Buddy Holly Story / La Bamba
Sony Pictures Home Entertainment

Réalisateurs: Steve Rash / Luis Valdez
Année: 1978 / 1987
Classification: PG
Durée: 114 / 108 minutes
Ratio: 1.33:1 / 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD40, DD20), Français (DDST) / Anglais (DD51, DD20), Espagnol (DDST)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol / Anglais Espagnol, Portugais, Chinois, Coréen, Thaïlandais
Nombre de chapitres: 28 / 28
Nombre de disques: 2 (DVD-5 + DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Amélie Gravel
25 septembre 2005

Le 3 février 1959 a été une journée extrêmement marquante pour l'histoire du rock'n roll. Ce jour-là, le destin a enlevé à ce monde musical trois étoiles montantes qui, bien qu'ayant brièvement déjà flirté avec le succès, avaient toute la vie devant eux pour connaître la gloire qu'ils méritaient. Buddy Holly, 22 ans, Ritchie Valens, 17 ans, et The Big Bopper, 28 ans, ont tous trois été tués dans un accident d'avion juste après un spectacle commun qui avait enchanté tous les spectateurs présents. Quelques années plus tard, plusieurs œuvres ont transposé au grand écran la vie de ces trois chanteurs et musiciens, mais deux ont connu un plus grand succès que d'autres: "The Buddy Holly Story" et "La Bamba". Bien que ces deux films étaient déjà disponibles sur DVD, Sony Pictures Home Entertainment nous offre maintenant un coffret regroupant les deux biographies romancées de deux vedettes du rock'n roll unis par la tragédie, dont le dessus de la pochette du coffret de carton est très représentatif.

Je débuterai ma critique avec le film sur Buddy Holly, récipiendaire de l'Oscar de la meilleure musique en 1979. Le film commence en 1956, alors que Charles Holley, mieux connu sous le surnom de Buddy, et deux amis performent dans leur petit patelin (en réalité, Holly était accompagné de trois musiciens, mais comme ces derniers avaient déjà vendu leurs droits à une autre production, les producteurs de ce présent film ont dû réduire leur nombre à deux et également changer leur nom). Cette prestation arrivera aux oreilles d'un vice-président d'une compagnie de disques qui les invite aussitôt à Nashville pour endisquer. Comme Nashville est la ville du country, le groupe se rend très rapidement compte que la musique qu'on leur demande ne ressemble aucunement au nouveau style qui leur ressemble. Ils retournent donc bredouille à la maison, non sans continuer d'enregistrer des démos en vue de percer un jour. Ce jour en question se présente lorsqu'une compagnie de New York met la main sur un démo de la chanson "That'll Be The Day" et décide de la faire tourner à la radio sans même en avertir les interprètes. L'engouement que cette composition suscite incite Buddy Holly et les Crickets à signer un contrat et c'est parti pour la gloire. Viendront ensuite les tournées et les interprétations à la télévision sans oublier l'évolution de la vie personnelle de chacun des membres du groupe, quoique seulement celle de Holly soit visible dans ce film. Nous voyons donc les grands moments, pas toujours heureux, de cette carrière fulgurante qui dura à peine deux ans.

Le menu se présente sous forme d'une radio. Les options constituent les touches alors qu'une photo de Buddy Holly remplace le haut-parleur. Aucune musique ne vient accompagner cet accueil à un film basé sur la musique. Quelques suppléments sont disponibles. Après une bande-annonce de "La Bamba", nous pouvons voir les filmographies de Steve Rash (le réalisateur), Gary Busey (Buddy Holly), Charles Martin Smith et Don Stroud (les deux Crickets), qui sont accompagnées de quelques détails biographiques sur les personnalités. Finalement, une piste de commentaires animée par Rash et Busey, plus de vingt ans après le tournage du film, vient nous en apprendre un peu plus sur la production. Cette piste est malheureusement très incomplète, à mon avis. Les détails mentionnés, comme certaines anecdotes qui nous racontées ou bien quelques trucs de tournage, sont en majorité intéressants, mais il en aurait fallu plus pour m'impressionner. Beaucoup de silences ponctuent les scènes que nous voyons défiler à l'écran et j'ai été bien déçue qu'ils n'aient pas profité du fait que leur histoire avait été réellement vécue pour nous montrer des comparaisons entre la réalité et la fiction ou bien pour nous en apprendre davantage sur la vie du chanteur.

La qualité nous frise les oreilles au début, mais se replace à mesure que le film avance. Du côté image, les couleurs sont extrêmement fades, sauf pour le rouge qui ressort avec grand éclat. Ce contraste est d'ailleurs assez mauvais. La définition est cependant sans faille, nous ne retrouvons aucun embrouillement ici. Du côté sonore, nous avons droit à un son assourdi, particulièrement lors des prestations musicales, mais tout est audible. Les effets sont quelquefois mal équilibrés, comme les applaudissements du public qui enterrent parfois les voix des chanteurs. Mais ces défauts se remarquent pour la plupart seulement dans la première demi-heure du film, comme je l'ai mentionné plus haut. Fait à noter: sur la pochette du DVD, il est mentionné que le film est présenté dans le format 1.85:1, alors que ce n'est pas le cas. Il est plutôt présenté en 1.33:1 (plein écran), ce qui est un peu plus décevant.

Nominé aux Golden Globes de 1988, "La Bamba" nous présente la vie de Richard Valenzuela à partir d'approximativement 1957. Vivant dans la pauvreté avec sa mère veuve, son frère et ses deux jeunes sœurs, Richard a vraiment la musique dans le sang et se fait rapidement remarquer par un homme à la recherche de nouveaux artistes. Tout s'enchaîne alors rapidement pour le jeune homme: il devient Ritchie Valens, enregistre plusieurs succès instantanés et fait plusieurs tournées qui l'éloigneront de sa chère famille et de Donna, l'amour de sa vie à qui il a d'ailleurs dédié une de ses chansons les plus connues. Encore une fois, nous assistons aux moments marquants de la courte vie du chanteur jusqu'à ce qu'elle s'éteigne en ce soir de tempête dans le ciel de l'Iowa.

Le menu du film est une représentation fidèle de l'image qui orne la pochette du DVD. Plusieurs suppléments accompagnent le film. Deux vidéoclips représentent l'aspect musical du film: il s'agit des chansons "Lonely Teardrops", par Howard Huntsberry, qui est en fait la scène inchangée que nous voyons dans le film, et du vrai vidéoclip de la chanson très connue "La Bamba", interprétée par Los Lobos, le groupe qui chante les chansons de Valens sur la piste sonore du film. Contrairement à Gary Busey qui interprétait lui-même les chansons de Buddy Holly, Lou Diamond Phillips ne fait que du lipsync, quoiqu'il ait tout de même pris de longues heures de leçons de guitare. Ensuite, il y a un documentaire nous remémorant la vie de Ritchie Valens à travers les différents témoignages des membres survivants de sa famille et de personnes qui l'ont connu, comme la vraie Donna. Ce segment porte sur trois thèmes particuliers: sa vie personnelle, sa musique et sa famille. Il s'agit d'un documentaire très complet, intéressant et émouvant. Comme sur le DVD de Buddy Holly, nous retrouvons la bande-annonce du film et les filmographies des principaux acteurs: Lou Diamond Phillips, Esai Morales (son frère Bob), Elizabeth Pena (son amie Rosie) et Joe Pantoliano (son gérant Bob). Deux pistes de commentaires sont finalement accessibles et bien plus intéressantes que celle de Steve Rash et Gary Busey. La première piste est animée par le réalisateur, le producteur, Phillips et Morales. Ces commentateurs ne semblent jamais à court de mots et multiplient tant les anecdotes que les explications sur le déroulement du tournage et les différents détails concernant la production. La deuxième piste est animée par deux des producteurs qui ont aussi beaucoup de choses à dire. Alors que la première piste touchait davantage le film, celle-ci nous parle beaucoup du vrai Ritchie Valens et d'aspects de sa vie qui sont plus méconnus du public. Bref, une section de suppléments de grande qualité.

"La Bamba" est plus récent que "The Buddy Holly Story" et nous sommes en mesure de le remarquer en comparant la qualité des deux produits. Dans le premier cas, les couleurs sont toutes très claires et ressortent de manière harmonieuse. Les contrastes sont représentés avec fidélité et la luminosité donne un éclat très attrayant. Le son est très appréciable autant sur les pistes inférieures que sur la piste Dolby Digital 5.1, quoique celle-ci ait tout de même un petit quelque chose de plus. Les dialogues ressortent de manière parfaitement audible, certains contrastes dans le volume sont appréciables et la musique nous emporte carrément alors qu'elle ressort de tous les canaux. Contrairement au film de Holly, aucune piste française n'est malheureusement offerte, mais cette fois, la mention que le film est présenté dans le format 1.85:1 est véridique.

C'était la première fois que je visionnais "The Buddy Holly Story" alors que j'ai visionné "La Bamba" tellement de fois que je le connais pratiquement par cœur. Le premier ne m'a pas déçu alors que c'est toujours un plaisir pour moi de revoir le deuxième. Dans les deux cas, nous avons droit à une approche réaliste et sensible de la vie de deux chanteurs populaires très différents au départ, mais qui ont malgré tout souvent été associés à la suite de leur décès. Bien qu'ils soient basés principalement sur leur carrière musicale, l'aspect privé de leur vie n'est pas passé sous silence et amène une toute nouvelle dimension aux films, surtout que ces aspects ne soient pas dépourvus de rebondissements. Quoique je garde toujours une préférence pour "La Bamba", "The Buddy Holly Story" reste un très bon film que les amateurs de vieux rock'n roll se doivent de visionner au moins une fois.


Cotes

Film8/7
Présentation6/6
Suppléments5/10
Vidéo6/8
Audio6/8