Nelly
Les Films Séville / EOne Entertainment

Réalisateur: Anne Émond
Année: 2016
Classification: 16 ans + / Érotisme (QC)
Durée: 99 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DD51)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres: 15
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 774212006296

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
18 avril 2017

Étoile filante de la littérature québécoise, Nelly Arcan obtient son propre film par l'entremise de "Nelly", un biopic non conventionnel qui aurait pu être plus abouti.

Qui était Nelly Arcan (Mylène Mackay), cette icône qui s'est suicidée à l'âge de 36 ans? Quatre facettes de sa personnalité (l'écrivaine, la putain...) sont dévoilées afin de mieux la cerner.

Éviter le classicisme d'usage est une donnée rare lorsqu'on traite de la vie d'une personnalité qui a marqué son époque. C'est ce qu'arrive à faire ce long-métrage séparé en fragments qui emprunte beaucoup au sublime Bob Dylan: I'm Not There de Todd Haynes. Si la création essaye des choses au niveau de la forme, le résultat est loin d'être à la hauteur de ses ambitions. Trop dans la quête d'effets, le récit qui aurait pu être beaucoup plus fou se perd au sein d'un traitement désincarné et faussement intellectualisé. Malgré une fine prestation de Mylène Mackay, l'émotion vient à manquer et les fausses bonnes idées empêchent le spectateur d'y adhérer totalement. Une demi-déception, donc, devant la nécessité du sujet, de traiter du suicide et des quêtes identitaires de la femme dans un monde d'hommes.

Les images soignées sont ornées d'une pertinente palette de couleurs, d'un bon niveau de détails, de teintes séduisantes et de contrastes précis. La musique de Dear Criminals s'agence convenablement à l'ensemble. La piste sonore francophone en Dolby Digital 5.1 est intéressante bien qu'elle manque un peu d'impact. En revanche les voix sont claires et il y a de très visibles sous-titres blancs pour le cinéphile anglophone.

La pochette révélatrice montre en gros plan le visage éteint de l'héroïne. Le menu principal du disque reprend pour sa part une pose de la protagoniste qui est en train de taper à la machine à écrire. Aucun supplément ne se trouve sur cette édition.

Après d'excellents courts-métrages et un fort convaincant Nuit #1, la talentueuse cinéaste québécoise Anne Émond vient de frapper deux murs consécutifs. D'abord avec son inégal Les êtres chers puis avec son à peine mieux "Nelly" qui séduit au départ pour lasser avant la fin. L'oeuvre a au moins le mérite de prendre des risques, d'oser sortir des sentiers battus et ça, c'est tout à son honneur.


Cotes

Film5
Présentation6
Suppléments-
Vidéo8
Audio7