Bloodhounds of Broadway
Fox Marquee Musical
20th Century Fox Home Entertainment

Réalisateur: Harmon Jones
Année: 1952
Classification: PG
Durée: 90 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Anglais (Mono)
Sous-titres: Anglais, Françaais, Espagnol)
Nombre de chapitres: 24
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
1er décembre 2007

55 ans après sa sortie officielle, la comédie musicale "Bloodhounds of Broadway" reprend du poil de la bête et s'offre une nouvelle vie en format DVD. Déjà que le film n'était pas extraordinaire il y a cinq décennies, le passage du temps ne l'a jamais réellement embelli.

Cette adaptation d'une courte histoire de Damon Runyon tourne autour de parieurs illégaux dirigés par Numbers Foster (Scott Brady). Avec son ami Poorly (Wally Vernon), il doit quitter New York lorsque le fisc pointe le nez dans ses affaires. En région, le duo fait la connaissance de la paysanne Emily Ann (Mitzi Gaynor) et de ses deux gros chiens limiers. Grâce à sa voix unique et enchanteresse, on la convainc d'embarquer avec les deux messieurs étrangers pour faire carrière dans la Grande Pomme. Une opportunité qui plaira à tout le monde, sauf à Yvonne (Marguerite Chapman), une femme imbue qui ne tolère pas que Foster s'intéresse davantage à cette nouvelle venue qu'à sa propre personne.

Dans les années 1950, le genre de la comédie musicale battait son plein et n'importe qui était prêt à offrir un produit de second ordre uniquement pour penser rejoindre le public. C'est un peu l'histoire de ce "Bloodhounds of Broadway". Réalisé par Harmon Jones, un cinéaste qui n'a jamais rien fait de très intéressant, l'essai mettait en scène des personnages au talent souvent limité. Les gags puérils semblaient parfois obligatoires, les numéros chantés n'offraient aucune composition réellement mémorable et les dialogues parlés manquaient parfois de tonus. Surtout que le langage utilisé s'avère souvent dégradant pour la femme.

Bien entendu, ces défauts étaient légèrement moins importants dans un divertissement d'à peine 90 minutes qui s'oublie une fois le générique tombé. Contrairement à ses collègues, Mitzi Gaynor s'accaparait de la scène avec une aisance peu commune, quelques danses et claquettes pouvaient faire sourire et il y avait ces deux limiers irrésistibles aux mimiques si charmantes. C'était bien peu, mais sans doute suffisant pour ressortir le tout pour un auditoire de plus de plus nostalgique et tourné vers le passé.

Le principal attrait du long métrage est le soin apporté à sa restauration. Le plein écran est encore de mise, sauf que les images sont généralement très jolies et les couleurs éclairent de leurs nombreuses teintes. Vers la fin, il est toutefois plus facile de déchanter avec cette présence de blocage, de grain et d'égratignures. La piste sonore anglophone est mono et elle demeure plutôt limitée. Les voix s'entendent cependant sans problème et il y a même de visibles sous-titres blancs en anglais, en espagnol et en français pour faciliter la compréhension. La trame sonore généralement descriptive alimente convenablement ces numéros musicaux assez inégaux. Les cris des chiens, appuyés et trop présents, ne sont malheureusement pas très crédibles.

Le boîtier du film est une réussite. Elle montre les différents protagonistes dans des tons éclatants de bleu, de jaune et d'orange. Le menu principal du DVD se trouve toutefois aux antipodes avec ce plan fixe et sans musique à l'effigie de Gaynor et de Brady. Les suppléments sont nombreux, mais ils sont souvent plus superficiels qu'étoffés. Il y a tout d'abord un court segment traitant du style de Damon Runyon dont plusieurs écrits ont été adaptés sur grand écran. Mitzi Gaynor parle de son expérience en racontant l'ensemble de sa carrière et ses années de gloire dans quelques longs métrages de la compagnie 20th Century Fox. Ce sont surtout ceux qui ne la connaissent pas qui en apprendront le plus dans ces documentaires. Même constat pour l'entrevue avec Sharon Baird qui incarnait la petite fille Elida aux mille claquettes dans la scène la plus mémorable de cette production. L'actrice, qui a été aperçue dans la série The Land of the Lost, traite de son expérience et des cours qu'elle avait suivis.

Pour en savoir davantage, mieux vaut se diriger vers ce court livret de quelques pages qui est inséré avec l'essai. Les autres bonus se composent d'une comparaison entre une séquence restaurée et une qui ne l'est pas, de la bande-annonce originale, d'un guide de presse où il est possible d'aller lire en détail quelques articles et des galeries d'affiches, de photos et de cartes. Bonne nouvelle : quatre cartes postales sont incluses dans le boîtier, retraçant des moments précis et significatifs de la trame narrative.

Il est facile de s'attarder à "Bloodhounds of Broadway". La pochette est ravissante et l'histoire semble assez cocasse. Ce n'est pourtant jamais réellement le cas. Malgré le charme de Gaynor, de ses limiers et de quelques numéros de danse, l'ensemble manque singulièrement de rythme et d'attrait, le charisme de Scott Brady est pratiquement inexistant et aucun air ne se fredonne instantanément une fois la fin du visionnement. À moins d'être un fanatique des comédies musicales, mieux vaut peut-être louer le tout au lieu de l'acheter. C'est tout de même mieux que le pseudo remake complètement raté qui a vu le jour en 1989 et qui mettait en vedette... Madonna!


Cotes

Film4
Présentation6
Suppléments6
Vidéo7
Audio6