Bret "Hitman" Hart
The Best There Is, The Best There Ever Was, The Best There Ever Will Be
Koch / WWE Home Video

Réalisateur:
Année: 2005
Classification: 14A
Durée: 540 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Anglais (DDST)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 3 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon François Langevin
21 janvier 2006

Issu d'une famille de lutteurs de Calgary, Bret Hart débuta à 18 ans, le métier de lutteur professionnel, l'apprenant à même la compagnie de son père Stu (Stampede Promotions). Au début des années 1980 la "World Wrestling Federation" (WWF devenue depuis WWE ) de Vince MacMahon acheta la compagnie de Stu Hart, surtout pour acquérir les droits sur quelques jeunes lutteurs très prometteurs notamment Bret Hart et les "British Bulldogs". Pendant quelques années, il se sacrifiera, perdant la très grande majorité de ses combats dans le but promouvoir la carrière d'autres lutteurs plus aguerris que lui. C'est de cette façon qu'il gagnera le respect de ses pairs. Reconnu comme un technicien hors pair, il décidera de tout abandonner, étant épuisé d'être relégué aux rôles de figurant et ce que voulait en faire Vince McMahon, qui lui avait bâti un personnage dénommé "The Cowboy", ne l'intéressait nullement. Ce qu'il voulait était de s'associer à Jim "The Anvil" Neidhardt pour lutter en équipe et d'y greffer Jimmy "The Mouth of the South" Hart comme manager. Le résultat n'est qu'histoire alors que "The Hart Foundation" allait complètement révolutionner la lutte en équipe devenant championne du monde à quelques reprises. C'est également à cette période que le surnom "The Hitman" devint indissociable de Bret Hart.

Au début des années 1990, Bret Hart commence sa carrière en solo et il devient rapidement l'aspirant #1 de la ceinture intercontinentale que détenait Kurt "Mr. Perfect" Henning, lutteur au même gabarit et très grand technicien qui s'avérait être un ami personnel de Bret. Il deviendra champion intercontinental pendant plusieurs mois et devant la très grande popularité du lutteur, Vince MacMahon décidera de l'envoyer dans la cour des grands, lui demandant de se battre pour le titre de champion du monde. C'est ainsi que ce lutteur au petit gabarit (environ 105 Kilos) allait se mesurer pendant plusieurs années à des géants qui faisaient souvent le double de son poids. Il devint le champion du monde, lors d'un gala "Wrestlemania" en défaisant Yokozuna. C'est pendant cette période que la signature "The Best There Was, The Best There Is And The Best There Ever Will Be" complète chacune de ses entrevues, propulsant le personnage à un niveau de popularité inégalé. Lors du "Survivor Series" de 1997, Vince MacMahon sacrifia Bret Hart lors d'un gala de lutte présenté à Montréal, s'arrangeant avec l'arbitre pour lui faire perdre son titre de champion du monde à son insu. Vous pouvez consulter l'hyperlien suivant pour connaître les évènements qui ont mené au "Screw-job" de Montréal. Une mini émeute suivra et cet épisode peu reluisant allait marquer le reste de la carrière du lutteur. Bret Hart passera à la compagnie WCW, compétitrice directe de la WWF, mais personne ne saura vraiment comment utiliser son talent. Après une année perdue à tourner en rond, Bret Hart obtiendra sa chance de se battre pour le titre mondial de la WCW et alors que sa carrière semble remise sur les rails, il subira une sérieuse commotion cérébrale lors d'un combat contre Steve Goldberg, lutteur à la réputation peu enviable qui avait tendance à blesser bon nombre de ses adversaires. Cette blessure mettra un terme à sa carrière et Bret Hart annoncera son retrait définitif de la lutte le 26 octobre 2000. Ironie du sort, en plus de 20 ans de carrière, Bret Hart n'a jamais blessé un adversaire par un coup ou une prise de lutte non contrôlée.

Une entente entre Vince MacMahon et Bret Hart a permis la confection d'une édition DVD spéciale de trois disques dans laquelle Bret Hart nous relate sa carrière dans un documentaire de plus de deux heures auquel se greffe une kyrielle de combats qui ont marqué la vie du lutteur et qui sont des choix personnels du pugiliste. Apparu à la fin de l'année 2005, "Bret 'The Hitman' Hart: The Best There Was, The Best There Is And The Best There Ever Will Be" propose un regard exhaustif et hypnotique sur un des plus grands lutteurs que le monde ait connu.

Le documentaire est un habile mélange d'entrevues et de séquences de combats qui nous permet de voir le cheminement du lutteur et de comprendre un peu mieux les dessous de la lutte professionnelle. Cette chronologie est surtout commentée par le lutteur qui n'hésite pas à nous donner ses états d'âme amenant quelques moments de très grande émotion notamment quand il nous parle du décès tragique de son frère Owen survenu lors d'un gala de lutte à Kansas City alors que le câble auquel il était suspendu au plafond de l'amphithéâtre se brisa, l'entraînant dans une chute mortelle. On comprend également l'immense sacrifice que font ces gladiateurs, soir après soir, pour permettre à d'autres lutteurs d'avancer et aussi l'importance de les protéger lors des chutes à haut risque. On se rend compte que le monde de la lutte répond à un certain code de déontologie même si ses règles sont non écrites et ceux qui les respectent ont l'admiration et le respect des autres lutteurs. À ce jeu, Bret Hart était le meilleur et bon nombre de lutteurs apportent des témoignages qui le confirment.

Le premier disque contient cette très intéressante rétrospective. En guise de suppléments, nous avons droit à une série de brèves entrevues où Bret Hart nous explique la provenance du "Dungeon", des problèmes d'être toujours sur la route lorsque vous avez une famille, de l'esprit de camaraderie entourant la "Hart Foundation", de sa prise de soumission fétiche le "Sharpshooter", des coups pendables que son frère Owen jouait à son père Stu. Il nous présente également l'arbre généalogique familial, comment il a commencé dans ce métier, comment sont apparues ses fameuses lunettes de soleil, et du rôle de mauvais garçon qu'il devait assumer dans le ring. Deux petites entrevues émouvantes complètent cette section des suppléments. "Dean Hart Tribute Video" nous parle du match qu'il dû livrer à Ted Dibiase alors que son frère Dean venait de rendre l'âme. Le second est personnellement le plus émouvant, alors que Bret Hart rend hommage à ses confrères et amis lutteurs qui sont morts au fil des ans. On peut y voir défiler les Owen Hart, Davey Boy Smith, Rick Rude, Kurt Henning, le "Road Warrior Hawk" et la belle Elizabeth, femme du populaire lutteur "Macho Man". La retranscription de deux combats de la "Hart Foundation" complète les suppléments du premier disque. Le premier les oppose aux "British Bulldogs", une des équipes les plus spectaculaires et populaires des années 1980 alors que le deuxième les oppose aux "Killer Bees", autre équipe spectaculaire des années 1980.

Les deux autres disques nous présentent que des matchs de lutte et certains d'entre eux sont encore considérés aujourd'hui parmi les plus grands de l'histoire de la lutte. Le deuxième disque nous offre deux derniers combats mettant la "Hart Foundation" en vedette cette fois contre les vilains "Nasty Boys" et l'autre contre les "Rockers" d'où allait émerger Shawn Michaels, une très grande vedette de la WWE. Le reste du disque nous propose une série de combats qui mettent le "Hitman" à l'œuvre et il est impressionnant de voir jusqu'à quel point Bret Hart pouvait pratiquer différents styles de lutte. On peut le voir affronter le "British Bulldog" Davey Boy Smith, qui était son beau frère, dans un combat d'une très grande intensité devant plus de 83,000 spectateurs, puis un autre contre le colosse "Bam Bam Bigelow" pour qui Bret Hart avait une très grande admiration. Suit le fameux match contre contre "Mr. Perfect" (Kurt Henning) alors que celui-ci venait de se briser le dos. Il décida de lutter malgré la très grande souffrance pour aider son ami Bret Hart dans un combat d'une très grande qualité et il dut s'absenter plus d'un an suite au combat pour soigner sa blessure. Le combat de championnat contre son frère Owen nous est également présenté, combat nous montrant les qualités athlétiques de Bret Hart dans toute sa splendeur. Un combat contre le populaire Ricky "The Dragon" Steamboat est également au menu alors qu'un jeune Bret Hart grimpait rapidement les échelons de la lutte professionnelle. Le combat contre Ted Dibiase, alors que son frère Dean venait de mourir, nous est également présenté.

Le troisième de dernier disque nous présente quelques-uns des plus grands combats de Bret Hart dont celui contre "Stone Cold" Steve Austin alors que le combat ne pouvait que se terminer par l'abandon d'un des deux lutteurs suite à une prise de soumission. Personnellement, ce combat est un des cinq meilleurs matchs de lutte que j'ai vus dans ma vie alors que la technique et la brutalité sont main dans la main dans un déferlement de violence et d'hémoglobine comme j'en ai rarement vu. Les autres combats mettent en vedette le "Hitman" contre son frère Owen, le gigantesque Hakushi, Diesel, "The Undertaker" et un combat spécial contre Chris Benoit commémorant la mort tragique de son frère Owen. La seule réserve que j'ai à faire face à tous ces combats provient des commentaires audio. Par exemple, les commentaires faits lors du combat avec "Bam Bam Bigelow" sont en espagnol alors qu'il n'y en a aucun lors du combat contre Ted Dibiase. Il y a aussi quelques coupures vidéo lors de certains combats alors que l'action qui se passait pendant les pauses commerciales n'apparaît pas. Plusieurs œufs de Pâques (au moins cinq) sont également cachés dans les menus des trois disques. Je vous laisse le soin de les découvrir.

La qualité vidéo et audio des segments d'entrevues est très bonne alors que celle des combats est correcte. Quelques plans sombres proposent une image qui manque de contraste et qui est granuleuse, mais la retransmission des combats est très bien rendue. Tel que mentionné plus haut, l'audio attenant à certains combats manque de fini, mais on entend de façon très audible les propos émis par les commentateurs ainsi que tout ce qui est attenant au documentaire. J'aimerais souligner l'attention particulière apportée à la présentation de cette édition DVD. La pochette est à l'effigie des couleurs de Bret Hart, c'est-à-dire tout de rose fluo et de noir. Un encart de quatre pages nous donne le contenu des trois disques alors que l'intérieur du boîtier propose une série de coupures de journaux et de magazines spécialisés sur la lutte parlant du phénomène Bret Hart. Considérant le documentaire de plus de deux heures sur Bret Hart et des sept heures de suppléments qui l'accompagne, il est difficile de trouver quelque chose de plus complet sur ce lutteur. Il est heureux que Bret Hart et Vince MacMahon aient mis leurs différends de côté pour permettre la construction de ce DVD qui est un regard exhaustif et extrêmement divertissant sur le lutteur le plus spectaculaire qu'il m'ait été donné de voir. Tout amateur de lutte devrait mettre la main sur cette incontournable édition.


Cotes

Film9
Présentation9
Suppléments9
Vidéo7
Audio7