qui n'arrive pas à se débarrasser... de ses enfants! "Marie-Claire et Michel" est un huis clos habilement construit entre un couple enfermé dans un sauna qui en profite pour régler leur différent: lui veut la quitter à cause de leur différence d'âge. "Francine et Julien" tente d'expliquer pourquoi certaines femmes préfèrent les machos aux hommes roses. "Sophie, Liliane et Normand" est une dramatique ayant surtout pour sujet les relations mère-fille, thème récurrent dans l'œuvre de Janette. "Lise, Pierre et Marcel", l'un des meilleurs "Avec un grand A", se passe le jour du 19ième anniversaire de mariage de Lise et Pierre. C'est ce jour là que Lise apprend que son mari la trompe avec un homme. Je tiens à souligner ici les performances de Denise Filiatrault et Hélène Loiselle dans le rôle des grand-mères, deux superbes compositions. "Jacques et Jacqueline" raconte l'amour naissant entre un prisonnier et une bénévole. Finalement, "Marie et François" est une très touchante dramatique sur la mort d'un des deux conjoints.

Le coffret se présente assez bien, bien que la pochette soit un peu simpliste. Par contre, il contient un livret dans lequel on retrouve le résumé de chacun des épisodes, effort louable, car de plus en plus rare aujourd'hui. On retrouve également sur chaque disque les titres des épisodes qu'il contient, ce qui facilite beaucoup l'utilisation. Chaque épisode est divisé en quatre chapitres, par contre une seule image (en général un gros plan d'un des personnages) fait office de repère. C'est trop peu pour reconnaître véritablement où l'on en est dans l'écoute de l'épisode. La qualité technique des dramatiques est assez bien, même si l'on remarque ici et là des vestiges de l'origine vidéo des documents, par exemple, des problèmes d'alignement.

Côté suppléments, Imavision nous gâte, si l'on compare avec ce qui se fait généralement ici. D'abord, l'épisode "L'amour qui tue" est présenté avec un commentaire audio de l'auteure. Janette parle autant du contenu de l'épisode, que des anecdotes de tournage. Il est intéressant de suivre avec elle, le processus de création qui sous-tend cette dramatique. Par contre, comme c'est souvent le cas avec les commentaires audio, on remarque un léger décalage. Par exemple, Janette réagit à une réplique que l'on a entendu 30 secondes plus tôt, ce qui peut être un peu agaçant. Le coffret présente également une entrevue avec Janette, réalisée exprès pour cette édition DVD. Cette entrevue est fort intéressante. Janette y explique entre autres la genèse de la série et décortique pour nous sa façon d'écrire. Finalement, le dernier disque présente un épisode de " Parler pour parler", célèbre talk-show que Janette animait à l'époque des Grand A. Dans cet épisode, elle recevait le groupe Rock et Belles Oreilles. J'ai des réticences face à ce dernier choix. N'aurait-il pas été davantage pertinent d'inclure à la place de "Parler pour parler" un ou deux épisodes de S.O.S. j'écoute, l'ancêtre de "Avec un grand A"? Peut-être sur le prochain coffret...

Vous aurez compris à la lecture de cette critique que je suis un grand fan de Janette Bertrand. Si l'on excepte la réalisation classique des épisodes et la mode vestimentaire de l'époque, ces épisodes sont encore très d'actualité aujourd'hui pour la simple raison que Janette fut toujours une auteure d'avant-garde. Ce coffret est donc, selon moi, un incontournable en ce sens qu'il présente l'une des meilleures séries d'anthologie dramatique jamais présentée à la télévision québécoise!


Cotes

Film10
Présentation8
Suppléments9
Vidéo7
Audio8