Café de Flore
Alliance Vivafilm

Réalisateur: Jean-Marc Vallée
Année: 2011
Classification: 14A
Durée: 120 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DD51)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 065935578062

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
16 février 2012

Que l'on adore ou que l'on déteste "Café de Flore", il est impossible de ne pas avoir une opinion tranchée sur le dernier film de Jean-Marc Vallée. Et si son long-métrage laissait complètement indifférent, et ce, peu importe le nombre de visionnements?

L'amour suprême. Celle que porte une mère (Vanessa Paradis) pour son fils et celle que porte une femme (Hélène Florent) envers son ancien amoureux (Kevin Parent) qui est en couple avec une autre personne (Évelyne Brochu). Un jour, elles devront apprendre à lâcher priser, pour le bonheur de tout un chacun.

Un des essais québécois les plus populaires et discutés de 2011, "Café de Flore" a fait couler beaucoup d'encre. Il est difficile de résister à sa réalisation léchée et tape à l'œil, à son montage qui se plaît à multiplier les ellipses pour rien et aux performances nobles de comédiens chevronnés. En revanche, il est plus ardu d'accepter ces deux histoires superficiellement développées qui s'éparpillent allègrement, ces thèmes ésotériques à l'eau de rose, ces lourds symboles proéminents et ce manque flagrant d'émotions. Derrière la belle poudre aux yeux se trouve une coquille étonnamment vide, aussi ambitieuse que prétentieuse, qui aimerait être du grand septième art, mais qui ne l'est pas. Du coup, ces élans du cœur manquent horriblement de naturel, et la mécanique qui est prometteuse dans sa première heure se désagrège longtemps avant la fin.

Le jeu sur le son mérite le détour, accentuant parfois l'isolement des personnages. Il y a cependant trop de musique et les choix (du Pink Floyd, The Cure, Sigur Ros) demeurent de l'ordre de l'évidence, étant pratiquement les mêmes que sur les précédents efforts du cinéaste. La piste sonore francophone en Dolby Digital 5.1 est toutefois efficace, faisant ressortir des enceintes une valse de mélodies, de bruits d'avions et d'applaudissements. De quoi parfois enterrer les voix, mais jamais trop longtemps. De très potables sous-titres blancs en anglais et en français sont disponibles en cas de besoin. La mise en scène parfois trop stylisée offre une exquise palette de couleurs, des teintes qui sortent de l'ordinaire et des contrastes un tantinet trop sombres. Du blocage peut également apparaître furtivement.

La pochette noire et blanche montre un homme et une femme qui s'enlacent. Le menu principal du DVD opte plutôt pour une scène qui évolue très lentement et qui semble planer sur la fureur du silence. Aucun supplément n'est disponible... ce qui laisse croire qu'une nouvelle édition verra prochainement le jour une fois que le film ne sera plus à l'affiche en France.

"Café de Flore" aimerait tellement être aimé qu'il en devient pompeux. En se forçant pour être faussement complexe, en mettant toute la gomme pour tenter de faire du cinéma d'art et d'essai, il rate l'occasion d'être un long-métrage poignant sur l'amour et les âmes sœurs. C.R.A.Z.Y. n'avait pas cette prétention, The Young Victoria non plus. C'est à croire que cette fois-ci, Jean-Marc Vallée a préféré s'investir dans sa technique et d'oublier son scénario.


Cotes

Film4
Présentation5
Suppléments-
Vidéo7
Audio7