Bob Gratton: Ma vie, my life
Saison 1
Imavision Distribution / Cite-Amerique

Réalisateur: Gabriel Pelletier
Année: 2007
Classification: 13+ (QC)
Durée: 360 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Non
Langue: Français (DDST)
Sous-titres:
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 3 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Sébastien Cassou
3 septembre 2007

Icône culturel québécois par excellence, le personnage de Bob "Elvis" Gratton créé par Pierre Falardeau et Julien Poulin dans le cadre d'un court-métrage au propos politique incisif dans les années quatre-vingt a connu toutes sortes de déboires depuis ses débuts. Films vilipendés par la critique, mais succès au box-office, porte-parole de Pizza Hut le temps d'une campagne publicitaire et apparition controversée dans un congrès du "OUI" lors de la campagne référendaire de 1995, il ne manquait plus qu'une série télévisée pour achever de polariser les opinions sur ce clown triste.

C'est maintenant chose faite avec la sortie en DVD par Imavision de la première saison (même qu'il y en aura une deuxième qui fût tournée cet été et sera en onde bientôt) de "Bob Gratton, ma vie - my life" qui fût diffusée cette année à TQS. Et comme de raison, à sa sortie télévisuelle la série fut scrutée à la loupe par tous les amateurs et les détracteurs de Falardeau, et ce même si le réalisateur d'Octobre n'avait rien à faire avec le projet, ayant vendu les droits pour cette occasion. Une fois la poussière retombée, on peut enfin regarder la série loin de la tornade médiatique et s'en faire une opinion pour nous même.

Julien Poulin, dans le rôle-titre, y est excellent comme toujours. Yves Trudel en Méo le beau-frère, éternel faire-valoir de Bob, y est aussi bon même si le personnage est un peu limité Les textes sont parfois hilarants, mais parfois nuls et les situations font appel à un humour très bas de gamme, plus près du burlesque que de Woody Allen. Bien que le court-métrage original de Falardeau et Poulin ait fait appel à l'humour physique (dans lequel Julien Poulin excelle) pour appuyer la caricature sociale et politique, pour la série on a malheureusement évacué quasiment tout le sous texte satirique et l'aspect pamphlétaire pour y laisser seulement l'humour gras ayant fait la renommée du personnage au désespoir de ses créateurs il est vrai.

Pour les fans d'Elvis Gratton, le personnage reste entier dans sa bêtise et les épisodes sont ma fois assez rigolos. On peut peut-être se tanner un peu du manque de profondeur du propos véhiculé, mais si la politique et la critique sociale vous passent cinquante pieds par dessus la tête alors vous risquez d'apprécier cette série. Sinon, achetez ou louez-vous les deux coffrets Falardeau Poulin : À force de courage regroupant les documentaires pré-Gratton du duo ou bien tapez-vous les œuvres majeures de Pierre Falardeau comme 15 février 1839 ou Le Party avec Julien Poulin dans un rôle dramatique incroyable.

Au niveau vidéo, la qualité des treize épisodes du coffret est assez bonne. Une direction photo efficace pour ce genre de télé série doublé d'un beau transfert. Les détails de l'image sont précis et la définition des contours est nette. On reconnaît bien entendu la facture d'une caméra vidéo (HD) qui n'est pas encore à la hauteur de la pellicule 35mm, surtout dans les zones de surbrillance, mais le résultat final est plus que satisfaisant. Les belles couleurs des bobettes à l'effigie du drapeau canadien d'Elvis Gratton sont aussi impeccables! Au niveau sonore, encore là un bon travail. Belle prise de son et beau travail de mixage et de montage sonore avec tous les sacres de Bob et les onomatopées de Méo parfaitement reproduits. La musique ajoute aussi au rythme de chaque épisode et sert de lien parfait entre les différentes séquences qui sont souvent des petits sketches comiques autonomes. Il n'y a pas de suppléments sur ce coffret.


Cotes

Film7
Présentation7
Suppléments-
Vidéo8
Audio8