Ceux qui font les révolutions à moitié n'ont fait que se creuser un tombeau
K-Films Amérique

Réalisateurs: Mathieu Denis, Simon Lavoie
Année: 2016
Classification: 16+ / Érotisme (QC)
Durée: 184 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DD51)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 8
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 771028213795

Ce DVD est disponible chez:

Selon Martin Gignac
29 mai 2017

Film presque unique dans le cinéma québécois, "Ceux qui font les révolutions à moitié n'ont fait que se creuser un tombeau" deviendra à coup sûr une oeuvre culte. Une proposition radicale à prendre ou à laisser.

Quatre jeunes adultes multiplient les actions de résistance afin de protester contre le monde dans lequel ils vivent.

Voilà un rare long-métrage de la Belle Province qui s'affranchit de toutes ses conventions. En jouant avec ses cadrages, sa durée et son rythme tout en y intégrant des archives visuelles et sonores, l'effort ne laissera personne indifférent. Surtout qu'il possède un discours senti sur l'engagement et l'identité à une époque où l'individualisme est roi. Quelque part entre le cinéma de Groulx et celui de Godard, "Ceux qui font les révolutions à moitié n'ont fait que se creuser un tombeau" agit comme une déflagration à part entière, parfois irritante (personnages bidimensionnels, symbolisme éprouvé, simplicité du discours) et souvent fascinante (le traitement, le mélange des arts qui laisse une grande part à la danse et au théâtre). Le quatuor de talentueux comédiens insuffle une vigueur peu commune à leurs tourments et la mise en scène maîtrisée des deux cinéastes assène le coup final aux cinéphiles, qui risquent d'en redemander.

La musique ponctuée de ruptures offre un amalgame d'airs doux et de charges plus violentes. Le tout s'ouvre sur une longue ouverture instrumentale. La piste sonore francophone de belle tenue titille allègrement les enceintes (de bruits, de mélodies pesantes) tout en mettant sur un piédestal les nombreux dialogues. Les voix sont généralement audibles et il y a de visibles sous-titres pour le spectateur anglophone. Les images rugueuses à souhait offrent des teintes puissantes et une éloquente palette de couleurs. Seuls les contrastes un peu trop sombres peuvent laisser sur sa faim.

La pochette rouge qui montre le dessin d'un cocktail Molotov ne laisse aucun doute sur ce qui va suivre. Le menu principal du disque reprend plutôt une pose des protagonistes. Le rendu statique est agrémenté d'une pièce atmosphérique. Les suppléments comprennent des bandes-annonces, deux séquences supprimées qui sont loin d'être essentielles et une très intéressante piste de commentaires des réalisateurs qui répondent aux questions du critique George Privet.

Les amateurs de Laurentie, Corbo et L'amour au temps de la guerre civile seront au septième ciel devant "Ceux qui font les révolutions à moitié n'ont fait que se creuser un tombeau" qui embrasse toutes les possibilités de son art. Que l'on soit d'accord ou pas avec son discours, il s'agit d'un important objet cinématographique qui vaut son pensant d'or.


Cotes

Film7
Présentation6
Suppléments6
Vidéo7
Audio7