Les Amours Imaginaires
Remstar / Alliance Vivafilm

Réalisateur: Xavier Dolan
Année: 2010
Classification: 14A
Durée: 95 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DD51)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 065935839477

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Laurence Hervieux-Gosselin
21 octobre 2010

J'ai tué ma mère, le premier film de Xavier Dolan, avait provoqué une panoplie de réactions. Certains ont qualifié Dolan de prétentieux qui n'avait percé que grâce à ses contacts dans le milieu cinématographique, alors que d'autres, impressionnés par sa persévérance, l'ont consacré jeune prodige pour l'audace dont il a fait preuve du côté visuel et le réalisme de ses dialogues, entre autres. Sa nouvelle création, "Les Amours imaginaires " (qu'il a écrit, réalisé et monté), confirme que le camp positif était juste en ce qui a trait à son talent. L'intrigue est simple, mais complétée avec des dialogues ingénieux, des images lumineuses et colorées et une trame sonore qui fait soupirer d'exaltation, elle est inoubliable.

Francis (Xavier Dolan) et Marie (Monia Chokri), deux amis tombent tous deux en amour avec Nicolas (Niels Schneider), un Adonis des temps modernes venu de la campagne pour s'installer à Montréal. Naturellement, une rivalité s'installe entre les deux copains, qui s'adonneront à une compétition perverse pour charmer Nicolas.

La pochette rouge vif illustre le visage grave de Francis (une pochette mauve avec Marie existe aussi), à l'intérieur de laquelle on découvre une photo en gros plan sur le visage de Nicolas. Aucune inscription n'est écrite sur le DVD, qui ne présente qu'une image de Marie. Le menu est kitsch (c'est certainement calculé). Il s'agit d'une image fixe de Marie dans les tons de brun et beige qui change de couleur selon les options qu'on choisit, avec la chanson "Viens changer ma vie" de Renée Martel en trame sonore.

Les images ont été tournées avec une caméra 35 mm. Les couleurs, à la fois naturelles et éclatantes, ressortent magnifiquement et les détails sont clairs. À l'écran, la qualité vidéo rend justice au travail esthétique de Dolan, qui soigne presque maladivement chacun de ses plans. Le spectateur est enivré par tant de beauté visuelle. Les ambiances sonores sont chargées et bien construites selon l'environnement (party, bord du fleuve, ville).

Comme suppléments, il y a une piste de commentaires qui est en fait une conversation divertissante entre Xavier Dolan et Monia Chokri. Elle témoigne de la chimie qui règne entre les deux individus. Ils y expliquent certaines inspirations, des références et racontent des anecdotes, ne pouvant s'empêcher de pouffer de rire à quelques reprises. Les suppléments contiennent aussi quelques scènes supprimées, dont une qui n'est étonnamment pas dans le film. C'est une deuxième apparition d'Anne Dorval, aussi savoureusement comique que la première, qui en révèle davantage sur le personnage. Quelques minutes de bloopers et plusieurs pages de scénario sont à la disposition des amoureux de l'art de Xavier Dolan.


Cotes

Film8
Présentation8
Suppléments9
Vidéo9
Audio9