Bomb Girls
Season 1
Imavision Distribution / Muse Entertainment / Back Alley Films

Réalisateurs: Ken Girotti, Adrienne Mitchell, Anne Wheeler
Année: 2012
Classification: G (QC)
Durée: 360 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Français (DD51)
Sous-titres:
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 3 (DVD-9)
Code barres (CUP): 069458238632

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
17 mars 2013

Mon amour des films de la Seconde Guerre mondiale - et des histoires spéciales hors des champs de bataille - a été charmé par une nouvelle série d'époque qui traite des travailleurs d'une usine de bombes canadienne (Victory Munitions) en 1941. On y retrouve des gens de différents niveaux de la société, des gens ordinaires avec leur agenda et leurs problèmes, leurs vues sur la guerre et les profiteurs de celle-ci. Durant cette guerre, les femmes restaient à la maison pour s'occuper de leur famille, alors que les hommes en âge de servir leur pays se retrouvaient sur le front. Plusieurs de ces femmes entrèrent sur le marché du travail dans des usines nouvellement construites pour survenir à l'effort de guerre (fabrication de tanks, d'avions, de fusils et bien sûr de munitions). Avec ces premiers pas dans l'univers masculin du travail tout en se retrouvant dans un monde en profonds changements sociaux, s'y adapter n'est pas toujours de tout repos. En gros, des femmes qui travaillent ensemble dans un bureau ou un plancher d'usine (autant aujourd'hui qu'hier), vous pouvez être assurés qu'il y aura du commérage, du "bitchage" et des coups bas, tout cela pour notre plaisir de téléspectateur.

Cette série nous présente des personnages sympathiques, que nous aimons rapidement, peu importe leurs problèmes. Il y a d'abord Lorna Corbett (Meg Tilly), la patronne de plancher de l'usine pour le quart de travail "bleu", morale et traditionnelle malgré ses quelques écarts. Ses fils sont tous deux à la guerre et son mari Bob (Peter Outerbridge) est un vétéran blessé de la Première Guerre. Betty McRae (Ali Liebert) est celle qui entraîne les nouvelles filles sur le plancher de l'usine. Elle a une dure coquille qui cache un être sensible, insécure et homosexuel. Kate Andrews (Charlotte Hegele) s'est retrouvée à l'usine canadienne pour se sauver de son père qui l'abusait. Betty est amoureuse de Kate! Puis, comme personnage principal, il y a Gladys Witham (Jodi Balfour), la fille unique d'une riche famille qui habite Rosedale (une des localités de Toronto les plus coûteuses). Elle travaillait dans les bureaux de l'usine, mais après avoir été inspirée par les filles du plancher, elle décide de les rejoindre en secret de sa famille. Il y a aussi les personnages intéressants de Vera Burr (Anastasia Phillips), qui aura un gros accident qui la défigurera, Marco Moretti (Antonio Cupo), un américano-italien qui mélange les explosifs à l'usine et a une relation avec Lorna, James Dunn (Sebastian Pigott), le fiancé de Gladys qui la trompe avec d'autres filles et Leon Riley (Jim Codrington), un afro-américain qui a charmé Kate par sa voix. À travers les suspicions d'espionnage, les accidents de test de bombes, les vols dans les casiers des filles, les amours et déception, la vie à l'usine va être interrompue par de nombreuses mauvaises nouvelles, dont l'attaque de Pearl Harbor par le Japonais. La seconde saison (qui est présentement diffusée à la télévision) aura bien du pain sur la planche pour continuer toutes ces histoires!

Proposant son contenu dans les deux langues, "Bomb Girls" ("Des femmes et des bombes" en français) intéressera tout le monde, même ceux qui ne sont pas aussi passionnés que moi de la Seconde Guerre mondiale. Comme la pochette l'indique, c'est la même guerre, mais les luttes sont différentes sur le plancher de cette usine canadienne. L'audiovisuel est très bon et nous fait entrer (grâce à sa palette de couleurs) dans une autre époque où en fait les batailles restent les même dans le fond de l'esprit (plus de liberté, plus de choix). L'épais coffret contient trois DVD, plus un intéressant livret résumant la série et les différents personnages. Directement sur les disques eux-mêmes, il y a des pistes de commentaires très intéressantes qui nous mettent en contexte avec l'époque, en plus de nous faire remarquer des choses avec les personnages. Le premier épisode est commenté par Adrienne Mitchell qui est co-créatrice/réalisatrice et l'épisode six comprend quant à lui les dires de Michael NacKennan qui est co-créateur/scénariste pour la série. Sur le dernier disque, il y a aussi une revuette sur la production. La majorité des choses qui y sont racontées, nous les avons déjà figurées durant le visionnement la série. Cependant, la visite des plateaux de tournage et les explications sur le type de bombe construit dans l'usine sont des moments bien intéressants!

Tous ceux à qui j'ai introduit la série l'ont adorée, alors je suis pas mal certain que vous l'aimerez aussi aussitôt que vous lui donnerez un bon visionnement, même si ce n'est que pour le côté historique de l'affaire. Je suis persuadé que bien des gens aujourd'hui ne savaient pas qu'il y avait des usines de munitions au Canada pour fournir l'effort de guerre en Europe! À découvrir!


Cotes

Film9
Présentation5
Suppléments7
Vidéo7
Audio7