L'ange gardien
K-Films Amérique

Réalisateur: K-Films Amérique
Année: 2014
Classification: 13+ (QC)
Durée: 94 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DD51)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 4
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 771028211593

Ce DVD est disponible chez:

Selon Martin Gignac
19 juin 2014

Intriguant film québécois qui tient amplement en haleine, "L'ange gardien" vaut surtout pour la qualité de ses interprètes et sa magnifique trame sonore que pour son scénario quelque peu artificiel.

Un gardien de nuit (Guy Nadon) se lie d'amitié avec une jeune femme (Marilyn Castonguay) qu'il a surpris à voler dans son établissement. Peut-être que ses conseils l'aideront à récupérer sa fille d'un amoureux turbulent (Patrick Hivon).

Ce qui aurait pu être une variation sur le brillant Naked de Mike Leigh devient plutôt un drame psychologique teinté de suspense. La prémisse, prometteuse, s'enfarge rapidement dans les fleurs du tapis pour être sauvée in extremis par une conclusion solide, émouvante et satisfaisante toute à la fois, qui lève le voile sur les nombreuses invraisemblances en place. Touchant au sentiment de culpabilité, à la nécessité de reprendre le cours de son existence et à l'amour filial, l'ensemble prêche quelque peu par des dialogues trop explicatifs. Ceux-ci sont cependant livrés par des comédiens épatants. Trop peu présent au cinéma, Guy Nadon livre une performance remarquable devant la toujours juste Marilyn Castonguay. C'est leur duo qui permet au film de séduire et d'intéresser malgré vent et marée.

La musique orchestrale de Ramachandra Borcar est tout simplement magnifiquement. La piste sonore francophone en Dolby Digital 5.1 demeure précise dans sa façon de faire ressortir des enceintes des bruits de radio et des portes qui se ferment. Les dialogues sont clairs et il y a de très visibles sous-titres blancs pour le cinéphile anglophone. La palette de couleurs ornées de jaune, de brun et d'orange est agréable et les images ne manquent pas de détails. Les contrastes sont toutefois un peu sombres et il existe un peu de blocage.

La pochette chaude et froide à la fois montre les deux protagonistes qui regardent dans la même direction. Le menu principal du DVD est identique. Il est statique, bercé par une très jolie pièce musicale. Les suppléments se résument à quatre bandes-annonces.

Réalisé avec minutie par Jean-Sébastien Lord et teinté d'une mélancolie douce-amère, "L'ange gardien" s'avère une œuvre fine, imparfaite, mais lyrique, qui arrive à bouleverser même si le tout avait pu tenir encore mieux la route. Mais devant le visage défait de Guy Nadon et celui, empreint d'émotions de Marilyn Castonguay, il est plutôt difficile de résister à cet essai qui a sans aucun doute été inspiré par le cinéma asiatique du début des années 2000.


Cotes

Film6
Présentation5
Suppléments1
Vidéo6
Audio6