Benoît se fait du ciné-bas
DEP Distribution / Les Disques Victoire

Réalisateur:
Année: 2006
Classification:
Durée: 75 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DDST)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 12
Nombre de disques: 1 (DVD-5)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Sébastien Cassou
26 novembre 2006

Depuis plus d'une décennie, le marché des cassettes vidéo (et maintenant des DVD) pour enfants est en plein essor. Sans avoir recours à la télévision comme c'était le cas auparavant avec des "amis" comme Passe-Partout, Capitaine Bonhomme, ou les plus récents Macaroni et Cornemuse, les nouvelles stars pour enfant lancent tout simplement des spectacles ou des concepts directement sur VHS et DVD, sans diffusion télé préalable. On a qu'à penser aux récentes vedettes comme Carmen Campagne ou Annie Broccoli dont la popularité explosa suite à quelques produits audiovisuels assez simples et tournés sans beaucoup de moyens (et d'imagination dans certains cas!).

Le DVD "Benoît se fait du ciné-bas" dont il est question ici fait aussi partie de cette nouvelle tendance. Le Benoît en question s'appelle Benoît Archambault et en plus d'amuser les tout-petits, il mène une carrière parallèle d'auteur-compositeur et de trompettiste au sein du groupe folk québécois Mes Aïeux. Il a donc une bonne connaissance de la musique, ce qui n'est pas toujours le cas dans le groupe de vedettes pour enfants émergentes. C'est peut-être pourquoi ses chansons ont des airs accrocheurs qui semblent plaire aux jeunes. Les paroles sont à la fois rigolotes tout en gardant un petit côté ludique et sans prétention.

Une des bonnes idées qu'on a eu dans ce DVD, c'est qu'au lieu d'enfiler les clips des chansons bout à bout sans trame narrative aucune, on a écrit une sympathique histoire où Benoît et son groupe, les muets tiguidous, partagent la vedette avec des personnages loufoques, les bas-rionnettes. Il s'agit en effet de marionnettes faites maison (on est bien loin du Muppet Show!) en utilisant des chaussettes "améliorées" enfilées sur les mains des manipulateurs. Deux petits yeux, une moustache ou du rouge à lèvres, des cheveux ou une casquette et voilà un vieux bas transformé en vedette télé. Ça rappelle l'époque de Gérard D. Laflaque et son fidèle Ti-Bas à Radio-Québec. On a aussi affublé chaque chaussette d'un nom rigolo tel Bas-Taclan, Bas-Brun, Bas-Boune ou la pulpeuse Bas-Lerine.

L'histoire est assez simple. Tous ces personnages travaillent dans un studio de télé où Benoît et ses musiciens viennent enregistrer leurs vidéoclips (d'où le jeu de mots du titre : Ciné-bas). Malheureusement, le vilain Bas-Boune veut mettre des bâtons dans les roues à l'assistant metteur en scène pour le faire paraître incompétent et lui voler son poste. Benoît et sa bande réussiront-ils à déjouer les plans machiavéliques du méchant méchant et ainsi sauver le spectacle et libérer Bas-Brun? Oui bien sûr! Et tant mieux puisque le triomphe du bien c'est ce que tout les enfants, grands et petits, désirent.

La seule petite ombre au tableau de ce joyeux épisode serait peut-être la qualité vidéo de l'émission. On a en effet choisi d'y aller avec une qualité d'enregistrement assez ordinaire (faute de moyens financiers j'imagine) et des éclairages un peu simples. Surtout au niveau des vidéoclips de Benoît et sa bande, particulièrement ceux filmés en extérieur, où les zones claires brûlent un peu et la netteté de l'image vidéo agace. Pour les séquences en studio avec les bas-rionnettes, on a pu travailler un peu mieux l'éclairage sauf que c'est au niveau de l'étalonnage qu'on a forcé un peu sur les teintes oranges, nous donnant des couleurs de peaux trop saturées. Heureusement au niveau de l'audio on a mieux travaillé le son du studio et des vidéoclips (en playback). Tout est très chaleureux.

Pour les suppléments, deux petites séquences non-utilisées au montage, dont des petites vignettes mettant en vedette deux bas-rionettes sur une corde à linge vivant des aventures cocasses.


Cotes

Film7
Présentation6
Suppléments6
Vidéo6
Audio7