2 Broke Girls [Blu-ray]
The Complete First Season
Warner Home Video

Créateurs: Michael Patrick King, Whitney Cummings
Année: 2011-2012
Classification: PG
Durée: 516 minutes
Ratio: 1.78:1
Codec: 1080p (VC-1)
Langue: Anglais (DTSHDMA51)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 2 (BD-50)
Code barres (CUP): 883929249206

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
22 septembre 2012

Voilà une des plus intéressantes nouvelles comédies de situation que j'ai manquées la saison dernière. "2 Broke Girls" m'a tout simplement ébloui par son humour qui se promène sur tous les axes. Tellement intéressant que j'ai visionné la moitié de la série d'un seul trait! Il faut dire que chaque épisode n'est que de 22 minutes de long dans un format ensorcelant. La série se veut sexy, bitch et amusante sur tous les sujets. J'en veux plus de cette création de Michael Patrick King (connu pour Sex and the City) et Whitney Cummings (vedette et créatrice de la série Whitney qui a débuté à la télévision en même temps que celle dont je vous fais la critique)! Une saison c'est pas assez. Heureusement, la série a été renouvelée pour la prochaine saison!

La série suit deux filles sans le sou avec des projets à des années-lumière de leurs moyens et qui travaillent présentement à un restaurant de Williamsburg dans Brooklyn, New York. Il y a Max Black (Kat Dennings) qui a toujours été pauvre. Il a toujours une histoire pour le prouver grâce à sa vraiment difficile enfance. Elle est bitch sur tous les sujets, une carapace pour cacher sa douleur. Elle vit au jour le jour, sans espoir que sa vie s'améliore. Vaux mieux en rire dit-elle. C'est aussi elle qui cuisine (chez elle) les cupcake pour le restaurant. Jusque qu'au jour où Caroline Wesbox Channing (Beth Behrs), fille de haute société dont le père s'est fait prendre dans une chaîne de Ponzi et emprisonnée. Elle se retrouve sans le sou puisque tous les actifs de son père ont été gelés. Le nom de Channing étant maintenant sale, elle décide d'aller à un endroit où elle ne sera pas reconnue… Williamsburg! D'abord Max ne veut rien savoir de travailler avec elle, mais son nouveau patron Han Lee (Matthew Moy) la trouve parfaite pour attirer la clientèle. Mais Max a un peu pitié d'elle de n'avoir aucun endroit où aller dormir à part le métro et l'invite chez elle. Ces nouvelles colocataires (illégales d'ailleurs!) deviendront les meilleures amies du monde! Ensemble, elles vont mettre de l'argent de côté pour lancer une entreprise de cupcake! Max est la cuisinière et Caroline est le côté business.

Au Williamsburg Diner, il y a quelques personnages secondaires vraiment intéressants. D'abord le patron Han Lee, un petit coréen qui veut s'américaniser et "pogner" avec les filles, dont les meilleures lignes arrivent en fin de saison. Le caissier, Earl (Garrett Morris), un vieil homme noir de 75 ans qui a une bonne relation avec Max, une des rares personnes qui la fait toujours rire. Elle le considère presque comme son amant. Et il y a ce Oleg (Jonathan Kite), ce cuisinier ukrainien pervers qui a toujours une phrase digne de poursuite d'harcèlement sexuel. De temps en temps, nous avons la visite de la voisine de palier de Max, Sophie Kerchinsk (Jennifer Coolidge - mieux connue comme la mère de Stifler!), qui tient une compagnie de nettoyage (et engage souvent Max et Caroline) et mangent beaucoup des cupcake de Max. Max travaille aussi comme gardienne pour les bébés de Peach Landis (Brooke Lyons), une mannequin sans cervelle. Et il y a le Johnny (Nick Zano), le gars dont Max est amoureuse. Oh! Et j'ai failli oublier un personnage marquant de la série… Chestnut le cheval!

La chimie est vraiment palpable entre les deux filles et les personnages secondaires ne font que serrer encore plus fort leur relation. Au début elles s'ingèrent dans la vie de l'une et l'autre pour ensuite, plus la saison avance, de se compléter. Mais comme avec tous les couples que ça soit d'amoureux ou, dans notre cas, de colocataires, il y a des frictions sur les principes de vie. C'est spécialement flagrant lorsque des vies riche/pauvre se rencontrent au même niveau. Mais elles apprennent de chacun des mondes et ajustent leurs rêves à ces nouvelles découvertes. Par exemple, Max est vraiment contente d'avoir essayé le bain de l'ancien appartement de Caroline. Elle en est tombée en amour! Caroline apprend à utiliser des coupons, monter un lit qui est arrivé en pièces, faire des tests de médicaments (pour payer l'avocats de son père!), etc., … et décider de vendre ses bagues sentimentales pour offrir un nouveau four à Max. À la fin de chaque épisode, nous voyons le montant économisé afin de s'offrir leur compagnie… ça ne monte pas trop vite! Ça va prendre plusieurs saisons ou énormément de chance.

C'est vraiment le premier Blu-ray de séries télévisées Warner que je visionne et j'espère que toutes ces particularités sont présentes tout le temps. Par exemple, lorsque je mets un épisode sur pause, un numéro m'indique l'épisode auquel je suis rendu. Même chose quand j'éjecte le disque, on me propose de continuer où j'étais rendu (une chose rare maintenant sur Blu-ray quand il y a de l'interaction au menu). C'est pratique et très apprécié lorsque l'on demande de jouer tous les épisodes! La qualité audiovisuelle de ce duo de disque Blu-ray est très satisfaisante, sans être fabuleuse. Les couleurs son chaudes donnant un look rétro, mais pas trop. Le niveau de détail nous donne la chance d'apprécier le soin mis à la décoration des plateaux de tournage de la série. L'audio est très calme et simple, avec une musique peu intrusive pour passer d'une scène à l'autre. Il y a du rire en canne qui devient un peu absurde à la longue. L'ambiophonie consiste en de légers sons de ville, rien d'excitant.

Comme suppléments, il y a une revuette assez promotionnelle nommée "2 Girls Going 4 Broke" dans laquelle les créateurs Whitney Cummings et Michael Patrick King, ainsi que d'autres artisans, parlent en bien de la série. Ce dernier affirme qu'il voulait faire une série de situations qui montrait une vue différente de New York de celle de Sex and the City où personne n'a de problème avec l'argent vers un quartier pauvre de Brooklyn qui vit tout le contraire. Pour compléter la liste, il y a une série de gags qui n'ont pas été diffusés, quelques-uns intéressants et d'autres, surtout un, que je n'aurais même pas osé tourné tellement que c'est con.

Près de la moitié des critiques que j'ai consultées en début de saison n'ont pas apprécié la série à cause de ses thèmes simplets et spécialement à cause du rire en canne qu'ils trouvent trop désespéré. Probablement que c'est à cause d'eux que j'avais filtré "2 Broke Girls" de mon horaire d'écoute limité. Personnellement, je suis prêt pour la prochaine saison! J'ai des attentes pour bien des personnages de la série et je crois que les auteurs sont bien capables de fournir du plaisir pour quelque temps au moins.


Cotes

Film9
Présentation6
Suppléments5
Vidéo8
Audio7