3rd Rock From the Sun
Season 1 / Season 2
Anchor Bay Entertainment / Carsey Werner

Créateurs: Bonnie Turner, Terry Turner
Année: 1996 / 1997
Classification: NR
Durée: 442 / 572 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Anglais (DDST)
Sous-titres:
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 4 (DVD-9) chacun

Le coffret "Saison 1" est disponible chez: Amazon.ca
Le coffret "Saison 2" est disponible chez: Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
18 décembre 2005

L'épopée "3rd Rock from the Sun" a pris l'antenne du réseau américain NBC en janvier 1996 et est restée en ondes pendant six saisons (139 épisodes). Je vous présente ici les deux premières saisons, sorties en deux coffrets en juillet et en octobre 2005. Il est important de préciser que la compagnie Anchor Bay a édité deux coffrets différents de chaque saison: un avec une couverture parlante et un sans cette petite particularité. Si vous commandez ces coffrets en ligne aujourd'hui, il est fort probable, malheureusement, que vous n'obteniez plus la version avec la "chip" parlante, cette dernière ayant fait l'objet d'une édition limitée. Dans le cas de cette critique, j'ai obtenu le premier coffret sans la puce et le second avec. Il en résulte une épaisseur légèrement supérieure du coffret avec la puce. Ce que l'on entend? Dans le cas donc de la deuxième saison, il s'agit d'une courte réplique de Dick que l'on peut entendre dans l'un des épisodes. À voir surtout comme singularité et aussi unicité de ce coffret, lui donnant alors une valeur supérieure au coffret normal. Il sera intéressant de constater si Anchor Bay poursuivra cette initiative, ce qui semble presque évident, car il serait un peu idiot d'arrêter ce petit "plus" en cours de route.

La série raconte l'histoire de quatre extraterrestres qui sont en mission de reconnaissance sur la Terre et qui aboutissent dans la ville (fictive) de Rutherford, en Ohio. Il y a le haut commandant Dick Solomon (John Lightgow), un lieutenant militaire qui se retrouve sous les traits d'une femme, Sally (Kristen Johnston), un ingénieur et spécialiste en intelligence, le plus âgé qui se retrouve dans la peau d'un adolescent, Tommy (Joseph Gordon-Lewitt) et un... euh... quatrième membre qui se prénomme Harry (French Stewart), mais qui est très utile lors des communications avec leur planète mère (on l'appellera le transmetteur). La vision d'une famille presque normale (l'homme de la maison, son fils, son frère et sa sœur vivant sous le même toit avec des réactions assez bizarres entre eux) est ici exposée de façon plutôt particulière, mais surtout avec beaucoup d'humour. Nos quatre extraterrestres découvrent petit à petit la vie humaine, ses technologies, ses façons de faire et surtout la psychologie de l'être qui semble souvent échapper à nos pauvres héros de l'espace.

Pour bien s'intégrer, il va falloir agir de façon naturelle, ou presque. Dick, avec ses connaissances en physiques, n'a pas de mal à obtenir un poste de professeur à l'université de Rutherford. Il y rencontrera sa collègue Mary Albright (Jane Curtin), aux dépens de qui il étudiera de nombreuses facettes terriennes, mais aussi il connaîtra l'amour. Tommy, quant à lui, sera obligé d'aller en classe comme tous les ados de son âge... terrien. Quant à Sally et Harry, ils vaqueront à diverses occupations sans véritablement avoir de métier. Le tout premier épisode est comme une mise en route, un test pour la série. D'ailleurs, on ne manquera pas de constater que les décors de l'appartement ainsi que celui du bureau de Dick et Mary est différent et que dès le deuxième épisode, ils adoptent l'apparence qu'on leur connaîtra par la suite au fil des saisons.

On ne manquera les erreurs commises par nos quatre pauvres extraterrestres dans leurs apprentissages des habitudes terrestres, principalement dans les premiers épisodes de la première saison, mais un peu tout le long par la suite. La scène des gifles après le baiser dans le tout premier épisode en est un parfait exemple tout comme la crise de grippe qu'ils attrapent tous, croyant que leur mort est proche. Mais la découverte du corps humain, de ses sentiments et surtout de ses pulsions (et de leurs conséquences) n'est pas mal non plus. Bien entendu, la plupart des situations jouent beaucoup sur les quiproquos entre ce que croient Dick, Sally, Tommy et Harry lorsqu'ils sont confrontés à des moments particuliers de tous les jours, croyant alors que ce qu'ils viennent d'observer est une réalité (par exemple, lancer une insulte à un mauvais conducteur, ce qu'ils considèrent alors comme étant la salutation normale terrienne). Bien entendu, il s'agit là d'un exemple minime si on regarde l'ensemble de la série et surtout le nombre important de moments burlesques dans lesquels John Lightgow et Jane Curtin sont, il faut bien le dire, les maîtres en la matière. Ils sont alors à leur meilleur.

Le deuxième coffret renferme des lunettes 3D afin de voir le dernier épisode de la saison, qui est double, en trois dimensions. Comme c'est souvent le cas, l'effet va varier selon la vision du téléspectateur. Ce ne sont pas des lunettes avec un verre rouge et un verre bleu, mais plutôt un côté transparent clair et un côté plus foncé. De plus, seulement certaines séquences de chaque épisode sont en 3D. Il faut bien avouer que l'effet n'est pas extraordinaire (dans mon cas en tout cas, mais j'ai toujours eu du mal avec des effets visuels de ce type). Par contre, parfois, c'était bien visible, comme quand Dick court dans un champ de tournesols. À vous de vous faire une idée.

Comme je le disais en ouverture, Anchor Bay nous offre des éditions dignes de la qualité de la série, et même plus. Outre l'aspect emballage extérieur déjà mentionné, je dois aussi décrire l'intérieur, composé de quatre supports en plexiglas qui se déplient et qui contiennent chacun un disque, sobrement sérigraphié pour la saison 1 et avec de plus belles illustrations pour la saison 2. Bizarrement, ne mélangez pas vos disques, car outre le numéro de ce dernier, il n'y a aucune mention de la saison dont il fait partie. À l'endos, de très belles photos studio des acteurs. La qualité des images est bonne, l'émission n'ayant même pas dix ans d'âge. Les couleurs sont assez fidèles, mais on pourra noter malgré de petits défauts persistants, mais rien de majeur. La piste sonore anglaise stéréo est très compréhensible et bien définie. Les pages de menu principal sont animées et sonorisées et dans une deuxième page, on peut voir un extrait de l'épisode avant de le voir au complet.

Quelques suppléments viennent poursuivre ces bons moments de détente. Tout d'abord, un livret de seize pages est inclus dans chaque coffret: "A Guide to Living on Earth". Destiné bien entendu uniquement aux extraterrestres qui désirent vivre sur la Terre, ces quelques pages imprimées sont aussi irrésistibles que la série qu'ils accompagnent. On y apprend, par exemple, que le pain tranché et la boîte de mouchoirs en papier font parties des "vraies" sept merveilles de ce monde. Sans oublier, bien sûr, les règles de sécurité à respecter en présence de l'ennemi: le Jell-O! Les dernières pages de ce livret sont réservées aux détails des disques avec un résumé des épisodes. On regrettera seulement que les mentions que l'on retrouve dans ces livrets sont en fait tirées d'un livre édité en 1996 (3rd Rock From The Sun: The Official Report on Earth by High Commander Dick Solomon) et qu'il n'est pratiquement plus possible de trouver en librairie.

La première saison propose des entretiens avec les huit principaux acteurs, présentés sous la forme de questions réponses et ont été enregistrés au moment du tournage de la série. Ceci étant peut-être la raison de cela, on notera que les acteurs ne sont pas tous en grande forme physique et semblent souvent assez fatigués. Leurs réponses s'en ressentent. Puis il y a un beaucoup trop court "Behind The Scenes" d'à peine trois minutes, près de sept minutes de scènes ratées (d'une bien mauvaise qualité vidéo), un montage des faits saillants de cette première saison et enfin, mais en format DVD-ROM, la reproduction en PDF des scénarios originaux (semble-t-il) de quatre épisodes: "Brains and Eggs", "Dick is from Mars, Sally is from Venus", "Dick Like me" et "See Dick Run". Ce dernier supplément reste rare dans les éditions et ici vaut la peine d'être mentionné, d'autant que les reproductions sont celles des textes réellement utilisés lors des enregistrements.

La deuxième saison semble un peu moins bien lotie en ce qui concerne les suppléments. On y retrouve un entretien avec John Lightgow accompagné de nombreux extraits de la série. J'ai du mal à dater cet entretien, mais il a été fait après le tournage. Puis, à l'instar de la première saison, un montage des faits marquants de cette seconde saison ainsi que les traditionnelles scènes ratées, en plus grand nombre cette fois-ci, mais avec une image toujours aussi mauvaise. Pour terminer, et pour rappeler l'expérience particulière de cette saison, un petit documentaire sur le tournage des épisodes en 3D ainsi que quelques scènes ratées de ces épisodes. Je n'ai par contre pas trouvé un supplément indiqué sur le coffret, à savoir une fin alternative pour l'épisode en 3D.

Une série que j'ai toujours bien aimée et qui me fait toujours rire. Le jeu des acteurs principaux est extraordinaire de drôlerie et rajoute la touche visuelle aux effets verbaux du texte. La troisième saison est déjà annoncée pour le mois de février 2006. Il n'y a aucun doute qu'elle est attendue de pied ferme. D'ici là, réjouissez-vous avec ces deux premières saisons qui débordent d'énergie. Qui a dit que nous ne croyions pas aux extraterrestres?


Cotes

Film10
Présentation5
Suppléments7/5
Vidéo8
Audio8